Natixis, futur point de chute des seniors bankers de SocGen ?

eFC logo
natixis

Nicolas Poirier qui était Deputy Global Head Client Management et Global Head Client Life Cycle Management chez SGCIB vient de rejoindre ce mois-ci Natixis en tant que managing director et responsable mondial Business Management & Transformation pour les divisions opérations, technologie et immobilier, en charge des programmes stratégiques et des équipes transversales.

Diplômé de l’Insead et titulaire d’un MBA en stratégie, management, market & corporate finance à l’Essec, il a travaillé pendant presque 18 ans chez SGCIB où il a commencé sa carrière en 2001 comme project manager pour les activités de marchés de capitaux puis en 2004 comme program manager dans les activités actions et dérivés actions.

En 2006, il devient responsable mondial du contrôle booking et modélisation middle office dans les dérivés actions où il encadrait une équipe de 45 personnes entre Paris et New York, puis en 2008 program director dans les opérations de financement et les marchés de capitaux où il pilotait 50 project managers et 25 développeurs.

En 2010, il est nommé global head Collateral Management, Clearing & Credit Risk Monitoring où il encadrait 120 personnes réparties entre Paris, New-York, Chicago, Londres et Bangalore, avant de devenir en 2014 Deputy Global Head Client Management et Global Head Client Life Cycle Management chez SGCIB.

Un départ qui en annonce d’autres ?

Il s’agit là du premier mouvement significatif d’un banquier senior de SocGen depuis que le montant des bonus versés au titre de l’année 2018 chez SocGen est désormais connu. Preuve que tous les banquiers n’attendent pas l’ouverture du plan volontaires de départs de SocGen pourtant réputé généreux pour changer d’employeur.

Ce départ en annonce-t-il d’autres ? « Ce qui est certain, c’est qu’il y aura plus de mouvements que l’année précédente, et ce à cause des mauvaises performances de SocGen dans les activités de marché », confirme un chasseur de tête parisien spécialisé en front-office, rappelant qu’en 2016 et 2017, la banque de la Défense affichait de biens meilleures performances dans ces métiers.

Et une fois que le plan de départ volontaires ouvert, les mouvements devraient s’accélérer encore davantage. « Il va y avoir un mercato de candidats au niveau de la banque de financement et d’investissement », confime Christophe Laville, consultant senior banque & services financiers chez Morgan Philips Executive Search.

Tout comme les banques américaines à Paris, Natixis semble constituer avec CACIB un point de chute tout trouvé pour les banquiers de SocGen. En effet, la filiale de BPCE n’a pas l’intention de réorganiser ses activités de marché ni de fermer des desks de trading, et a confirmé les objectifs de son plan stratégique à horizon 2020.

Natixis devrait ainsi accentuer le développement des activités de ses équipes dérivés actions et de structurés de crédit, mais également ses activités FIG, DCM et M&A pour lesquelles elle a déjà procédé à des recrutements ces derniers mois. De quoi donner des idées à certains...

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close
Loading...