☰ Menu eFinancialCareers

Comment gérer l’appel d’un chasseur de têtes ?

Barnaby Parker est directeur chez Project Partners, un cabinet de recrutement à Londres. Il donne quelques conseils aux candidats pour bien gérer l’appel d’un chasseur de tête.

Dès que vous avez entendu sa voix, vous avez compris que c’était lui. Il vous a posé les bonnes questions, connaissait toutes les personnes que vous citiez et était déterminée à vous trouver votre prochain job
. Mais est-il si indispensable pour vous aider à décrocher votre prochain emploi ou est-il simplement la première personne à s’intéresser à votre carrière depuis votre première femme ?
La façon dont vous répondez à un chasseur de tête est cruciale. Si vous le gérer bien, vous pourrez vous en féliciter bien longtemps après. Et si vous vous y prenez mal, vous pourriez le regretter toute votre vie.
Tout d’abord, ne paniquez pas. Ne soyez pas paranoïaque. Des personnes que j’ai approchées m’ont déjà demandé si j’étais envoyé par leur chef. D’autres, pensant que la conversation était enregistrée, ont refusé de me répondre. Les conversations sont enregistrées pour des raisons légales. Et autant que je sache, les appels des chasseurs de tête ne sont pas contrôlés dans les entreprises par une cellule spéciale.
Que vous soyez heureux ou non dans votre poste actuel, prenez le temps de parler aux chasseurs qui vous contactent. On les paie cher pour le faire et vous n’avez rien à perdre.
Les recherches effectuées sur votre parcours varient énormément, cela a pu prendre plusieurs semaines ou aucune. Si vous êtes important vous serez sûrement dans le premier cas. Pour en avoir le cceur net, vous devez prendre l’appel.
Faites l’effort de vous intéresser au chasseur en lui posant des questions du genre ‘Comment avez trouvé mon nom ? Depuis combien de temps faites-vous ce métier ? Combien d’autres cabinets sont missionnés pour cette recherche?’.
Ensuite renseignez-vous sur le cabinet, sur sa réputation et ses pratiques. Vous pourrez éviter que votre CV ne circule sans votre accord. Etablissez une relation de confiance avec le chasseur de tête avant de lui montrer votre CV.
Les chasseurs aiment parler d’eux comme tout le monde et on peut glaner de précieuses informations sur l’état du marché en discutant avec eux..
Soyez honnête, mais ne dévoilez pas tout par téléphone.
Et attendez-vous à être déçu. Les chasseurs de tête peuvent être impitoyables – ils sont payés pour trier le bon grain de l’ivraie. Si vous êtes dans l’ivraie, ne vous attendez pas à ce qu’ils vous rappellent.
Si vous avez l’occasion de les rencontrer, faites-le, construisez une relation, montrez vous intéressé, renseignez-vous sur le client, l’entreprise, les perspectives de carrière et les attributions du poste. Si vous n’êtes pas intéressé par le poste proposé, dites-le et recommandez d’autres candidats si vous le pouvez. Trouver le bon job peut prendre de 12 à 18 mois, alors soyez patient.
Réfléchissez bien avant de changer d’emploi; si le client de votre chasseur vous fait une offre, prenez votre temps. Ils ne savent pas vraiment ce qui est bon pour votre carrière, mais ils savent en revanche ce qui est bon pour eux : obtenir la commission, pourvoir le poste vacant… tout ça dépend de votre choix d’accepter ou non le poste !
Enfin (contrairement peut être à votre premier mari ou à votre première femme) ne pensez pas qu’à l’argent. Faites-vous une idée claire du poste que vous souhaitez et de ce que vous voulez faire dans un ou deux ans. Ce changement professionnel peut être le début d’une belle relation avec votre chasseur de tête. Avez-vous une idée de tout ce qu’il pourrait vous apporter ?

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici