☰ Menu eFinancialCareers

Comment changer fréquemment d’emploi en banque d’investissement et survivre

Réfléchissez avant de vous lancer

Réfléchissez avant de vous lancer

Fini le temps d’un emploi à vie. Ce phénomène fait désormais partie du passé. Car si jadis, changer fréquemment de travail était considéré comme un péché grave qui rendait encore plus difficile vos chances de décrocher un nouvel emploi. Dès le moment où vous étiez assis en face d’un employeur potentiel, vous étiez sur la défensive face aux accusations d’infidélité. Jusqu’à récemment, les reproches fusaient de toutes parts. Mais les temps ont changé.

Vous pouvez maintenant changer fréquemment d’emploi et faire plus que simplement de vous contenter de survivre. Réalisé dans de bonnes conditions, un changement d’emploi peut vous permettre de décrocher un poste plus élevé dans la hiérarchie (peut-être même de progresser de deux grades au lieu d’un) et aussi gagner beaucoup plus d’argent. C’est exactement ce qu’a fait un type que je connais. Le jour où il s’est présenté à notre banque, il en était à son troisième emploi en cinq ans.

Adam le ‘job-hopper’

Adam occupait jadis un poste d’associé en banque d’investissement. Bien qu’il gagnait bien sa vie et travaillait pour une banque de renom, son ambition l’a amené à se reconvertir dans le buy-side et il a rejoint une prestigieuse société de capital investissement où il a réussi à négocier un package de rémunération exceptionnel.

Et puis, à peine après avoir réussi à mémoriser le mot de passe de son nouvel ordinateur, il a cherché de nouveau à changer de job. C’est ainsi qu’il a atterri sur le seuil de ma banque avec à la clé une augmentation de salaire dont on peut deviner la taille rien qu’à son sourire.

A chacun de ses mouvements, Adam a monté d’un rang et négocié des salaires toujours plus gargantuesque. Pas mal, non ? Ne soyez cependant pas dupe : sa carrière sortait des sentiers battus et il serait difficile de l’imiter. Adam a été chanceux parce que son expertise géographique est devenue subitement à la mode, faisant de lui un profil très courtisé. Il a eu la chance avec lui.

Vous n’êtes peut-être pas Adam, mais cela ne signifie pas que vous devez complètement exclure l’idée de changer régulièrement de job. Vous pouvez le faire vous aussi, à la condition d’être prudent lorsque vous passerez à l’acte.

1. Vous devez faire du job-hopping pour les bonnes raisons

Est-ce que vous voulez changer d’emploi parce que vous n’en pouvez plus de votre job actuel ou bien tout simplement parce qu’une grande opportunité s’est offerte à vous et que c’est le moment de la saisir ? Réfléchissez-y bien. Vous devez avoir de bonnes raisons pour changer de job.

Changer d’emploi n’est pas facile. C’est même épuisant. Vous aurez besoin de vous faire de nouveaux amis, vous habituer à de nouvelles routines, mettre en place de nouveaux liens et gagner l’approbation de nouvelles personnes , ce qui n’est pas facile dans des eaux infestées de requins. Ne sous-estimez pas la culture d’entreprise de la banque. Aussi, assurez-vous que le grand saut corresponde à votre objectif à long terme.

2. Parlez-en à votre mentor

Je suppose que vous avez un mentor … Si tel n’est pas le cas, vous aurez besoin d’en trouver un rapidement. Votre mentor n’est pas votre supérieur hiérarchique. Ce doit être quelqu’un qui n’est pas directement affecté par votre départ. Trouvez un banquier senior – de préférence quelqu’un qui a beaucoup d’influence.

N’hésitez pas à transformer cette personne en une figure d’oncle ou de tante. De cette façon, vous pourrez partager vos ambitions personnelles avec lui et je peux vous dire qu’il saura vous donner les meilleurs conseils, que ce soit ceux que vous vouliez entendre ou non.

3. Ne dites à personne que vous voulez bouger

Exception faite, bien sûr, de votre mentor, avec qui vous avez passé suffisamment de temps à construire une relation.

L’un de mes amis se vantait auprès de ses collègues qu’il passait des entretiens avec d’autres banques, si bien que son supérieur hiérarchique a fini par le découvrir. Cette année, son bonus s’est réduit à une peau de chagrin, proche du zéro.

4. Restez en poste pendant un certain temps

Lorsque vous commencez un nouvel emploi, vous êtes en mode apprentissage. Vous devez vous acclimater. Apprendre à connaître la façon dont les choses fonctionnent. Rencontrer de nouvelles personnes. Comprendre la politique interne. Une fois que vous aurez procédé aux réglages et ajustements nécessaires, vous pourrez commencer à faire des contributions significatives et générer des revenus pour la banque. D’où l’intérêt de reste en poste un certain temps.

Ne partez pas avant d’avoir eu l’occasion de diriger ou gérer un certain nombre de projets importants. Avouez qu’il serait dommage de vous retrouver en face de votre prochain employeur potentiel sans être capable de lui apporter la preuve de vos réalisations actuelles.

5. Voyez plus loin que l’argent

Je suis conscient de m’adresser à des banquiers ou de futurs banquiers. Et dire que l’argent ne devrait pas être le moteur du changement d’emploi peut susciter quelques ricanements. Mais c’est la vérité : l’argent et la position hiérarchique rendent rarement heureux. Travailler avec les membres de l’équipe que vous appréciez vraiment, être autonome et passionné par votre travail est ce qui compte le plus au final.

The ibanker est un ancien banquier d’un bulge bracket qui a fondé une société d’investissement adossée à un family office. Il est l’auteur d’un guide conçu pour les étudiants désirant faire carrière dans la banque d’investissement, le private equity, les hedge funds et autres établissements financiers. Si vous utilisez le code ‘eFinancialCareers’ pour acheter ce guide, vous bénéficierez d’une remise de 35%.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici