Aux dires d'un banquier français à Hong Kong, l'Europe est sur la pente descendante

eFC logo
Hongkong

En tant que Français ayant passé près de trois décennies dans les solutions actions, et ayant travaillé à Londres, Paris et Hong Kong pour J.P. Morgan et UBS (entre autres), j'aime à croire que j'ai une vue d'ensemble. Et de mon point de vue, l'Europe, emmenée par Londres, est sur la pente descendante.

Il n'y a pas que le vote sur le Brexit qui est intrinsèquement déstabilisant pour la City de Londres. Il y a aussi la réponse chaotique qui y est apportée. Le refus du gouvernement britannique pour déclencher l'article 50 est un arrêt de mort pour les emplois bancaires de Londres.

Pendant combien de temps les banques américaines opérant à partir du Royaume-Uni seront en mesure de dire à leurs actionnaires qu'elles sont juste en train « d'attendre de voir » ce qui se passe avec les négociations du Royaume-Uni pour quitter l'UE ? Les actionnaires n'aiment pas l'incertitude et les banques sont moutonnières. Il suffit que l'une d'entre elles déclare qu'elle va partir (comme Jamie Dimon semblait près de le faire la semaine dernière), et croyez-moi, les autres suivront.

Pour certaines banques, cela peut même être la fin de leur rêve européen. La nécessité de mettre en place un bureau européen supplémentaire pour accéder à la partie continentale peut finalement inciter à la réflexion sur le coût de faire du business en Europe. Je pense en particulier aux établissements japonais qui se trouvent à Londres.

En attendant, mon pays d'origine a sorti le grand jeu pour les banquiers européens qui sont actuellement à Londres. J.P. Morgan peut très bien déménager en France - après tout, elle a des liens historiques avec le pays. Mais la liste pourrait s'arrêter là.

Si vous êtes une banque, la France est un lieu voué à l'échec, dysfonctionnel. Bien sûr, le gouvernement français a accepté de réduire les impôts sur le revenu de 50% pour les banquiers expatriés depuis huit ans, mais les taxes ne sont pas le problème de Paris. Le problème avec Paris, c'est la stabilité. La France est un endroit instable et imprévisible - un peu comme Londres l'est devenue.

En Europe, par conséquent, Francfort est le meilleur pari. Et Francfort est l'endroit où les emplois iront. Mais Francfort n'est pas l'idéal si vous ne parlez pas allemand. Voilà pourquoi, si vous êtes un banquier senior européen non germanophone comme moi, l'Asie est là où il faut être.

L'Asie, c'est l'avenir. En Europe, le succès appartient au passé. À Hong Kong, je peux confortablement prendre ma retraite tout en payant zéro impôt sur l'épargne et les investissements. La vie ici est fonctionnelle et efficace, et il y a beaucoup de beaux endroits à proximité pour paser ses vacances.

En fait, le seul problème avec Hong Kong sont les Français. Au cours des dernières années, de plus en plus de nos compatriotes se sont installés ici. Ca commence à ressembler à un petit Paris, et croyez-moi – c'est bien dommage !

Philippe Moret est un pseudonyme.

Crédit Photo : Getty Images

A lire aussi…

Close