☰ Menu eFinancialCareers

Ces diplômés HEC Paris qui ont décidé de créer leur société fintech

ThinkstockPhotos-122415882

Nombreux sont les diplômés de HEC Paris qui travaillent dans la banque, la finance et le conseil en management à l’issue de leurs études, quand ils ne président pas pour certains d’entre eux aux destinées de grands groupes du CAC40. Mais saviez-vous que depuis plusieurs années déjà, d’anciens élèves ont fait le choix (parfois en binôme) de monter leurs start-ups financières technologiques dont certaines se sont hissées au premier rang de leur secteur ?

Depuis, l’école de Jouy-en-Josas, qui dispose de son propre incubateur de start-ups, entend bien capitaliser sur ces success stories. Le 26 novembre dernier, elle a ainsi organisé son premier forum de recrutement dédié uniquement aux métiers des FinTech, avec notamment l’intervention d’alumnis HEC qui ont monté leur société et dispensé de précieux conseils aux étudiants venus les écouter.

Il n’y a d’ailleurs pas que HEC Paris qui produise des fintechers de premier plan. Joan Burkovic, CEO & Co-Founder de l’application Bankin’ permettant de gérer ses finances personnelles, est diplômé de HEC Montréal et HEC Lausanne, tandis que c’est un autre diplômé de HEC Lausanne, Sébastien Fleury, qui a été nommé l’été dernier Program director de l’incubateur genevois fintech Fusion.

Si vous aussi vous avez la fibre entrepreneuriale et êtes passionnés par les nouvelles technologies, voici donc le parcours d’anciens de HEC Paris qui ont créé leurs société fintech. Rien ne vous empêche non plus d’aller frapper à la porte de leurs sociétés qui, régulièrement, recrutent de nouveaux talents. Enfin, n’hésitez pas à rajouter dans notre rubrique commentaires en bas de l’article toutes les personnes issues de HEC que nous aurions oubliées et qui, d’après vous, mériteraient de figurer sur cette liste.

Diplômés HEC Paris fondateurs de sociétés fintechs

1. Renaud Laplanche, CEO et fondateur de Lending Club 

Diplômé d’un MBA Finance à HEC avant de continuer ses études à la London Business School, avocat de formation, serial entrepreneur, Renaud Laplanche a fondé Lending Club en 2007 après avoir revendu à Oracle en 2006 sa précédente société, Matchpoint, un moteur de recherche pour les entreprises. Renaud Laplanche est devenu multimillionnaire avec la cotation à Wall Street en décembre 2014 de sa start-up LendingClub, une société de prêts entre particuliers leader sur son marché et rentable depuis fin 2012, dont le principe est d’offrir aux emprunteurs, comme aux prêteurs, un meilleur taux que les banques.

2. Céline Lazorthes, fondatrice et CEO de Leetchi

La société de cagnotte en ligne que Céline Lazorthes a fondée en 2009 au sortir de ses études à HEC Paris compte aujourd’hui plus de 3,5 millions de clients dans plus de 150 pays et emploie 30 salariés. Leetchi édite aussi l’API de paiement Mangopay à destination des acteurs de l’économie collaborative (marketplace, plateforme de crowdfunding). Cette « fintech woman » est la seule femme à faire partie du comité directeur de France Fintech. Leetchi a décroché le gros lot en septembre dernier grâce au rachat de 86% de son capital par Credit Mutuel Arkéa pour… plus de 50 millions d’euros. Un pacte d’actionnaires prévoit que l’équipe de management historique de la start-up garde la main sur sa stratégie au travers d’un directoire.

3. Nicolas Lesur, fondateur d’Unilend

Diplômé d’HEC et de l’INSEAD, Nicolas est un spécialiste de l’épargne financière depuis quinze ans. Il a débuté sa carrière chez BNP Paribas avant de diriger le marketing de la banque Neuflize OBC puis de la société de gestion Financière de l’Echiquier. C’est en novembre 20123 qu’il lance Unilend, devenu depuis le leader français du financement participatif pour les PME. Nicolas est par ailleurs président de Financement Participatif France, l’association professionnelle de la finance participative française

Unilend compte d’autres HEC dans ses instances dirigeantes : Emmanuel Perez-Duarte (ex-RCI Banque) est directeur administratif et financier tandis que Sabine Fillias, qui vient de la banque d’affaires Rothschild où elle a lancé l’activité de levée de fonds pour les entreprises technologiques, est devenue directrice générale déléguée d’Unilend en octobre dernier.

4 et 5 . Charles Egly et Geoffroy Guigou, fondateurs de Prêt d’Union

Diplômé d’HEC, Charles Egly a travaillé pendant plus de 7 ans chez BNP Paribas, d’abord comme développeur produit dans les départements Banque Privée & Asset Management à Hong-Kong, puis comme structureur de produits dérivés de crédit dans le département Taux & Intérêts à Paris. Diplômé d’HEC lui aussi, Geoffroy Guigou a travaillé pendant 3 ans comme consultant chez McKinsey & Co., puis a rejoint Poweo, premier opérateur alternatif d’électricité, à des fonctions commerciales et opérationnelles, et comme membre du Comité de Direction

En 2009, ils créent Prêt d’Union, le premier établissement de crédit entre particuliers sur Internet en France. Prêt d’Union a annoncé en juillet 2015 une levée de fonds de 31 millions d’euros auprès d’investisseurs dont Eurazeo et est en train d’étendre son activité en Europe. La société recherche régulièrement des analystes crédits, conseillers commerciaux à distance et développeurs informatiques pour compléter son équipe où travaillent une centaine de personnes. « Prêt d’Union compte le plus grand nombre de collaborateurs dans les FinTech en France, l’effectif est passé de 7 à 100 collaborateurs en moins de 4 ans », rappelle Geoffroy Guigou.

6 et 7 – Jean-Rémi Kouchakji et Bertrand Sylvestre-Boncheva, fondateurs de PayinTech

Encore un binôme de HEC (majeure Entrepreneurs), cette fois-ci pour lancer en 2010, sur le campus même d’HEC, une start-up (d’abord connue sous le nom de MyBee) spécialisée dans les systèmes de paiement sans contact (cashless) pour les secteurs du tourisme et des loisirs. Payin Tech a annoncé, qui emploie aujourd’hui une trentaine de collaborateurs, a annoncé l’été dernier avoir bouclé une levée de fonds de 1,1 million d’euros pour financer sa croissance.

8. Rania Belkahia, présidente et fondatrice d’Afrimarket

Née à Casablanca, Rania Belkahia a suivi sa scolarité à Télécom ParisTech et à HEC. Après ses études, à seulement 25 ans, elle fonde Afrimarket, une start-up française qui souhaite révolutionner le transfert d’argent vers l’Afrique. La start-up a d’ores et déjà suscité l’intérêt d’Orange, qui a investi 1 million d’euros. Rania Belkahia a reçu en avril dernier le prix Impact2 à l’occasion du Forum mondial de l’entrepreneuriat social organisé à l’hôtel de ville de Paris.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici