☰ Menu eFinancialCareers

Taxe sur les transactions financières élargie : un coup dur pour la place de Paris

610317040

Ces derniers temps, la place financière de Paris multiplie les initiatives pour tenter de tirer au mieux profit du Brexit et d’attirer les financiers installés à la City de Londres. Dans ce contexte, le vote par l’Assemblée nationale, dans la nuit de mercredi à jeudi, en faveur de l’élargissement de l’assiette et du taux de la taxe sur les transactions financières (TTF) tombe comme un couperet pour les acteurs de la place financière.

D’autant plus que le champ d’application de la TTF française est étendu au trading haute-fréquence et aux transactions ‘intra-day’, ces opérations qui consistent à acheter puis vendre des titres au cours de la même journée, et qui seront désormais soumis à ce prélèvement dont le taux sera relevé à 0,3% contre 0,2% aujourd’hui. Si certaines ONG ont salué une décision “historique”, les banques françaises craignent que cette mesure nuise à l’attractivité de la place financière de Paris.

Menaces pour la compétitivité

Dans un communiqué qu’il nous a fait parvenir, l’organisme de promotion de la place financière parisienne, Paris Europlace, exprime sa plus grande inquiétude à la suite du vote, sans concertation et de manière incohérente, de mesures relatives à l’institution d’une nouvelle taxe sur les opérations intra-journalières et au relèvement du taux de la TFF, en France, sans même attendre le résultat des discussions européennes. Paris Europlace en profite par ailleurs pour dénoncer également l’alourdissement de la fiscalité sur les AGA (attributions gratuites d’actions), six mois seulement après la mise en place du nouveau régime.

« Ce vote est une nouvelle manifestation de l’instabilité fiscale française. Il stigmatise le marché boursier, indispensable au financement de l’économie réelle, en taxant des opérations indispensables à assurer la liquidité du marché, alors même qu’est déjà exclu, sur la Place de Paris, le trading à haute fréquence à caractère spéculatif. Il choisit d’alourdir la fiscalité sur les actions gratuites, qui sont pourtant un élément clé pour la promotion de l’épargne salariale et le développement de nos PME de croissance », peut-on lire dans le communiqué.

Discours démagogique et combat d’arrière-garde ?

Ce vote aura notamment pour conséquence dramatique de délocaliser les transactions boursières vers d’autres places financières. Qui plus est, il fait abstraction du nouveau contexte créé par le Brexit et des opportunités qu’il pourrait entraîner pour l’avenir de la Place de Paris et l’économie française.

« Il est le reflet d’un discours démagogique et d’un combat d’arrière-garde qui met à mal la compétitivité de la Place par rapport aux autres places financières européennes », réagit Paris Europlace qui, on le constate, ne mâche pas ses mots et pose la question de savoir si « les partisans de ces mesures veulent créer des emplois uniquement à l’étranger ? »

Son président Gérard Mestrallet indique avoir demandé un rendez-vous urgent au gouvernement, pour lui faire part des enjeux et des actions indispensables à mettre en oeuvre. Affaire à suivre de près…


Crédits photo : Robin Fourre / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici