☰ Menu eFinancialCareers

Journal d’un stagiaire en banque : « Triste fin pour les stagiaires n’ayant pas reçu d’offre »

beauty girl cry

C’est fini et j’y suis arrivé : j’ai reçu une offre pour rejoindre ma banque d’investissement, ce qui signifie que je peux enfin troquer le Red Bull et le café pour un peu de champagne. Si la crise financière est souvent associée à cette image de banquiers quittant les bureaux de Lehman Brothers avec leurs affaires dans une boîte en carton, le processus de sélection des stagiaires est quant à lui un peu moins dramatique.

Ceux ayant des offres ont reçu une enveloppe et se promènent dans le bureau en arborant un grand sourire sur leur visage. Les autres ont tout simplement aussitôt quitté le bureau, sans aucune cérémonie. C’est triste – bien sûr, la banque ne nous doit rien, mais il est toujours étrange de passer l’été avec un groupe de personnes que vous considérez comme vos amis sans avoir l’occasion de leur dire au revoir. Comme la sélection à l’université, ces gars vont maintenant essayer de tirer parti de leur expérience d’été pour sécuriser un emploi dans une autre banque. Je leur souhaite bonne chance même si ce n’est pas une situation dans laquelle je voudrais être.

J’ai déjà mentionné le fait d’avoir travaillé de longues heures et ne jamais sortir du bureau avant 2 heures du matin, mais ce n’est pas le cas pour chaque banque. Bank of America Merrill Lynch exige que ses stagiaires quittent le bureau avant minuit et ne travaillent pas du tout pendant le week-end. Il s’agit d’une politique adoptée après la mort du stagiaire BAML Moritz Erhardt en 2013. Il est mort de causes naturelles, mais des rumeurs ont circulé sur le fait qu’il travaillait trop après avoir enchaîné plusieurs nuits blanches.

D’un autre côté, je me demande comment leurs stagiaires ont réussi à faire tout leur travail ainsi que le réseautage nécessaire pour décrocher une offre. Les dernières semaines ont été une campagne soigneusement orchestrée entre des rendez-vous autour d’un café avec des banquiers seniors et de travail intense pour prouver à ceux de mon bureau que je valais la peine d’être recruté.

Il y a quelques raisons pour lesquelles je crois que certains stagiaires ont échoué. Tout d’abord, je dirais que ce n’est pas dû aux conditions du business – la banque aurait pu embaucher tous les stagiaires si elle le souhaitait, mais a choisi de se séparer de certains d’entre eux.

Et tout ne dépend pas du networking. Certes, vous avez besoin de défenseurs dans différentes lignes de métiers pour vous donner un coup de pouce, mais cela peut être vite chronophage que de cultiver des contacts. Les stagiaires ont passé beaucoup de temps à organiser des rendez-vous avec les banquiers seniors pour attirer leur attention et les impressionner. Mais ils l’ont fait au détriment de leur travail, ce qui n’est tout simplement pas acceptable.

Si vous voulez une offre, je pense que vous devez être humble et compétent. Personnellement, j’ai beaucoup appris sur Excel et PowerPoint, mais beaucoup de stagiaires ont pensé qu’ils savaient tout. Le résultat était qu’ils avaient «leur» façon de faire des choses et refusaient d’apprendre les rudiments nécessaires requis par la banque avant que vous ne fassiez le grand saut. Rien ne dérange plus un analyst que de refaire le travail d’un stagiaire.

Au cours des dernières semaines, beaucoup d’entre nous ont travaillé sur une étude de cas de simulation de fusion basée sur un deal récent que la banque a realisé. En gros, nous créons des pitchbooks, traitant à part les aspects financiers du deal, et présentant notre argumentaire pour faire avancer la transaction d’une façon ou d’une autre. Cela a été formidable d’utiliser nos neurones sur ce projet, car le travail que l’on vous confie en tant que stagiaire est souvent basique.

Cela, tout comme la façon dont vous démontrez des soft skills comme la capacité à travailler en équipe, peut amener la banque à décider de vous embaucher. Alors ne sous-estimez pas ce travail.

C’est étrange, j’ai une offre ferme d’une grande banque d’investissement et encore une année à l’université. Au cours des deux dernières années, j’ai suivi mes études avec pour unique objectif d’entrer dans une banque d’investissement après l’obtention du diplôme. A présent que j’ai ce job, je vais tâcher de le prendre avec décontraction avant que les choses sérieuses ne commencent vraiment en septembre prochain.

James Roberts est le pseudonyme d’un stagiaire d’été, intégré à un desk M&A dans une grande banque d’investissement à Londres. Il a partagé ici pendant sept semaines ses impressions à propos de son stage.


Photo: Getty Images

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici