☰ Menu eFinancialCareers

SocGen réduit légèrement la voilure dans ses métiers taux et fixed income

ThinkstockPhotos-467882604

C’est ce matin que Société Générale présentait ses résultats annuels 2015, faisant ressortir un bénéfice net en augmentation de 49,3% sur un an, à 4 milliards d’euros, grâce notamment à sa banque de détail en France. Car sur la même période, le pôle banque de grande clientèle et solutions investisseurs a vu son résultat net baisser de 5,3 %, à 1,8 milliard d’euros. Si les activités de gestion d’actifs, banque privée, financement et  conseil ont été en croissance au quatrième trimestre, les activités de marché ont de leur côté été pénalisées par « les conditions instables » et la volatilité boursière.

Les revenus des activités Actions ont été pénalisés au deuxième semestre 2015 par « des conditions de marchés difficiles associées à une aversion plus prononcée notamment sur les produits structurés », rapporte la banque de la Défense. Quant aux activités Taux, crédit, changes et matières premières (FICC), elles ont dû affronter « un environnement défavorable caractérisé par des volumes réduits ». Conséquence : la banque n’est plus en mesure d’affirmer qu’elle tiendra l’objectif de rentabilité fixé dans son plan stratégique à horizon 2016 (ce qui a fait plonger l’action en Bourse).

Des ajustements à la marge

Pour y remédier, « l’accent sera en particulier mis sur la maîtrise des risques et des coûts et le développement des synergies, notamment dans les activités de Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs », précise la banque, qui a déjà pris les devants en annonçant fin janvier l’arrêt de la tenue de marché de certains supports de fixed income. Depuis le 5 février au soir, la SocGen a  ainsi cessé d’assurer la tenue de marché sur les emprunts d’État émis par le Royaume-Uni (Gilts), aussi bien pour les emprunts nominaux que ceux indexés sur l’inflation.

La banque devrait aussi rationaliser ses activités taux où la pression réglementaire a diminué la rentabilité, rapporte le quotidien L’Agefi, qui précise qu’aux Etats-Unis, la Société Générale a aussi engagé début 2016 son retrait du trading de titres hypothécaires (MBS) émis par les agences de refinancement du fait d’une retour sur investissement ‘moins juteux que prévu’.

Ces ajustements demeureront loin des réductions d’effectifs massives annoncées chez les Deutsche Bank, Credit Suisse ou Goldman Sachs. Et si suppressions d’emplois il doit y avoir parmi les quelques 800 professionnels du fixed income qu’emploie la banque, ce sera vraisemblablement à la marge. Et cela n’empêchera non plus les recrutements de se poursuivre, SocGen recherchant par exemple en ce moment un vendeur fixed income pour sa filiale de courtage de produits dérivés Newedge.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici