☰ Menu eFinancialCareers

Un recruteur dans la fintech dévoile les questions qu’il pose en entretien…

Hong Kong fintech

Au cours de ma longue carrière dans le secteur bancaire en Europe et en Asie, j’ai été des deux côtés du recrutement, à la fois comme manager RH et recruteur (missions, outplacement, etc.).

Désormais, je suis plus que sur le «côté recruteur » en tant que CEO de la société fintech FinFabrik basée à Hong Kong. Je vais essayer de vous donner un aperçu général du type de candidats du secteur bancaire que les start-ups comme la mienne aimeraient embaucher et du type de questions que nous sommes susceptibles de poser.

Se préparer avant de rejoindre une société fintech est essentiel car dans une petite structure nous recherchons toujours quelqu’un qui partage notre culture. Et pour trouver la perle rare, nous ne pouvons pas analyser des centaines de candidatures comme le ferait une grande banque avec l’aide d’un chasseur de têtes.

Pourquoi nous ?

C’est pourquoi l’une des premières questions que nous posons est « pourquoi nous ? » (sous entendu : parmi toutes les autres sociétés fintech actuellement en train de se développer à Hong Kong). Alors que vous êtes supposé tout savoir ce qui a été publié sur nous, nous ne nous attendons pas à ce que votre réponse soit une suite de platitudes.

Savoir qui sont les fondateurs, quand avons nous commencé, et si nous avons effectué des tours de financement vous aidera à vous faire une idée sur notre maturité. Mais comprendre notre marque, notre offre de produits et comment / pourquoi ils correspondent à vos aspirations est en fait plus important.

Vous devez également connaître nos concurrents (quand il y en a) et ce qui nous rend attrayants en plus du fait que nous proposons un poste vacant avec un salaire décent et des stock options. Si l’argent est votre principale motivation, alors inutile d’envoyer votre candidature parce que nous ne pouvons pas rivaliser avec les banques et votre capital pourrait mettre un certain temps avant de fructifier.

Connaître notre taille et notre développement vous permettra de savoir à quel point le job sera multi-tâches (ou multi-extinction d’incendies !). En d’autres termes, quelle capacité d’adaptation et quelles compétences devrez-vous avoir pour survivre (ou pas).

Dans une petite société fintech nous n’avons pas le temps de jouer aux divas. Apprendre et s’adapter au fur et à mesure, et s’aider mutuellement est primordial pour réussir. Ainsi, lors d’un entretien d’embauche, vous devez nous convaincre que vous pouvez performer sous la pression, respecter les délais serrés et passer facilement d’une chose à l’autre.

Pourriez-vous vous présenter ?

Autre question basique : « Pourriez-vous vous présenter ? » Pour moi, il s’agit surtout de savoir comment vous articulez votre histoire, autrement dit comment vous reliez les différents emplois et les périodes de votre vie dans un récit cohérent ? Pour être honnête, je ne me soucie guère des jobs que vous avez faits, combien de temps vous les avez occupés ou le degré de séniorité que vous avez atteint. Je regarde vos compétences, vos attributs ainsi que votre résilience.

Incontestablement, votre expérience professionnelle a contribué à vous façonner. Mais je suis plus intéressé par les leçons que vous avez tirées de cette expérience, et comment vous avez articulé le tout. Personne n’est statique et la fintech est une industrie en évolution rapide, de sorte que votre volonté d’apprendre de nouvelles compétences doit également être mise en avant lors de l’entretien.

Ne faites pas semblant d’en savoir plus que ce que vous savez. Si vous simulez, je pourrai alors vous poser une question sur une catégorie de classe d’actifs, le marché, la réglementation, le client, le business ou la technologie et je découvrirai très rapidement l’étendue de vos connaissances.

Comment allez-vous nous aider ?

J’aime aussi demander aux personnes à qui je fais passer un entretien : « Qu’est-ce qui vous rend si spécial à et comment allez-vous nous aider ? ». Votre ‘touche personnelle’ est votre caractéristique la plus importante et la plus différenciatrice. Une start-up fintech a beaucoup d’éléments mobiles et chacun d’entre eux doit pouvoir s’emboîter avec le tout.

Au cours de ma carrière (et c’est encore plus vrai aujourd’hui), j’ai cherché à recruter des gens meilleurs que moi (ce qui sur certains points n’est pas trop difficile !). Égoïstement, je sais que je vais apprendre d’eux et qu’ils vont sans cesse me pousser à être sur le qui-vive.

Attention cependant : nous sommes une équipe de professionnels compétents, amusants et passionnés, mais il n’y a pas de place chez nous pour les ego démesurés, alors vous feriez mieux que ce ne soit pas votre cas.

Avez-vous une passion ?

Enfin pour moi, la question la plus importante est : « Avez-vous une passion ? ». Peu importe la passion que vous mentionnez, elle m’indique surtout que vous avez quelque chose qui vous définit qui vous aidera dans les moments difficiles.

Ma passion à moi, ce sont les arts martiaux. Cela pourra toujours vous donner quelques indices sur la façon dont je pense, si jamais nous nous rencontrons prochainement à l’occasion d’un entretien en face-à-face à Hong Kong…

Alex Medana, ancien responsable du service clients Asie-Pacifique chez Deutsche Bank, est CEO de la société fintech FinFabrik basée à Hong Kong.


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici