La vraie raison du succès des traders fixed income de BNP Paribas

eFC logo
La vraie raison du succès des traders fixed income de BNP Paribas

C’est remarquable pour BNP Paribas. Alors que la plupart des banques ont peiné à accroître leurs revenus fixed income et trading au premier trimestre 2019, les traders fixed income de BNP Paris ont généré une croissance impressionnante de 29% (en réalité, 32,4% si l’on exclut les évolutions structurelles liées à la nouvelle plateforme Capital Markets). En tout état de cause, quel que soit l’angle d’observation, ce premier trimestre a été tout simplement exceptionnel.

Comme l’indique le graphique ci-dessous, les traders fixed income de BNP Paris devancent très largement leurs concurrents en acquisition de parts de marché en vente et trading fixed income pour les trois premiers mois de l’année. Comparativement, Deutsche Bank et JPMorgan ressortent comme les grands perdants.

Qu’est-ce qui a donc rendu ces trois premiers mois si exceptionnels en fixed income pour BNP ? Les initiés mettent en avant la conjonction de plusieurs facteurs : l’excellence des axes stratégie macro et recherche, ainsi que quelques recrutements de premier plan intervenus récemment.

L’activité fixed income de BNP Paris est centrée sur les macros (FX et taux). En conséquence, la banque impute sa réussite du premier trimestre dans la présentation de ses résultats à « une croissance particulièrement soutenue en taux et forex » et un rebond des revenus des marchés émergents.

Les analyses indiquent que l’activité ventes et trading macro de BNP a bénéficié d’un excellent leadership de la part de Laurence Mutkin, responsable international de la stratégie de taux G10, également à la tête de la stratégie taux d’intérêts, et de Michael Sneyd, directeur de la stratégie quantitative et dérivés. Laurence Mutkin a rejoint BNP en 2013 en provenance de Morgan Stanley. Michael Sneyd, pour sa part, a intégré la banque en 2011 mais a récemment gravi rapidement les échelons. D’abord promu responsable mondial de la stratégie de change en août 2017, il a été nommé responsable mondial de la stratégie quantitative et dérivés en octobre 2018. Le même mois, Sam Lynton Brown, stratégiste FX, était quant à lui promu à la tête de la stratégie FX pour l’Europe.

Pour les initiés, Michal Sneyd, en particulier, a contribué au recalibrage des produits macro stratégie de BNP, aidant ainsi la banque à accroître son activité sur le front des hedge funds macro. Kaushik Banerjee, autre transfuge de Morgan Stanley arrivé en 2010, gère les relations de BNP avec les hedge funds pour la région EMEA.

Pour les experts, avec une fonction stratégique revigorée et une solide équipe commerciale en place, la banque est parvenue à transformer l’essai grâce à une équipe de trading très bien armée. Baris Temelkuran, vétéran de chez Goldman Sachs, est arrivé en juillet 2018 à la tête du trading FX G10. Dans la foulée, BNP Paribas débauchait également Serdar Baykal de HSBC et James Harris, FX spot trader de Credit Suisse.

Ce taux de croissance impressionnant arrive après une quarantaine de licenciements l’an dernier, essentiellement en vente et trading fixed income. Pour les experts, l’activité macro de BNP a su enchaîner plusieurs bonnes opérations au premier trimestre 2019, une performance amplifiée par le faible démarrage de 2018, où les revenus de fixed income étaient tombés à un niveau historiquement bas… BNP a ébauché en février 2019 un plan de réduction des coûts portant sur 350 millions d’euros supplémentaires dans la banque de financement et d’investissement à l’horizon 2020.

A lire aussi…

Close
Loading...