☰ Menu eFinancialCareers

Pourquoi ce banquier d’investissement de chez Morgan Stanley quitte la finance pour… l’équitation

Mathias Pestre-Mazieres en pleine action

Mathias Pestre-Mazieres en pleine action

Que faire si vous êtes un banquier d’investissement senior avec des économies de côté et l’envie de vous adonner à un nouvel hobby ? Dans le cas de Mathias Pestre-Mazieres, qui a passé plus de 10 ans à travailler chez Morgan Stanley, la réponse a consisté à acheter un cheval et à se lancer dans le saut d’obstacles.

Managing director dans l’équipe banque d’investissement pétrole et gaz chez Morgan Stanley à Londres, Mathias Pestre-Mazieres a ainsi passé chaque week-end à faire du saut d’obstacles et a même essayé d’en faire pendant son temps libre passé avec des clients quand c’était possible. Il a réussi à franchir 1,25 m – les cavaliers olympiques franchissant jusqu’à 1,6 m – et affirme que c’est un excellent moyen de réseauter avec des clients et autres professionnels de la banque.

« D’après mes amis et collègues, si vous avez de l’argent de côté, soit vous achetez un yacht ou une maison sur une île paradisiaque (si vous voyez les choses en grand), soit vous investissez dans des chevaux », explique-t-il. « Pour moi, cela a commencé de façon anodine, mais j’ai vite mordu à l’hameçon, au point d’essayer de faire du saut tous les week-ends ».

Mathias Pestre-Mazieres a transformé ce hobby en une nouvelle activité. En début d’année, il a fait une croix sur sa carrière de 17 ans en banque d’investissement pour monter la société de soins équestres Cheval Energy à Paris. L’idée derrière ce business qui a été crée en 2013 était à l’origine de fournir des soins médicaux et des fournitures pour le dressage, le saut, le polo et les activités événementielles.

Mathias Pestre-Mazieres a ensuite passé la vitesse supérieure –  il nous indique qu’il a investi un « nombre à sept chiffres » dans l’entreprise, qui a également été soutenue par le fonds de capital-investissement Generis Capital ainsi que « quatre family offices passionnés par le monde équestre ».

« Il y a le fait que ce soit pour moi un hobby, mais je me suis lancé grâce à ma connaissance commerciale », nous confie-t-il. « Mes compétences financières sont devenues utiles pour monter rapidement l’entreprise et sécuriser sa trajectoire de croissance. Mais il est également probable que nous entreprendrons des fusions et acquisitions au cours de l’année prochaine, il y a donc un lien évident avec ma carrière bancaire ».

Mathias Pestre-Mazieres nous dit que sa décision de quitter la banque d’investissement était basée sur certains “facteurs d’attirance-répulsion” . « L’activité de l’industrie du pétrole et du gaz connaît une crise depuis des années, à l’échelle mondiale, que ce soit dans les fusions et acquisitions, les introductions en bourse et le financement », précise-t-il.

« Sans même parler des volumes de transactions plus faibles, des dialogues plus rares avec les clients corporate occupés à sauver leur peau dans ce contexte de ralentissement, ce qui a rendu le travail beaucoup moins intéressant. Ajoutez à cela une rémunération plus faible pour des horaires toujours aussi stressants, à un moment donné, vous devez vous poser la question de vos options », poursuit-il.

Mathias Pestre-Mazieres affirme que beaucoup de banquiers d’investissement des divisions pétrole et gaz sont encore très pressurisés, malgré la raréfaction des deals. « Je pensais que le pipeline allait s’améliorer, ou du moins changer de direction », note-t-il. « Tous mes collègues dans le pétrole et le gaz sentaient la même chose – mais les horaires étaient toujours aussi chargés, la pression ne baissait pas, et les banques réduisaient les coûts. Pour moi, cela semblait être le bon moment pour aller de l’avant et cette opportunité s’est présentée ».

« Dans une certaine mesure, les banquiers d’investissement seniors sont piégés dans l’industrie », constate-t-il. « D’une part, il y a la pression financière pour continuer à gagner de gros salaires et les bonus offerts par l’industrie, mais il y a aussi la question de savoir comment les compétences acquises dans une longue carrière en banque d’investissement peuvent être appliquées ailleurs ».

« Il y a beaucoup d’appétence parmi les nombreux banquiers seniors pour aller de l’avant, ils ne le diront pas, mais c’est vrai », reconnaît Mathias Pestre-Mazieres. « La vérité est que c’est incroyablement difficile. Tout d’abord, vous vous êtes habitué à des coûts fixes élevés au fil des ans – les enfants en pensionnat, une grosse hypothèque, etc… si bien que si vous partez, vous devez accepter un niveau de vie différent et réduire les coûts. Cela signifie faire ses adieux à certaines habitudes coûteuses que vous avez prises pendant des années ».

Naturellement, beaucoup de gens dans l’industrie hésitent à abandonner. Le conseil de Mathias Pestre-Mazieres est simple : foncez ! « Quel est le risque en fait ? Pas grand si vous y réfléchissez bien. Vous pouvez toujours revenir dans la banque – même si je sais déjà que je ne le ferai pas », explique-t-il.

« En outre, si vous avez le soutien de votre famille, il n’y a aucune hésitation à avoir à mon avis. Nous n’avons qu’une seule vie. Si je ne l’avais pas fait cette fois-ci, je l’aurais regretté toute ma vie. Pour moi, ce projet est un bon mix entre entrepreneuriat et d’opportunité d’affaires, et les étoiles sont apparues si parfaitement alignées que je n’ai aucune hésitation du tout », conclut-il.


Image: Getty Images

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici