☰ Menu eFinancialCareers

L’affaire Kerviel a-t-elle rendu service aux traders ?

Le rapport final d’audit interne sur l’affaire Kerviel commandé par la Société Générale au cabinet PricewaterhouseCoopers vient d’être rendu public. La fraude a été facilitée ou sa détection retardée par les faiblesses de la supervision du trader et du dispositif de contrôle des activités de marché , affirme le rapport, qui pointe les insuffisances des dispositifs techniques de contrôle au sein de la banque et annonce une série de mesures structurelles destinées à transformer l’environnement de contrôle des activités de marché. D’ores et déjà, la direction de la banque, qui se retrouvera mardi 27 après-midi face aux actionnaires, compte réviser à la hausse la grille de rémunérations des professionnels chargés des contrôles.

Pour préserver la rentabilité, on ne regarde pas et on n’entrave pas les traders, même quand on estime qu’ils vont trop loin , estimait récemment Guillaume Selnet, l’un des avocats de Jérôme Kerviel. Une pratique en passe de disparaître ? Certains professionnels considèrent que l’affaire a permis de faire le ménage dans les salles de trading. En révélant au grand public ce qui était connu de tous les professionnels, la pression médiatique a obligé les banques à en éclaircir les responsabilités de chacun. Dans les salles de marché, le contrôle des risques doit être réellement autonome , insiste Georges Castel, directeur des études du pôle Trading de l’ESLSCA.

Toutefois, le scepticisme, voire la crainte de devoir changer les mauvaises habitudes, est palpable chez certains traders. Il ne faudrait pas passer d’un extrême à l’autre ! , précise l’un d’entre eux sous couvert d’anonymat. L’intitulé du programme que la SocGen va mettre en place pour faire évoluer les pratiques et les mentalités, baptisé Fighting back , donne des frissons dans le dos ! L’ambiance Big Brother régnera-t-elle bientôt dans les trading floors ?

commentaires (9)

Comments
  1. Il serait en effet plus que temps de faire quelque chose !
    Il faut assainir le système pour empêcher que des inconscients ambitieux continuent de jouer aux des avec l argent, et donc les vies, de milliers d’autres personnes. Kerviel est un héros médiatique et tout le monde se fout des gens vires ou non-embauches par sa faute!

  2. Je ne sais pas pour les traders, mais hier soir les actionnaires ils étaient pas contents du tout.

    Extraits : “Nous sommes des grognards. Eh bien, je vais grogner” ; “J’ai l’impression qu’on nous raconte une fable” ; une banque, transformée en “casino”…

    Ouahh… on s’amuse bien chez SG!
    Franchement ça donne pas envie?

  3. Si on laisse se développer de telles pratiques dans les établissements bancaire, c’est avant tout parce que le gain est intéressant. L’actionnaire a beau jeu aujourd’hui de pleurer et de grogner, mais il était bien content, et meme je dirais responsable que la banque mette en place de tel département qui ont tout de meme raporter à la Sogé plus de milliard qu’elle n’en perd aujourd’hui.

    Tant que le marché recherchera la performance avant tout, tant qu’il sera rapide dans ses arbitrages, les entreprises seront obligées d’avoir recourt à de telles méthodes (comptables, financières, etc,…) pour progresser toujours plus rapidement. Effectivement les petits actionnaires seront surement lésés pour le fait qu’ils n’ont pas la même réactivité.

  4. les actionnaires de la SG ne sont pas contents, un cours en baisse de près de 50%. Par contre, en 2006, le ROE du pole BFI près de 50% n’étonne personne, les actionnaires encaissent les dividendes. Derrière la théorie est vérifiée: qui dit rendement plus élevé dit risque plus éléve. Et cela avec ou sans JK.

  5. En tant qu’ancien trader arbitragiste sur le delta one entre autre ( bque gris/ vert), les conclusions du rapport d’audit sont conformes à mon analyse du cas kerviel lors de sa parution dans la presse. Un défaut flagrant de contrôles croisés des risques et un trader qui s’embourbe sur une mauvaise prise de position et qui souhaite se refaire ! mais le marché ne va pas dans son sens…..

    Je pense que des contrôles des risques indépendants et réguliers sont au contraire une chance pour tous les traders. Un bon contrôleur des risques doit être aussi intelligent qu’un trader, donc pour attirer des volontés….. Je pense aussi que les banques doivent cesser de dévaloriser les fonctions des personnes des MO/BO en les payant mieux, ils se sentiront ainsi plus responsables et reconnus et non de simples exécutants de base. Ainsi ils pourront affronter certains traders imbus de leur fonction et dont les pieds ne touchent plus le sol !

  6. J’adooore les commentaires de communistes syndiqués et les utopistes qui ne s’y connaissent pas plus en marchés qu’en…orthographe…un autre muscadet ? M*rde il est 8h, faut qu’je file ! Bon PMU !

    …Et vive Delta One !

  7. Match SG/Calyon : Egalité!
    Dans les deux camps, environ 5 milliards de pertes. Focalisée sur Kerviel et avouée côté SG ; distillée sur le passé et le futur côté Calyon (0.15 milliard attribué à l’erreur d’un trader, et pour le solde…incertitudes sur les valos à venir).

    Avant de mettre en place de nouvelles mesures de contrôle/coercition, qui mettent en péril l’activité des traders (allez donc demander à un trader d’être efficace si pour chaque décision, il doit au préalable recueillir une autorisation écrite), il serait peut-être indispensable

    – de réfléchir plus prosaïquement aux politiques de netting,

    – d’insuffler un changement culturel , y compris en modifiant la politique des bonus annuels, et en la modulant sur les résultats à plusieurs années : pourquoi, quoi qu’il arrive, y compris les années de forte perte, les traders sont-ils récompensés par des bonus dépassant plusieurs fois leurs salaires?

    Exemple d’idée à combattre :
    >Côté SG : les traders seuls produisent de la valeur, tous les autres (salariés, clients.. ) sont des sangsues
    >Côté Calyon : heureusement qu’on est là pour montrer à la Direction des risques que le risque est quasi-nul!

    PAS GAGNE!

  8. Comme le signale Georges Castel, directeur des études du pôle Trading de l’ESLSCA.
    Dans les salles de marché, le contrôle des risques doit être réellement autonome

    Il a bien raison d’insister. Tout le reste n’est que littérature de blogs ou de forums

  9. tout ça c’est blablabla- Qui sait vraiment ce qu’il fait! trader ou pas. Et quand on fait des offres de service, avec l’expérience et la pertinence en plus, et qu’on a plus que l’age du biberon – pas de réponse – tout bidon – c’est dow jones qui traine ses brebis!

    kerviel a joué plus gros que les autres, mais combien de clients privés sous gestion se sont fait planter par des béotiens.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici