Natixis n’envisage pas de réduction de voilure dans ses activités de marché

eFC logo
Natixis n’envisage pas de réduction de voilure dans ses activités de marché

Après BNP Paribas et Société Générale, c’était au tour de Natixis de publier mardi soir ses résultats annuels. La filiale de BPCE a fait état d'un bénéfice net divisé par deux au quatrième trimestre, plombé, comme pour ses concurrents français, par ses activités de marchés, en recul de 15% sur un an, avec notamment une chute de 26% dans les actions dont les portefeuilles sont actuellement passés en revue.

Si les difficultés rencontrées en 2018 sur les activités de marchés ont amené BNP Paribas et SocGen à abaisser leurs objectifs financiers et à lancer des restructurations de leurs départements de trading, Natixis de son côté n'a pas l'intention de fermer des départements de trading ni de réorganiser ses activités de marchés à la suite des pertes en Asie qui avaient fait l’objet d’un profit warning.

« Le sujet sur lequel nous avons communiqué en décembre est un sujet isolé. Nous avons arrêté la commercialisation de ces produits et il n'y a pas d'autres mesures à prendre par rapport à cet incident », a déclaré François Riahi, le directeur général de Natixis, lors d'une conférence téléphonique. « Nous n'avons pas de plan prévu de réduction d'activités autre que d'avoir arrêté la commercialisation de ces produits très spécifiques ».

Plan stratégique confirmé

Natixis a confirmé les objectifs de son plan stratégique à horizon 2020. Ce qui passe notamment par la poursuite du développement d’un modèle multi-boutiques sur les activités de M&A, le développement des activités de Solutions, à forte valeur ajoutée, via notamment le renforcement des équipes d’ingénierie financière.

La filiale de BPCE devrait accentuer le développement des activités de ses équipes dérivés actions et de structurés de crédit, mais également ses activités FIG, DCM et M&A pour lesquelles elle a déjà procédé à des recrutements ces derniers mois. En outre, « Natixis va renforcer ses équipes de gestion et de supervision des risques », a indiqué ce matin François Rahi au cours d’une interview dans Les Echos.

Dans ce contexte, certains banquiers de BNP et SocGen pourraient être tentés de rejoindre Natixis. « Ce qui est certain, c’est qu’il y aura plus de mouvements que l’année précédente », anticipe un chasseur de tête parisien spécialisé en front-office, rappelant qu’en 2016 et 2017, BNP et SocGen affichaient de biens meilleures performances dans leurs activités de marché.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close
Loading...