☰ Menu eFinancialCareers

L’intelligence artificielle, votre prochain recruteur en finance ?

660495451

Deloitte vient de publier son étude Tendances RH 2017 à laquelle plus de 10.000 responsables RH et Business (dont 299 en France) ont participé à travers 140 pays. Cette étude permet de mesurer le degré de maturité des ressources humaines face aux défis et aux nouvelles priorités auxquels elles sont confrontées, mais également l’importance qu’elles y accordent.

Destinée à l’origine aux services RH des entreprises, cette étude n’en demeure pas moins riche d’enseignements pour les candidats en finance que vous êtes. Parmi les grandes tendances 2017, l’une d’entre elles a particulièrement retenu notre attention : près de la moitié (49%) des entreprises françaises prévoient d’avoir recours à l’intelligence artificielle (IA) pour leurs recrutements. Cela signifie-t-il que votre avenir professionnel dépendra d’une machine ?

Montée en puissance de l’IA

Actuellement, 62% des entreprises revoient leurs programmes d’acquisition des talents, cette problématique  se situant dans le top 3 de leurs priorités. « Cependant, seules 35% d’entre elles se sentent matures sur ce sujet. En outre, l’étude note que 18% des entreprises s’aident de l’intelligence artificielle dans le cadre de leurs recrutements et 40% prévoient d’y avoir recours à l’avenir », indique Philippe Burger, Associé responsable Capital humain chez Deloitte.

La généralisation du recours à l”intelligence artificielle pour sélectionner les candidats n’est donc pas pour tout de suite mais il va falloir de plus en plus compter avec. D’autant plus que les premiers résultats sont probants. Selon une étude publiée cette année dans la Harvard Business Review, l’intelligence artificielle demeure 25 % plus fiable qu’un être humain pour évaluer le dossier d’un candidat à un emploi.

Ce qui au final n’est pas véritablement une surprise si l’on considère que les recruteurs ont toujours utilisé les innovations technologiques (job boards, réseaux sociaux, algorithmes…) pour affiner leurs décisions en matière de recrutement.

Bientôt la déferlante des “Chatbots”RH ?

S’appuyant sur de larges bases de données et des algorithmes, les Chatbots, ces robots logiciels pouvant dialoguer avec un individu par le biais d’un service de conversations automatisées, utilisent l’intelligence artificielle pour évaluer plus finement les candidats, leurs compétences et leur potentiel. Les  progrès en la matière permettent de plus en plus  « d’analyser » et « comprendre » les messages et d’être doté de capacités d’apprentissage liées au machine learning.

Le sujet est à la mode chez les recruteurs. Pour preuve, dans le cadre du salon Solutions Ressources Humaines qui se tenait la semaine dernière à Paris, Sopra RH Software a organisé une table ronde dédié à l’IA et aux bots. Les banques elles aussi sont aux aguets, et certains ont déjà franchi le pas comme le groupe bancaire BRED qui utilise un chatbot pour des fonctions de support utilisateur et de gestion RH.

Enfin, les start-ups entendent bien elles aussi profiter de la puissance des algorithmes et de l’intelligence artificielle, à l’image de Jérémy Lamri, fondateur du site de développement professionnel Monkey Tie, qui vient de lancer une nouvelle plateforme de “matching affinitaire” visant à unir candidats et recruteurs à partir de leurs personnalités, leurs valeurs et leurs cultures, et non plus à partir des seuls CV et des fiches de poste.

La machine ne remplacera pas le recruteur !

L’intelligence artificielle ne va pas remplacer les recruteurs physiques mais leur servira d’outil d’aide à la décision dans le processus de recrutement et leur permettra de leur libérer du temps afin qu’ils puissent se concentrer sur les entretiens avec des candidats plus en adéquation avec le profil du poste. Après tout, les Chatbots ne sont rien d’autre que des assistants conversationnels automatisés. Qui plus est, ils ne sont pas infaillibles.

« Nous ne sommes pas à l’abri de biais cognitifs. Peut-être allons-nous nous apercevoir que les candidats recrutés sont ceux ayant répondu au chatbot car ils sont les plus proches de nos valeurs ? Il est encore trop tôt pour le dire », explique ainsi Cyril Hijar, marketing manager chez Neoh Conseil lors d’une récente interview à Focus RH. « Mais quel que soit le canal de recrutement choisi – CV, lettre, chatbot, vidéo différée -, si un candidat se révèle le profil idoine, il sera privilégié. Et c’est lors de l’entretien que tout se jouera. Aucun chatbot ne remplacera cette phase de décision ». Plutôt rassurant, non ?


Crédits photo : Gary Waters / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici