TÉMOIGNAGE : « Bienvenue dans le monde brutal des jobs en banque »

eFC logo
TÉMOIGNAGE : « Bienvenue dans le monde brutal des jobs en banque »

Les vautours rôdent...

La banque d'investissement peut être un monde brutal. Vous le saurez si vous prenez le temps de lire ce qui se passe actuellement chez Nomura. La banque japonaise a fermé des activités et s’est séparée des étudiants recrutés l'an dernier. Bien que cela puisse paraître extrême, ce n'est pas inhabituel. Même lorsque les banques ne ferment pas toutes leurs activités, elles se débarrassent des moins performants. C'est un processus naturel. Les employés sont évalués, et les 10% les moins bons sont renvoyés chez eux.

Vous pourriez penser que vous pouvez éviter cela en étant très bon dans votre job bancaire. Faux. Cela ne vous prémunira pas d’une "cessation" brusque de votre emploi. Peu importe le profit que vous réalisez ou le nombre de transactions que vous effectuez, si une banque prend une décision stratégique de fermer une division, vous ne pouvez rien y faire. Peut-être que toute la banque va fermer (Lehman Brothers). Peut-être que deux banques vont fusionner (Deutsche et Commerzbank). Mais peut-être y aura-t-il simplement un changement d'orientation géographique ou d'activité. Un jour vous êtes faiseur de pluie, le suivant vous cherchez un emploi.

C'est pourquoi vous ne devriez jamais considérer votre poste bancaire pour acquis, surtout si vous êtes senior et donc coûteux. Dans l’une des grandes banques américaines pour lesquelles je travaillais, j’ai vu un managing director (MD) chargé d’une certaine équipe arriver au travail pour trouver un nouveau type assis juste à côté de lui et portant exactement le même titre et la même fonction. Ils avaient engagé son remplaçant sans l’avoir tenu informé. Dans d’autres banques, j’ai vu soudainement des chefs d’équipes apprendre qu’ils avaient un co-responsable, ce qui est compliqué pour tous ceux qui travaillent en dessous (qui peuvent être obligés de prendre parti) et pour les clients (qui peuvent recevoir des messages contradictoires des différents responsables).

Vous ne devez pas non plus supposer que vous pouvez prendre du temps pour vous réinsérer. Dans une autre banque, j'ai vu une collègue revenir d'un congé de maternité pour se faire dire qu'elle devrait partager « ses » clients avec un collègue. Le collègue était le gars qui lui a succédé quand elle est partie et il n'avait aucune intention d'abandonner ses nouveaux clients « conquis ». Welcome back !

Et puis, il y a toujours la "promotion" à l'étranger. Cela aussi peut être un moyen de faire le ménage dans les desks et de vous extraire de votre activité. Le Brexit est l’excuse parfaite pour cela : « Félicitations pour votre promotion au poste de responsable du bureau de Francfort, où vous dirigerez ... vous-même ». C'est arrivé à un ami. Il a accepté un emploi de rang inférieur juste pour rester à Londres.

Il y a beaucoup de façons de mourir en banque. Certaines sont rapides. D'autres prennent des années.

Amit Itelmon est le pseudonyme d'un banquier senior à Londres

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...