☰ Menu eFinancialCareers

Ce qu’il faut retenir du rapport de Roland Berger sur la relance post-Brexit de la place financière belge

La Bourse de Bruxelles, un lieu de networking parmi d'autres...

La Bourse de Bruxelles, un lieu de networking parmi d'autres...

Le Brexit devrait réduire la prédominance de Londres en tant que principale place financière. Comment Bruxelles peut-elle profiter de cet événement ? C’est pour tenter de répondre à cette question que le Belgian Finance Club, présidé par Bruno Colmant, Executive Board Member de la Banque Degroof Petercam, organisait lundi soir une rencontre dans les bureaux de TreeTop Asset Management intitulée “Relance de la place financière belge après le Brexit“.

A l’occasion de cette rencontre qui réunissait des acteurs de premier plan du monde de la finance belge, comme Luc Bertrand, président du groupe Ackermans & van Haaren ou bien Fabian Vandenreydt, Global Head of Securities Markets chez Innotribe and the SWIFT Institute, le BFC s’est associé à la société de conseil stratégique Roland Berger pour effectuer une étude (téléchargeable ici) dont les premières conclusions ont été présentées par Grégoire Tondreau, Managing Partner Belgium chez Roland Berger. Nous en avons profité pour poser quelques questions à ce dernier…

Quelles sont les grandes caractéristiques de la place financière belge, ses points forts et ses point faibles ?

La place financière belge se caractérise par 4 principales forces : des ressources qualifiées et très internationales, une prédisposition pour la technologie et les infrastructures, une histoire de collaboration tournée vers l’innovation entre acteurs du secteur, et une localisation unique au centre de l’Europe. Cela se traduit par exemple par le développement des paiements électroniques depuis les années 60s et par l’implémentation d’acteurs internationaux tels que SWIFT, Euroclear ou Mastercard.

En outre, la Belgique se caractérise par des actifs financiers élevés aux mains des ménages belges. Cependant, la place financière belge s’inscrit dans un contexte institutionnel complexe et un climat fiscal perturbateur par son manque de constance perçu.

Pourquoi Bruxelles n’est pas à priori une destination de choix pour les financiers de la City ?

Bruxelles a toutes les raisons d’être une destination de choix mais le morcellement des initiatives et des énergies n’a pas permis de positionner Bruxelles et de mettre en évidence ses atouts.

Quelles sont les pistes d’amélioration préconisées dans votre rapport pour relancer l’attractivité de Bruxelles dans le contexte post-Brexit ?

Le repositionnement de Bruxelles doit passer selon nous par des initiatives concrètes autour de 3 thèmes : raviver la culture de prise de risque par exemple avec des incitants fiscaux pour orienter une part de l’épargne vers les investissements en capital, construire des plateformes digitales inter-acteurs dans la logique de ce qui a été fait depuis les années 60s, et utiliser la proximité avec les institutions européennes pour renforcer l’écosystème financier belge.

Le fait que le géant de l’assurance Lloyds of London choisisse Bruxelles pour établir sa base européenne va-t-il redistribuer les cartes ? D’autres transferts vont-ils suivre ?

L’arrivée de Lloyds of London donne certainement de l’espoir et semble bien s’inscrire dans un environnement favorable à ce secteur; à titre d’exemple, Ageas a pu s’imposer comme un acteur global en assurances, ou encore Qover qui émerge comme insuretech. Il faut espérer que ce choix de Lloyds of London servira d’inspiration à d’autres.

Pour finir, un petit mot sur l’écosystème des Fintechs en Belgique ?

Bien qu’actif un peu tardivement, l’écosystème des Fintechs en Belgique est en phase d’accélération majeure avec des initiatives d’insuretech, d’infrastructure et un incubateur en partenariat public-privé pour dynamiser l’ensemble, B-Hive. L’alignement des efforts semble présent ce qui laisse présager de beaux développements. A noter que le secteur des Fintechs devrait pouvoir bénéficier d’incitants à la R&D qui ont été mis en place par le passé pour le secteur pharmaceutique.


Crédits photo : © Santiago Urquijo / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici