☰ Menu eFinancialCareers

L’investissement socialement responsable reprend du poil de la bête

Coup de pouce à l’analyse extra-financière. Le mois dernier en Europe, une poignée d’investisseurs institutionnels et de grandes maisons de gestion se sont unies. Le but : lancer une initiative susceptible d’apporter un second souffle à l’investissement socialement responsable, et ceux qui en développent les outils, les analystes.

Sous le nom de Enhanced Analytics Initiative , des maisons comme BNP Paribas AM, AGF AM ou Dresdner Bank Investment Management ont décidé d’encourager clairement leurs brokers pour qu’ils développent de l’analyse dite extra-financière . Dès la première année, les maisons vont pouvoir se partager un budget de 4 à 5 millions d’euros. L’équivalent en Europe d’environ 30 postes d’analystes spécialisés. À terme, la volonté de l’EAI, qui ouvre ses portes à d’autres membres, est d’allouer un budget de 5 % des commissions de brokerage globale à cette initiative.

Potentiel du marché

En France, l’analyse dite ISR (dédiée à l’investissement socialement responsable) a souffert du tassement du marché. Après avoir connu un rythme d’expansion à 2 chiffres, les encours sous gestion se sont significativement tassés au cours du troisième trimestre 2004 (près de 5 milliards d’euros, soit à peine plus de 0,5 % de l’épargne sous gestion). L’analyse extra-financière emmenée par les agences de notation dédiées, continue de se chercher. Le business-model de la principale agence française, Vigeo, a été finalisé assez récemment autour de deux concepts clés : la notation sollicitée – audit des pratiques en matière de développement durable, demandé par les entreprises – et la notation déclarative, outil conçu pour les sociétés de gestion.

C’est à partir de ces agences que se développe aujourd’hui l’essentiel de l’investissement socialement responsable. Car, parmi les sociétés de gestion qui pratiquent l’ISR, une sur trois n’a pas d’analyste en interne. Et, 22 % d’entre elles n’ont recruté à ce jour qu’un seul analyste ; pour un autre quart, entre 2 et 3 analystes spécialisés (source Novethic). Bref, l’immense majorité des sociétés de gestion ne sont pas outillées pour apporter une expertise à leurs clients. Pour l’heure, une société de gestion sur deux fait appel aux services d’une agence de notation ; 39 % s’offrent les services de deux agences spécialisées.

BNP PAM et Dexia AM

Outre Vigeo, leader sur le marché avec 50 % de parts de marché et qui fonctionne avec une vingtaine d’analystes environ, on compte parmi les principaux challengers, également pourvoyeurs d’emploi, les agences SAM, Eiris, Ethibel, Siri Data, Innovest et KLD.

Il n’y a guère que chez les grands gérants ISR, par exemple BNP Paribas AM ou Dexia AM, qu’une politique de recrutement active – qui comptent plus de 7 analystes – a été instaurée. Ces deux leaders suivent dans l’ordre Macif gestion, Crédit Lyonnais (à la fois CLAM et IDEAM, société 100 % dédiée à l’ISR), IXIS Asset Management, AXA IM, AGF AM et enfin UBS. Du côté des nouveaux entrants sur le marché, JP Morgan Fleming AM et Fédéris Gestion sont susceptibles d’offrir des opportunités.

Pour ceux que l’idée d’investissement responsable séduit, mais qui n’auraient pas les qualités analytiques requises pour formaliser un processus d’investissement, bien d’autres acteurs offrent des postes en relation avec le développement durable : entreprises, cabinets d’audit, collectivités territoriales, organisations non gouvernementales…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici