TÉMOIGNAGE : « Lorsque j’ai rencontré un stagiaire en banque qui était paresseux… »

eFC logo
Working hours interns banking

Alors que la température augmente en Europe et que le printemps est bien installé, les étudiants se disputent les derniers postes de stage d'été dans la banque ou fantasment sur celui qu’ils viennent de décrocher.

Les plus chanceux toucheront £8k - £11k (9k€-12k€) de revenus, généralement nets d’impôts, pendant 10 semaines. Ce temps sera principalement consacré à observer le desk, s’asseoir dans des salles de conférence et siroter du vin et de la bière lors d'événements de networking. De temps en temps, cependant, il y aura une nuit blanche. Et c'est un problème.

Les banques paient bien et offrent de bonnes perspectives d’emploi. Mais les jeunes que je rencontre aujourd'hui semblent moins se soucier de cela que les générations précédentes. Travailler de longues heures est beaucoup moins attrayant que jadis.

En tant que banquier senior, j'ai interviewé beaucoup de Millennials pour des emplois dans le secteur bancaire. Maintes et maintes fois, ils m'ont dit qu'ils ne voulaient pas travailler tard. J'ai également expérimenté cette attitude sur le lieu de travail et croyez-moi, cela ne donnera pas une bonne image de vous.

L'an dernier, j'étais en voyage d'affaires et j'avais besoin d'une aide urgente à 19 heures, heure de Londres. J'ai demandé de l'aide à un stagiaire. Cela ne demandait que quelques corrections à une présentation qu'il devait ensuite envoyer en interne. Soit encore environ 30 minutes de dur labeur. Et il a refusé de le faire.

Après avoir écouté ma demande d’aide, il m’a répondu : « Avant de décrocher le téléphone, j’étais en train de sortir du bureau. J'ai un rendez-vous ce soir et je ne peux pas être en retard. Est-ce que cela peut attendre jusqu'à demain ? ». Non, ça ne pouvait pas. Je suis peut-être de la vieille école mais j'étais sous le choc. Pourquoi travailler dur pour trouver un emploi dans le secteur bancaire uniquement pour tout compromettre comme cela ?

Les banques sont en partie à blâmer. Afin d'attirer les jeunes talents, elles ont créé les 'spring week', des programmes courts où les étudiants n'ont pas à faire de travail en particulier. Ils peuvent durer une journée ou une semaine complète. La plupart des candidats les ont faits, si bien que lorsque je regarde le CV des étudiants, j'ai du mal à comprendre leur "expérience professionnelle" apparente.

Il n'y a pas si longtemps, j'ai fait passer un entretien à un étudiant de l'Imperial College de Londres. Dans son CV, il énumérait ses expériences de stage chez Morgan Stanley et JP Morgan, sans fournir de durée pour l’une ou l’autre banque. Quand je lui ai demandé, il a finalement admis que les deux stages avaient duré moins de 10 heures

Grâce à ces stages de courte durée, même les étudiants des meilleures universités semblent n'avoir aucune idée de ce à quoi ressemble le travail dans le secteur bancaire. Ils étudient l'économie, la finance et parfois même l'ingénierie financière complexe. Ils peuvent citer d'innombrables événements de networking et des noms de seniors managers parlant des tendances du marché et des carrières bancaires, mais estiment que cela est suffisant et s'attendent à travailler neuf heures par jour. Ils ne parviennent pas non plus à se préparer correctement aux ‘assessment centres’ et aux entretiens. Au moment où leurs opinions sont contestées, ils sont perdus.

Les stagiaires d'aujourd'hui semblent penser que les banques devraient les vouloir et les persuader de travailler dans le secteur bancaire plutôt que l'inverse. Vous devez éviter de penser comme cela si vous faites partie de la promotion 2019 : ce type de raisonnement ne vous permettra pas de décrocher un emploi.

Amit Itelmon est le pseudonyme d'un banquier senior à Londres

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close