☰ Menu eFinancialCareers

Les vendeurs à découvert sur le grill

Suite à la chute des cours boursiers des banques, les autorités de marché américaines (SEC) et britanniques (FSA) ont décidé de suspendre pour plusieurs mois les ventes à découvert* pour certaines valeurs financières. Objectif? Stopper le cercle vicieux de défiance sur les banques. L’AMF leur a aussitôt emboîté le pas en publiant un communiqué et un guide pratique relatif à l’interdiction de ces opérations.

Couper l’herbe sous le pied des vendeurs à découvert envoie un signal positif aux marchés, leur signifiant qu’il y aura moins de spéculateurs et mécaniquement moins de vendeurs sur les marchés, explique à l’AFP Yves Marçais, vendeur actions chez Global Equities à Paris. L’interdiction vise 15 titres financiers, notamment Crédit Agricole, BNP Paribas, Société Générale, mais également les assureurs Axa et Allianz, le réassureur Scor, ainsi que l’opérateur boursier Nyse Euronext (https://www.amf-france.org/documents/general/8423_1.pdf).

Les professionnels inquiets

Il est encore tôt pour savoir comment les nouvelles prescriptions impacteront les professionnels. Ce qui est certain, en revanche, c’est que ces mesures handicaperont le travail des prime-brokers, des gérants de hedge funds et autres traders des salles des marchés de ces mêmes banques qui se plaignent des vendeurs de leurs titres. Surtout, ces mesures risquent de s’étendre à l’industrie tout entière de la gestion d’actifs où cette pratique est souvent utilisée, rappelle l’AIMA (Alternative Investment Management Association).

Rendre les vendeurs à découvert responsables de l’effondrement du système d’investissement bancaire (emprunt, effet de levier, et ainsi de suite) reviendrait à rendre la gravité responsable de votre mauvaise mine quand vous avez abusé de l’alcool, explique Dan Denning, rédacteur en chef de la lettre d’information Strategic Investor.

* La vente à découvert (= short position) consiste à emprunter un titre contre le versement d’un intérêt, le vendre puis attendre la baisse effective pour le racheter et le rendre à son prêteur en ayant donc réalisé un profit. Cela consiste donc à parier que le prix d’une action va baisser (définition Verminem).

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici