☰ Menu eFinancialCareers

Les bonnes nouvelles de BNP Paribas pour les traders fixed income (de même que les banquiers DCM et les équipes compliance)

Les traders fixed income de BNP Paribas ont su monter au filet l'an dernier

Les traders fixed income de BNP Paribas ont su monter au filet l'an dernier

L’histoire de BNP Paribas en tant qu’établissement de trading fixed income est « mitigée ». Pour rappel, la banque française a entrepris une grande vague d’embauches dans le fixed income en 2010, qui était toujours en vigueur trois ans plus tard, en dépit d’un calendrier incertain. Puis à la fin de 2014, l’activité de trading fixed income a été rapprochée (et passée sous contrôle) de l’activité trading actions. En mai dernier, 100 emplois dans les activités de marché étaiement même menacés, essentiellement dans le trading fixed income.

Dès lors, les rumeurs selon lesquelles que BNP Paribas allait tailler dans le fixed income dans le cadre de son plan de restructuration de sa banque de financement et d’investissement (CIB) allaient bon train. Aujourd’hui, alors que ce plan de restructuration de la CIB vient d’être dévoilé, les traders fixed income de BNP Paribas peuvent enfin respirer. La banque pourrait même procéder à des embauches dans cette activité.

Le tableau ci-dessous permet d’expliquer pourquoi.

BNP Paribas a connu une année exceptionnelle dans le trading fixed income en 2015. Seule UBS a fait mieux qu’elle. La banque française dit même avoir « gagné des parts de marché dans un contexte de repli de certains concurrents », ce qui pourrait signifier qu’elle a dopé ses revenus quand dans le même temps Credit Suisse, Deutsche Bank et Morgan Stanley les ont vu fondre. Mieux encore : les traders qui ont perdu leur emploi ailleurs pourraient être en mesure d’en retrouver un chez BNP Paribas, qui dit vouloir ‘investir dans des activités avec un avantage compétitif ou soutenir les franchises du groupe (dérivés, crédit, change, …)’. Il y a de l’embauche dans l’air….

La présentation d’aujourd’hui suggère que BNP pourrait également vouloir recruter pour les marchés de la dette (DCM). La banque indique en effet vouloir augmenter sa structuration des ‘solutions de dette accroitre davantage son origination d’obligations corporate’.

Ce à quoi vient s’ajouter la compliance où les embauches atteignent les sommets. Pour la seule année 2015, BNP indique avoir recruté 1,033 professionnels de la conformité, soit une augmentation massive de 60% de ses effectifs dans ce domaine.

Inutile de préciser qu’il y aura aussi des perdants. Tous ces coûts de conformité supplémentaires signifient des réductions d’effectifs supplémentaires ailleurs : BNP a relevé son objectif d’économies de coûts de 3 à 3,3 milliards d’euros pour compenser les coûts réglementaires accrus. Elle précise que les réductions proviendront de ‘l’industrialisation et des changements profonds en termes de mise en place’. Plus prosaïquement, cela signifie qu’elle veut simplifier les lignes de métiers, développer des plateformes technologiques en Inde, au Portugal et au Canada, automatiser les process, et être très à cheval sur les dépenses.

Curieusement, cependant, le tableau ci-dessous indique que BNP prévoit de dépenser la plupart des économies de coûts réalisés dans sa CIB de la façon suivante : 500 M€ serviront à financer la croissance et 500 autres serviront à couvrir les coûts de régulation et l’inflation. Réductions de coûts et dépenses chez BNP:

Réduction de coûts et dépenses chez BNP: BNP Paribas cost Source: BNP Paribas

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici