☰ Menu eFinancialCareers

Réorganisation du pôle CIB de BNP Paribas : c’est parti !

ThinkstockPhotos-97430245

BNP Paribas publiait ce matin ses résultats annuels, faisant ressortir un produit net bancaire record à 42,9 milliards d’euros, en progression de 9,6% pour un résultat net de 6,7 milliards. Tous les métiers sont dans le vert, y compris son pôle Corporate and Institutional Banking (CIB) qui a vu son résultat avant impôt de CIB progresser de 17,9% à 3,3 milliards d’euros et « qui gagne aujourd’hui des parts de marché dans un contexte de repli de certains concurrents », se félicite la banque dans un communiqué.

« Les revenus de CIB progressent de 13%, avec une contribution positive de tous les métiers » indique son CEO Jean-Laurent Bonnafé dans une interview vidéo. « Global Markets réalise une forte progression dans les Dérivés Actions et en Fixed Income. Securities Services confirme sa forte croissance. Enfin, Corporate Baning poursuit son bon développement commercial. Hors impact de la réduction du métier Energie et Matières premières, aujourd’hui largement réalisée, les revenus progressent de 11%, avec une bonne performance des financements exports et de « media telecom », ainsi que des activités de conseil en Europe ».

Mais au-delà des résultats, ce qui a surtout retenu notre attention, ce sont les précisions apportées par la banque de la rue d’Antin à son plan de transformation 2016-2019 de la division CIB et qui a le mérite de montrer quels seront les métiers qui seront développés ces prochaines années (en l’occurrence ceux qui génèrent des commissions et/ou consomment peu de capital) et auxquels vous pourriez postuler…

Une réorganisation au long cours

Petit retour en arrière : le pôle CIB a su s’adapter très rapidement à Bâle 3 en réduisant fortement ses risques pondérés dès 2011-2012. Dans le cadre de son adaptation permanente, il a diminué fortement cette année son exposition de levier (-15,6% par rapport à 2014). Depuis 2013, il a réduit progressivement le métier Energie et Matières Premières, désormais bien repositionné et dimensionné. Fin 2014, le pôle a mis en place une nouvelle organisation pour accélérer son changement.

« Une nouvelle étape d’adaptation de CIB est aujourd’hui cependant nécessaire pour faire face aux nouvelles contraintes », explique la banque qui, pour ce faire, annonce la mise en œuvre d’un plan de transformation dont l’objectif est de générer 8 points de rentabilité sur ses fonds propres d’ici 2019 (objectif qui sera affiné et étendu à 2020 dans le cadre du plan du Groupe 2017-2020).

Au total, l’objectif de CIB est de s’adapter aux contraintes réglementaires par une dynamique qui apporterait, hors ces contraintes, une croissance annuelle moyenne des revenus de 4% entre 2015 et 2019, une amélioration du coefficient d’exploitation de 8 points et une amélioration du résultat avant impôt de 1,6 milliard d’euros par rapport à 2015.

Focus, Improve et Grow : tout un programme !

Cette transformation reposera sur trois leviers dans toutes les régions et tous les métiers. « Focus » vise à libérer du capital et du bilan pour soutenir une croissance ciblée en réduisant les actifs non productifs et en redimensionnant certains métiers, pays et portefeuilles de clients pour pouvoir par ailleurs accompagner la croissance du marché sur les segments d’avenir profitables et continuer à capter l’activité des concurrents en repli. L’objectif est une réduction brute de 20 Md€ des actifs pondérés (10 Md€ nette des réinvestissements).

« Improve » a pour objectif d’optimiser le modèle opérationnel en l’industrialisant afin de dégager 1 milliard d’euros d’économies de coûts d’ici 2019. L’ensemble des régions, métiers et fonctions sera mobilisé et 200 projets ont ainsi été identifiés pour parvenir à cet objectif.

Enfin, « Grow » vise à mettre en œuvre des initiatives de croissance ciblées en développant notamment les métiers moins consommateurs de capital et générateurs de commissions (métiers de traitement des opérations de la clientèle – Securities Services, Transaction Banking, Cash Management où CIB dispose de positions fortes – et métiers de conseil), en capitalisant sur les positions fortes dans les dérivés, en développant les plateformes digitales et en s’appuyant sur des initiatives géographiques ciblées.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici