☰ Menu eFinancialCareers

Quand certains des ‘quants’ les plus expérimentés de chez SocGen montent leur propre structure…

Societe Generale Headquarter entrance in La Defense

Les analystes quantitatifs (ou ‘quants’) ont le vent en poupe dans la banque d’investissement, mais ils sont également sous estimés et sous-payés (du moins relativement). Mais ce n’est pas comme s’ils n’avaient pas d’autres opportunités : les meilleurs d’entre eux peuvent se faire embaucher chez Instagram ou Facebook. Ils peuvent aussi choisir de voler de leurs propres ailes.

Le dernier exemple en date de quants seniors quittant une banque d’investissement est celui de la Société Générale, sachant que la banque française dispose d’énormes bataillons de diplômés de grandes écoles travaillant dans son équipe d’ingénierie financière au Royaume-Uni.

Eric Viet, managing director et responsable mondial des institutions souveraines et financières chez Société Générale a ainsi quitté la banque en décembre dernier pour lancer début mars son propre cabinet, Munoa Invest. Eric Viet vient d’enregistrer sa société dans le registre des entreprises britanniques, et il est pour l’instant le seul employé.

Ces derniers mois, Eric Viet n’a pas été le seul quant de chez SocGen à monter son entreprise. Hubert Le Liepvre, responsable de l’ingénierie financière basé à Londres au sein de l’équipe de cross-asset solutions de la banque, est également parti à la fin de l’année dernière pour lancer à Paris la startup technologique Ze Profile qui vise à monétiser les données personnelles.

Après tout, les quants de chez SocGen peuvent très bien avoir été victimes des efforts de la banque en termes de réduction des coûts. En mai dernier, cette dernière avait indiqué qu’elle allait revoir à la baisse les coûts de sa banque d’investissement de 220 millions d’euros supplémentaires pour cette année.

Depuis, des professionnels seniors des marchés sont partis. Daniel Fields, responsable mondial des marchés s’en est allé à la mi-2016, tandis que Maxime Kahn, son responsable mondial de l’equity flow trading, a quitté le navire en septembre et est toujours depuis en dispense de préavis (gardening leave). Idem pour Pierre Kervella, directeur adjoint des services de financement des valeurs mobilières et de l’indexation qui est parti en novembre, ainsi que David Escoffier, ancien directeur adjoint des marchés chez SocGen.

Qu’ils aient été poussés vers la sortie ou soient partis de leur plein gré est discutable, mais il y a quelques émois à la SocGen après les divulgations des bonus de cette année. L’enveloppe est en baisse d’environ 5% et certains des traders fixed income qui ont eu une bonne année seraient particulièrement déçus.

Eric Viet et Hubert Le Liepvre travaillaient depuis longtemps chez SocGen. Pour preuve, Eric Viet a rejoint la banque en 2008, après deux ans passées à gérer sa propre affaire de conseil en retraite, Aleva Advisors. Précédemment, il était managing director et responsable du groupe européen d’assurances et de retraite chez J.P. Morgan. Il a occupé divers postes de direction chez SocGen, notamment comme responsable de la distribution d’actifs illiquides et responsable du conseil aux institutions financières dans le secteur cross asset solutions. Pour sa part, Hubert Le Liepvre, a rejoint la SocGen en 2003 où il a occupé des fonctions à travers Londres et New York.

D’une façon plus générale, les quants seniors des banques d’investissement ne sont pas à l’abri des suppressions d’emplois et beaucoup ont profité de l’occasion pour monter leur propre business. C’est par exemple le cas pour Jamie Walton, l’ex-responsable quants FX chez Morgan Stanley, qui en ce moment est en train de monter sa propre affaire de sous-traitance ‘quant’ et de faire décoller une fintech.


Photo: Getty Images

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici