☰ Menu eFinancialCareers

Les 7 facteurs de stress avec lesquels doivent composer les banquiers seniors

4120339003_b4e946ff56_z

Devenir managing director en banque d’investissement s’apparente plutôt à une bonne nouvelle mais méfiez-vous – le poste requiert beaucoup de résistance au stress.

Atteindre le top de la hiérarchie en banque d’investissement n’a plus rien à voir avec autrefois. Si jadis, les managing directors étaient constamment sous pression pour générer des revenus, ils sont désormais jugés sur des critères différents.

Certes, la pression du chiffre d’affaires est toujours là, mais les contraintes imposées aux banquiers d’investissement seniors sont en train de changer.

1. Ils sont prisonniers de la conformité

Les banquiers d’investissement seniors sont à présent beaucoup responsables de leurs actes. Si auparavant quelque chose allait mal, c’était la banque qui en endossait la responsabilité. Maintenant, la culpabilité individuelle signifie que tout scandale ou toute faute retombe sur les épaules des seniors managers. Leurs bonus seront récupérés et ils peuvent perdre leur emploi. Travailler dans cet environnement est incroyablement stressant.

2. Les décisions ‘positives ‘se sont raréfiées

Il y a toujours eu des décisions difficiles à prendre pour les banquiers seniors, mais quand l’industrie financière était prospère il y avait beaucoup de management positif : qui envoyer pour monter le bureau de Hong Kong, quels talents promouvoir…

A présent que l’industrie connaît des hauts et des bas, les banquiers seniors doivent raisonner en termes d’efficacité, de réduction d’effectifs voire de disparition d’équipes ou de départements entiers. Vous avez peut-être en tête l’image de banquiers d’investissement intransigeants, mais ce n’est jamais agréable et source de stress pour beaucoup d’entre eux.

3. Il est nécessaire de pressurer les clients

Les banques d’investissement remettent en question les valeurs de certains clients. Un petit pourcentage de gros clients principaux génère le gros des bénéfices et les banques recherchent désormais à pressurer les petits clients. Les banquiers seniors sont obligés de veiller à ce qu’ils paient à temps – et doivent donc souvent leur réclamer le paiement des services fournis. Cela peut conduire à des conversations difficiles avec les clients.

4. Les rangs sont de plus en plus encombrés

Tout le monde se sent pris au piège dans la pyramide. Les banquiers seniors ne peuvent pas progresser, et il y a en dessous-d’eux une flopée de personnes qui ne songe qu’à prendre leur place et se sent frustrée par le manque relatif d’opportunités . Les gens sont coincés, et attendent que les autres partent ou se fassent virer pour pouvoir progresser.

5. La rémunération est une cause d’anxiété

La banque d’investissement est désormais un pari sur le long terme, et cela se reflète dans la rémunération. Certes, les salaires ont augmenté, mais la composante en cash des bonus a diminué et la partie différée a augmenté de façon spectaculaire pour les cadres seniors.

Cela améliore les profils de risque des banques, et encourage leurs employés à faire preuve de beaucoup plus de patience. Cependant, avec la crainte actuelle des licenciements, il y a des chances que les banquiers seniors puissent perdre une rémunération qui a été attribuée pendant cinq ans. Ce qui est une source de pression supplémentaire.

6. Ils ont un problème d’image

L’animosité envers les banquiers depuis la crise financière de 2008 n’a rien de nouveau, mais elle est encore une source de pression pour les banquiers seniors habitués à être considérés comme des modèles travaillant dur. A cela vient s’ajouter une crise d’image dont souffre l’industrie financière qui a plus de mal à attirer les talents.

Les banques d’investissement veulent les meilleurs et les plus brillants – et les seniors managers sont sous pression pour les attirer – mais depuis longtemps la banque n’est plus l’eldorado des jeunes diplômés qui de loin préfèrent la technologie. Ce qui rend beaucoup plus compliqué le travail des banquiers seniors à ce sujet.

7. Ils doivent contribuer au changement culturel

Imaginez que vous êtes un trader de renom qui a obtenu une promotion ou bien que vous êtes un banquier d’investissement qui a généré des revenus assez conséquents pour devenir MD. A présent, imaginez que vous êtes chargé d’insuffler un «changement culturel» au sein de l’organisation et manager des gens qui ont l’habitude de travailler d’une certaine façon et résistent à ce changement.

Ceci est une pression à laquelle sont confrontés de nombreux banquiers seniors. Les managers sont désormais tenus d’être porteurs de culture pour les nouvelles valeurs de leur organisation. Ils n’ont aucune expérience de cela, mais les banques veulent voir un changement significatif. Ce qui cause beaucoup de maux de tête pour les banquiers seniors concernés.

Nell Montgomery est coach de dirigeants et psychothérapeute chez The Associates Preston, qui conseille les banquiers d’investissement seniors. Auparavant, elle a travaillé chez Goldman Sachs à Londres et a été managing director chez Investec.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici