Un banquier français à Paris : « Nous travaillons plus et nous travaillons mieux. Londres est en deuxième division ».

eFC logo
Un banquier français à Paris : « Nous travaillons plus et nous travaillons mieux. Londres est en deuxième division ».

Prétentieux, les banquiers parisiens ?

« Si vous êtes un banquier d'affaires, vous devez comprendre à quel point Paris est différent. Nous travaillons plus intensément. Et nous travaillons mieux. Londres est en deuxième division », déclare un banquier français, cité sous couvert d’anonymat par le quotidien allemand Handeslblatt qui précise que la modestie ne semble pas être l’apanage des banquiers français. .

Nous avons soumis cette citation à plusieurs professionnels de la finance expatriés à la City de Londres et le moins que l’on puisse dire est que leurs réactions sont cinglantes. Jugez-plutôt :

« Franchement, cela sent l'arrogance injustifiée à plein nez. Ce banquier a-t-il consulté le dernier classement des places financières internationales ? Est-il conscient que Londres est située à la deuxième place, juste derrière New York, alors que Paris est à la vingt-troisième place ? Sait-il que des places telles que Chicago, Dubai, Toronto, le Luxembourg ou encore Osaka sont devant Paris ? », avance un trader français qui travaille à Londres.

« La déclaration est tout simplement déplacée et reflète bien l'attitude de Paris dans son incapacité à se regarder en face. Cela fait des années que ça dure et c'est toujours la même chose. En ce moment, Paris tente de profiter du Brexit pour prendre des parts de marché à Londres », poursuit-il. « Elle veut saisir un évènement inattendu, et exceptionnel, pour s'emparer de ce qu'elle peut. Il n'y a aucun mal à cela mais ses banquiers feraient-ils de telles déclarations si Paris ne devait compter que sur ses propres forces pour se hisser dans le Top 5 mondial sans le Brexit ? Si Londres est en deuxième division alors Paris est dans la cinquième »

De quoi éclater de rire…

"We work harder. We work better". Il y a de quoi éclater de rire en lisant ça, selon un vendeur de la City. « Cela provient d'un système connu pour son imposition étouffante, son administration très contraignante et son environnement franco-français qui n'est pas prêt à rivaliser avec la dimension internationale de Londres. Les financiers du monde entier qui doivent choisir une place européenne pour faire avancer leur carrière regardent d'abord Londres avant le reste ».

« Comment expliquer sinon la très grande diversité de nationalités au sein de la finance londonienne ? Les grands exemples actuels sont Mark Carney (un canadien), le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Tidjane Thiam (un franco-ivoirien), patron de Credit Suisse et Nikolay Storonsky (un russe), fondateur de la Fintech Revolut. Leurs réussites ont été rendues possible par Londres. Paris n'a pas d'équivalents ».

Et de conclure : « Bref, long live London et good luck Paris ! »

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...