☰ Menu eFinancialCareers

Les six profils financiers les plus ‘hots’ en Suisse au printemps 2016

Heiss_ThinkstockPhotos-4632

Le printemps est là et la température grimpe doucement mais sûrement. Les bonus ayant été versés, le bon moment est donc venu pour envisager une transition de carrière. Reste à savoir où postuler sachant que UBS, qui publiait ses résultats ce mardi, pourrait supprimer environ 400 emplois en Suisse, principalement dans ses activités de gestion de fortune. C’est pourquoi nous avons demandé à des chasseurs de têtes basés en Suisse, à Zurich comme à Genève, quels étaient les profils les plus recherchés dans les services financiers helvètes depuis le début de l’année. Voici leur verdict :

1. En gestion d’actifs, les professionnels des ventes et gestionnaires de portefeuille

« Dans les domaines de la vente et de la gestion de portefeuille, nous sentons un certain mouvement dans le marché », fait observer Thomas Bossard, chasseur de têtes spécialisé dans l’asset management chez Bianchi & Partner à Zurich. « Nous constatons que l’environnement se stabilise. Certains fournisseurs veulent développer leur business, ce qui crée un appel d’air pour les spécialistes au profil entrepreneurial et dotés d’un excellent track-record ». Parfois, ce seraient des équipes entières qui seraient débauchées.

La demande émane surtout des fonds ‘multi-asset class’ et le domaine des investissements alternatifs. En outre, des experts sont recherchés pour des investissements de niche comme les obligations de sociétés à haut rendement ou les obligations ‘catastrophe’ (cat bonds) utilisées par les assureurs et les réassureurs pour réduire leurs risques en cas de dommages. Les fonds de pension en Suisse augmenteraient leurs investissements dans ces niches.  « Les gestionnaires d’actifs qui mettent en œuvre de nouvelles idées de produits viennent souvent nous solliciter si bien que nous sommes au courant très tôt des derniers développements », poursuit Thomas  Bossard.

Pour sa part, le chasseur de têtes Stephan Surber de chez Page Executive à Zurich observe une demande pour les secteurs et institutionnels et wholesale.  En particulier, les fournisseurs plus petits et anglo-saxons tentent de se renforcer pendant que les grandes banques se restreignent. « Chez les grosses structures, le mot d’ordre est plutôt la prudence. Ce sont plutôt les plus petits fournisseurs spécialisés qui recrutent du personnel », relève Stephan Surber.

2. Les repreneurs de boutiques financières

« Je ne peux pas dire que ce soit une tendance, mais nous sommes actuellement à la recherche de plusieurs successeurs de PDG », note le chasseur de têtes Philipp Buis de chez Jauch Associates à Zurich. Ce peut-être des sociétés de gestion d’actifs, de capital investissement ou des family offices qui cherche à remplacer leur PDG ou bien l’actionnariat de la société. « La personnalité et la confiance jouent un rôle majeur», précise Philipp Buis. Toutefois, seuls les candidats ayant à la fois travaillé dans une grande banque et ayant une expérience professionnelle  dans les petites et moyennes entreprises seraient approchés.

3. En gestion de fortune, le marché local est au premier plan

Dans le wealth management,  il y a certainement encore des opportunités, notamment pour « les intermédiaires qui travaillent avec une clientèle suisse locale », indique le chasseur de têtes Emanuel Kessler de chez kessler.vogler à Zurich. Cela dit, ceux qui font l’affaire ne sont pas toujours prêts à changer d’employeur. Dans le même temps, Emanuel Kessler voit d’un œil sceptique les rumeurs selon lesquelles de nombreuses banques de petite taille ne peuvent plus tenir en raison de la hausse des coûts, de la réglementation et la digitalisation, et seraient en passe de mettre la clé sous la porte. Selon, lui, « les banques privées plus petites mais avec une stratégie claire et une bonne marque continueront de générer des opportunités ».

« Nous constatons que les multi-family offices recrutent des Relation Client Manager avec un portefeuille intéressant de banques », note pour sa part Stefan Surber. La consolidation des banques privées apporte ainsi aux multi-family offices de nouvelles opportunités commerciales.

« Les Family offices recherchent des profils de développeurs pour une clientèle très haut de gamme (UHNWI), mais aussi des profils pour renforcer leurs équipes de support (investissement et asset monitoring, patrimonial, etc.) », rappelle François Mollat du Jourdin.fondateur de MJ & Cie qui, l’été dernier, qui a ouvert un multi-family office indépendant à Genève.

4. Les business analysts et project managers

« Le premier trimestre a été beaucoup mieux que celui de l’an dernier. Ce fut une bonne surprise »,  relève le spécialiste en informatique Mark Dowsett du Groupe Stamford à Zurich. Les craintes soulevées par les annonces de restructuration de Credit Suisse ne se sont pas concrétisées.

« Le sujet chaud demeure toujours la mise en œuvre de la réglementation et de la conformité »,  ajoute Mark Dowsett. Principalement recherchés, les business  et gestionnaires de projets, à tous les niveaux. Les développements de logiciels d’Outsourcing et Nearshoring font que les exigences sont particulièrement élevées pour les profils développeurs. L’externalisation du développement ne concerne cependant qu’un nombre limité de business analysts et de gestionnaires de projets. « Et personne ne sait vraiment si au final cela permet de réaliser des économies », commente Mark Dowsett.

5. Dans la conformité, des besoins pérennes

«Malgré les difficultés économiques, nous avons enregistré plus d’activité sur le marché suisse pour les professionnels de la finance qu’au premier trimestre 2015 », explique le chasseur de têtes Christian Atkinson chez Robert Walters Suisse. L’envolée du franc suisse il y a plus d’un an était plutôt inattendue. « Aujourd’hui, au contraire, nous observons 2016 avec un optimisme prudent », souligne-t-il.

Depuis des années des spécialistes dans les domaines de la conformité et de la réglementation ont été recherchés, depuis le middle jusqu’au top management. Cependant, le marché était très étroit car contrairement aux employeurs londoniens se contentent de profils ayant fait des études de droit, en Suisse des formations supplémentaires sur la supervision financière FINMA sont requises, « ce qui limite le vivier de candidats, souligne Christian Atkinson.

« Il y a beaucoup de demande, tant au sein des grandes que des petites structures », confirme un recruteur qui officie sur la place genevoise sous couvert d’anonymat. Et d’ajouter : « Les candidats expérimentés dans la compliance ou l’audit bancaires sont de plus en plus rares, si bien que certains viennent désormais d’autres cantons, voire de Paris ».

Conséquence : les salaires augmentent. « La compliance est d’ailleurs l’unique domaine dans les services financiers où  le niveau des rémunérations continue de progresser en Suisse ». Les candidats ne doivent cependant pas seulement prendre en compte l’aspect rémunération, mais aussi la réputation de l’employeur potentiel et les perspectives de développement en Suisse.

6. De plus en plus de jobs en intérim

« Il y a une tendance claire quant au nombre de plus en plus élevé de travailleurs temporaires en Suisse », ajoute Emanuel Kessler. « Il peut s’agir d’indépendants, de contrats à durée déterminée ou d’emplois intérimaires. Les profils recherchés vont de la compliance aux fonctions support en passant par l’IT », précise-t-il. Plus rarement, l’emploi temporaire peut être utilisé en front office, ainsi que pour des postes d’assistant en gestion de fortune.

Par ailleurs, Christian Atkinson observe un besoin croissant pour l’emploi intérimaire. Ainsi, de nombreux employeurs y ont recours, par exemple dans la compliance lorsqu’ils ne trouvent aucun candidat expérimenté pour le poste. C’est aussi le cas dans les fonctions de back-office. « C’est pourquoi nous voyons, à côté de la conformité, une demande particulièrement élevée pour les jobs intérimaires », conclut Christian Atkinson.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici