☰ Menu eFinancialCareers

Mobilité interne : faut-il dire à votre patron que vous voulez rejoindre une nouvelle équipe ?

ThinkstockPhotos-453628037

Cela vaut-il le coup de jouer à fond la carte de la franchise avec votre patron quant à votre désir de changer d’équipe ? Question délicate, n’est-ce pas… D’autant plus qu’en ce moment, le secteur bancaire n’est pas véritablement en plein essor et que plusieurs banques ont déjà taillé dans leurs effectifs.

Du fait de la raréfaction de nouvelles opportunités au sein de votre propre équipe, grande est la tentation de parler à votre patron au sujet de la façon dont vous pourriez change d’équipe. Mais faut-il vraiment révéler vos véritables aspirations professionnelles, si cela implique de passer à un autre département ? Devez-vous jouer la carte de l’honnêteté si celle-ci risque de se retourner contre vous et affecter vos relations avec votre manager actuel ?

La mauvaise nouvelle, c’est que cette décision repose entièrement sur vos épaules : ne vous fiez pas à votre famille ou vos amis. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez résoudre ce dilemme en vous posant les quelques questions clés suivantes :

Comment ai-je performé au cours des deux dernières années ?

Cette question est assez facile. Si vous vous êtes tué à la tâche et que votre patron le reconnaît (via vos évaluations de performance), vous êtes dans la position idéale pour demander des conseils de carrière sans vraiment craindre de répercussions. Si au contraire vous n’avez pas bien performé, ce n’est pas le moment opportun pour avoir cette discussion potentiellement difficile – reportez-la à plus tard…

Mes aspirations professionnelles sont-elles réalistes ?

Si tel n’est pas le cas, ne vous embêtez pas à en parler avec votre boss : cela n’en vaut pas la peine. Je ne dis pas qu’il faille faire une croix sur un passage du back vers le front office, si c’est vraiment ce à quoi vous aspirez ; je dis simplement qu’il faut être conscient de l’environnement actuel de votre banque et du marché du travail en général.

Aussi ne vous asseyez pas avec votre patron en lui disant simplement : «Je veux entrer dans tel service… ». Posez-vous la question préalable : «En quoi mes aspirations professionnelles coïncident avec ce que fait ma banque ? ». Si votre cœur penche pour la gestion de fortune et que cette dernière est une activité de croissance pour la banque, vos chances de mobilité interne sont plus élevées, aussi une conversation avec votre manager est tout à fait envisageable.

Dois-je présenter cela à mon patron comme un problème ou une solution ?

En ma qualité de manager d’une équipe de seniors, j’apprécie vraiment quand quelqu’un de mon équipe m’apporte un scénario sur lequel il a déjà beaucoup réfléchi. En d’autres termes, il ne s’agit pas de me prendre au dépourvu. Si par exemple, vous êtes désireux de vous reconvertir dans un poste de chef de projets,  qu’avez-vous déjà fait pour vous préparer à ce mouvement ?

Avez-vous suivi un cours de management de projet pertinent ? Avez-vous réseauté en interne et donc êtes au courant des opportunités existantes au sein de la banque? Êtes-vous prêt à accepter une réduction de salaire pour bouger en interne ? Êtes-vous prêt à patienter le temps qu’il faudra pour décrocher le job ? Prendre ce genre d’initiative montre que vous pensez comme un résolveur de problèmes plutôt que comme une personne lambda qui fait un caprice. Votre patron sera donc beaucoup moins susceptible d’être ennuyé par votre désir de discuter avec lui au sujet d’un changement de poste.

Est-ce que les RH de votre banque favorisent la mobilité interne ?

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais ce que l’on appelle «mobilité interne» est une priorité pour beaucoup de banques dans le monde à l’heure actuelle. Nombreuses d’entre elles disposent même d’équipes dédiées dans les ressources humaines axées sur la facilitation de mouvements internes pour le personnel. Si tel est le cas dans votre banque, alors c’est formidable !

Jetez un coup d’œil sur les opportunités existantes et laissez votre patron découvrir comment elles correspondent à ce que vous recherchez. Plus important encore, faire cela avec un esprit ouvert. Si vos aspirations sont concentrées sur un poste en particulier dans la banque, ça va être plus difficile pour eux de vous aider. Si vous êtes ouvert à entendre parler d’autres options, vous trouverez probablement beaucoup plus de possibilités que vous n’y aviez songé au départ.

Est-ce vraiment le bon moment pour ce type de discussion ?

Encore une fois, vous devrez ici avoir recours à votre propre jugement. Si la banque vient d’annoncer une série de licenciements, ce n’est peut-être pas le meilleur moment pour avoir ce genre de discussion. Cela peut sembler évident, mais en prêtant attention à ce qui se passe plus largement au sein de la banque, vous ferez preuve d’un niveau de maturité que votre patron appréciera.

Dans l’ensemble, si vous répondez aux questions ci-dessus, une discussion de carrière ne devrait pas vous mettre votre patron sur le dos. Il est important que vos supérieurs hiérarchiques soient tenus informés de l’endroit où vous voyez-vous aller à l’avenir afin qu’ils puissent vous aider à y parvenir. Le cas échant, comment peuvent-ils vous aider ? Non seulement vous trouverez certainement qu’ils y sont tout à fait favorables, mais qu’ils seront probablement en mesure de vous offrir des conseils et autres astuces sur la meilleure façon de parvenir à vos fins.

Craig Brewer est un recruteur en finance basé à Singapour.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici