Pourquoi c’est le bon moment de postuler dans une banque d’investissement du Moyen-Orient à Paris…

eFC logo
Pourquoi c’est le bon moment de postuler dans une banque d’investissement du Moyen-Orient à Paris…

L’Union de Banques Arabes et Françaises (UBAF) siège dans la tour Eqho à La Défense

Vous aimeriez travailler pour une banque du Moyen-Orient depuis Paris ? Sachez que celles-ci recrutent de façon sporadique des banquiers d’investissement seniors, à l’instar de l’Union de Banques Arabes et Françaises (UBAF) qui le mois dernier a recruté Jean-Claude Gelhaar comme directeur général.

Un point de chute logique pour cet ex-banquier de Credit Agricole, l’UBAF étant détenue à 47% par CACIB. Diplômé de l’Institut d'Études Politiques de Grenoble, Jean-Claude Gelhaar a été responsable de la salle des marchés au Crédit Lyonnais à Hong Kong avant de rejoindre en 1991 le groupe Crédit Agricole.

Il y occupera successivement les postes de responsable des activités de marchés et de la gestion actif-passif, à New-York et Chicago, auprès de CNCA (devenu CA SA), directeur du contrôle interne au sein de la banque de financement et de trésorerie, directeur des risques de la finance et de la conformité au sein de Nextra puis responsable global de la gestion des risques opérationnels et des contrôles permanents chez CACIB.

Evidemment, d’autres banques sont susceptibles de recruter, à commencer par celles qui se sont implantées à Paris dans le sillage du Brexit. Sur 17 banques d’investissement de la City ayant déjà transféré du personnel dans la capitale française, trois sont issues du Moyen-Orient, à savoir Arab Bank, Arab Banking Corporation (ABC) et National Bank of Kuweit, selon un document sur l’impact du Brexit sur la City publié ce mois-ci par le groupe de réflexion New Financial.

Toutes avaient fait une demande d'agrément pour créer des filiales, la National Bank of Kuwait ou Bank ABC souhaitant même faire de Paris leur siège européen post-Brexit. D’autres pourraient suivre prochainement comme la Banque centrale de Libye qui a déposé une demande officielle de licence en France, ou bien le groupe financier jordanien Arab Bank.

Expérience internationale bienvenue

En attendant, le recrutement de Jean-Claude Gelhaar par l’UBAF est la preuve qu’il n’est pas nécessaire d’avoir travaillé au Moyen-Orient pour être recruté, ni même parler l’arabe (pas plus qu’il ne faille parler le mandarin pour travailler dans une banque chinoise à Paris). Au-delà des compétences recherchées, c’est une ouverture d'esprit et une flexibilité pour s'adapter aux pratiques professionnelles et culturelles qui seront recherchées chez les candidats en France.

Cela dit, une expérience professionnelle au Moyen-Orient est clairement un plus, notamment en termes d’évolution de carrière. Ce n’est certainement pas Kim Tran, qui l’an dernier a été nommé CEO France chez First Abu Dhabi Bank après y avoir gravi tous les échelons, qui soutiendra le contraire.

Celui-ci a démarré sa carrière en 2003 chez JP Morgan comme associate IBD avant de rejoindre en 2006 le groupe HSBC où il sera successivement Deputy Head Global Banking au Vietnam, VP du Marketing Stratégique en 2008, chef du Corporate Banking au Liban en 2010 puis à la tête des Ventes Commerciales et Management Client aux Émirats Arabes Unis en 2011.

C’est en 2013 qu’il entre à la National Bank of Abu Dhabi en tant que Chef des Opérations Commerciales de la banque au niveau mondial, puis à la tête des Opérations Commerciales et Conseil en Europe et en Amérique en 2016. Bref, une belle trajectoire pour ce diplômé de CentraleSupélec qui a su développer une vaste expérience à l’international.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close