Les salaires et les bonus chez UBS toujours aussi élevés par rapport à ses rivales. Mais il y a un piège…

eFC logo
UBS salaries and bonuses

Etant donné que UBS vient de publier son rapport sur les rémunérations 2018, nous savons désormais exactement à quel point la banque a été généreuse – voire à première vue très généreuse -  envers son personnel.

En 2018, UBS comptait 675 'key risk takers' (MRT). La banque définit un preneur de risque clé comme un managing director ou quiconque touchant une rémunération globale supérieure à 2,5 MCHF (2,2 M€) L'an dernier, le principal preneur de risque d'UBS a perçu un salaire de 618 kCHF (544 k€) et un bonus de 1,2 MCHF (1,2 M€). Ces individus semblent être aux petits soins chez UBS.

Comme le montre le graphique ci-dessous, les principaux preneurs de risques d'UBS sont également beaucoup mieux payés que ceux des banques européennes rivales. Barclays est la seule banque à se rapprocher, bien, qu’elle paie près de 30% de moins.

Cependant, avant de vous précipiter pour travailler chez UBS, il convient de noter que les chiffres de rémunération de la banque sont embellis par la différence de définition. - D'autres banques fournissent des chiffres sur tous les MRT (managing directors, effectifs contrôle et risques, responsables divers) tandis que UBS fournit uniquement des chiffres sur les seuls preneurs de risques clés.

Par définition, les rémunérations de ces derniers sont plus élevées. UBS n'indique pas combien elle paie l’ensemble de ses MRT, se contentant de préciser qu’ils sont 754, dont 79 ne sont pas « clés » et donc payés plus modestement. Cela ne remet pas en cause la place d’UBS à la tête des meilleurs payeurs (c'est presque certainement le cas), mais permet de relativiser sa prééminence.

Certaines comparaisons entre les chiffres d'aujourd'hui et ceux des années précédentes sont également entachées de mauvaises nouvelles. Non seulement UBS a réduit le nombre de ses preneurs de risques clés (elle en comptait 707 en 2017), mais également sa générosité à leur égard. En 2017, le salaire moyen par tête chez UBS s'élevait à près de 2 M$ (1,75M€). En 2018, les MRT subissaient une réduction de salaire de 10%.

Chez UBS, tout le monde ne peut pas être un preneur de risque clé. L’an dernier, les 66.888 employés d'UBS ont gagné en moyenne un salaire de 96 k$ (85 k€) et un bonus de 39 k$ (35 k€). Seuls 4.130 d’entre eux ont gagné plus de 300 k$ (265 k€) de rémunération globale.

Cependant, gagner moins de 300 k$ chez UBS présente un avantage. - En dessous de ce niveau, tous vos bonus seront payés en espèces sonnantes et trébuchantes. Si vous gagnez plus de 300 k$, vous serez soumis aux programmes de report de bonus d'UBS. Ceux-ci sont de deux sortes. Le personnel de rang intermédiaire participe à un « programme d’actionnariat », qui ne paie en totalité que si la banque d’investissement atteint son seuil de rendement des fonds propres de 8% et ce, les troisième, quatrième et cinquième années (2022, 2023, 2024). Les cadres seniors voient leurs bonus différés dans le cadre du « Deferred Contingent Capital Plan » (DCCP). Toutes les actions sont acquises au bout de cinq ans et sont perdues à un taux de 20% par année d’intervention si UBS n’est pas rentable, ou si quelque chose de grave se produit (insolvabilité, faillite ou défaillance totale d’UBS).

Enfin, si vous gagnez plus de 2 M$ (1,75 M€) chez UBS, votre bonus au-delà de ce montant sera différé. Ceci est en ligne avec 2017 et reflète la décision de la banque de doubler son plafond de bonus en espèces après 2016.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close