☰ Menu eFinancialCareers

Les Wallons plus travailleurs que les Flamands – Oui, vous avez bien lu !

Selon une enquête réalisée par un professeur de l’Université Catholique de Louvain auprès de 1500 personnes, les Wallons estiment qu’un emploi offrant des possibilités d’évolution est plus important qu’un nombre élevé de jours de congé et accordent davantage d’importance au travail qu’à la famille et aux loisirs.

A l’inverse, les Flamands donnent la priorité à la famille et aux loisirs, privilégiant donc un emploi sans trop de stress, avec des horaires avantageux, de nombreux jours de congé et un bon salaire.

Ainsi, le travail occuperait une place centrale dans la vie de 95% de Wallons, contre 93% de Bruxellois, et 85% de Flamands (L’Express.be).

De quoi mettre à bas certains clichés, selon lesquels le Flamand serait travailleur et le Wallon paresseux. Surtout que d’autres études semblent aller dans le même sens. C’est le cas de l’Office wallon de l’emploi et de la formation professionnelle (Forem) qui indique que l’emploi total aurait augmenté plus fort en Wallonie qu’en Flandre et à Bruxelles entre 2000 et 2009, enregistrant une hausse de 8,8% au sud du pays contre 8,6% au nord et 5,1% dans le centre.

Recruteurs vs candidats

Si ce genre d’enquête ne manquera pas d’animer les discussions de comptoir, les recruteurs en finance n’en n’ont pas vraiment cure. Pour preuve, le dernier indice Manpower affiche des prévisions de recrutement en forte hausse pour cet été, que ce soit à Bruxelles (+11), en Wallonie (+9) ou en Flandre (+8).

“Malgré un léger recul, les prévisions restent très positives pour les mois d’été dans les trois régions et la plupart des secteurs. Les perspectives d’emploi en Belgique figurent parmi les plus favorables d’Europe occidentale, juste derrière l’Allemagne”, souligne Philippe Lacroix, Managing Director de Manpower Belgique-Luxembourg (RTBF).

Enfin, concernant les candidats en finance, c’est surtout Bruxelles qui les attire, un titulaire d’un master en finance et comptabilité ayant plus de chances de percevoir un salaire plus élevé dans la capitale belge que dans les autres régions. A Bruxelles, 40% des entreprises octroient un salaire brut de plus de 2500 euros aux jeunes titulaires de master. En Flandre, c’est le cas chez 18% des entreprises et en Wallonie chez 13% des entreprises.

Répartition des salaires bruts des jeunes diplômés titulaires de master (chiffres 2010)

Source: Jobat

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici