☰ Menu eFinancialCareers

Devez-vous vraiment retourner chez votre ancien employeur en finance ?

boomerang

Votre travail ne vous plaît plus ? Si vous êtes chanceux, vous quitterez votre job actuel pour un autre sans jamais regarder dans le rétroviseur. Mais si vous travaillez dans la finance, difficile de ne pas regarder en arrière : vous ne savez jamais si vous aurez besoin d’aller frapper à la porte de l’un de vos anciens employeurs.

Prenez EY. Le cabinet conseil nous a récemment indiqué que 30% de ses recrutements de profils expérimentés étaient d’anciens employés revenus au bercail.

Dans une moindre proportion, il en est de même pour le secteur bancaire. Ramon Baljé, un managing director de Nomura basé aux Pays-Bas a ainsi travaillé pour la banque nippone pendant cinq ans, entre 2006 et 2011, avant de partir pour JP Morgan puis revenir… chez Nomura. De même, il y a quelques années, Credit Suisse a réembauché les traders Neilan Govender et Julien Eisenberger après leur bref passage chez le hedge fund Brevan Howard.

Les employés qui reviennent travailler chez leur ancien employeur sont appelés « employés boomerang ». Les recruter fait sens : leur courbe d’apprentissage est plus courte et ils ont besoin de moins de formation qu’un nouveau venu dans l’entreprise. Ils sont également familiarisés avec la culture d’entreprise et ont fait leurs preuves dans le passé. Dans un contexte d’embauches plus tendu, en particulier pour l’emploi en finance qui nécessite des compétences spécialisées, un ancien employé qui est parti en bons termes peut être particulièrement attrayant.

Devez-vous vraiment retourner chez votre ancien employeur ?

Si vous avez quitté un emploi en bons termes, alors revenir en tant qu’ancien ancien employé peut présenter des avantages. La culture d’entreprise vous est familière. Vous aurez une transition plus facile pour l’apprentissage des politiques et procédures de l’entreprise. Si vous êtes parti pour poursuivre vos études, améliorer vos compétences ou suivre une formation spécialisée, alors vous pourriez être en mesure de décrocher un poste plus élevé dans la hiérarchie ou progresser plus rapidement, et ce dès votre retour.

Cependant, il y a des risques inhérents au fait d’être un « employé boomerang ». Ainsi, 52% des salariés que nous avons interrogés nous ont dit qu’il était peu probable qu’ils postulent pour un job chez un ancien employeur. Ils ont cité une aversion pour le management, la culture d’entreprise et les tâches à accomplir comme principales raisons expliquant leur réticence à revenir.

Comment gérer votre retour

Avant de décider de ré-approcher un ancien employeur, assurez-vous de vous pencher sur les problèmes qui ont motivé votre départ initial. Si la structure organisationnelle, la politique du bureau ou des personnalités difficiles constituaient un problème, cela a-t-il été résolu ? Et si oui, dans quelle mesure ? En outre, vous devrez rétablir des relations avec vo ex-collègues qui se sentiront méfiantsà votre égard parce que vous êtes partis ailleurs en les laissant en plan. Faites-leur savoir que vous êtes intéressé pour revenir et renseignez vous sur les ouvertures. Jaugez leur réponse – seules leurs réactions peuvent vous aider à déterminer si un retour est de l’ordre des possibles.

Lorsque vous contactez formellement votre ancien manager ou responsable RH, mettez en évidence la façon dont vous avez progressé professionnellement depuis votre départ. Les progrès que vous avez faits et les perspectives uniques tirées de votre expérience professionnelle à l’extérieur pourraient vous rendre encore plus désirable que vous ne l’étiez la première fois.

Gardez à l’esprit qu’un ancien employeur se posera une seule question s’ils vous réembauche : est-ce que cette personne restera en place cette fois ? Utilisez votre entretien de réembauche et votre réseau professionnel afin de montrer aux autres combien vous êtes motivés pour revenir.

Comment vous comporter lorsque vous revenez

Ne considérez pas votre deuxième opportunité avec un ancien employeur comme juste le fait de reprendre le travail là où vous l’avez arrêté. Intégrez les changements qui ont eu lieu pendant votre absence. Essayez d’en savoir plus sur la façon dont la société a évolué dans son approche du business.

Passez du temps à établir un rapport avec la direction. La plupart des employés boomerang qui ont réussi leur retour sont ceux qui sont restés en contact avec les anciens managers et leurs collègues. Si vous avez perdu le contact, passer du temps à reconstruire ces relations une fois que vous êtes de retour à bord.

Ne négligez pas votre entretien de départ

Lorsque vous êtes prêt à quitter votre emploi actuel – ou le prochain – gardez à l’esprit que vous voudrez peut-être revenir dans la société à un moment donné. D’où l’intérêt de partir dans les meilleures conditions possibles.

Ne vous tirez pas une balle dans le pied en étant agressif ou émotif. Proposez un préavis suffisant. Donnez un feedback constructif et insistez sur ce que vous avez apprécié concernant votre travail, ainsi que sur les pistes d’amélioration. Si vous agissez professionnellement, alors votre patron et vos collègues pourraient vous servir de personnes référentes pour votre carrière. Vous ne savez jamais quand vous pourriez les croiser à nouveau, ni à quelle occasion.

Bill Driscoll est président du district de la Nouvelle Angleterre chez Robert Half USA, porte-parole national pour Accountemps, et supervise les services de recrutement de professionnels pour les 23 bureaux de Robert Half à travers le Massachusetts, le New Hampshire, le Maine, le Connecticut, Rhode Island et certains quartiers de New York.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici