Les langages de programmation les plus demandés dans la banque

eFC logo
Les langages de programmation les plus demandés dans la banque

De nos jours, il est extrêmement rare que les développeurs ne maîtrisent qu’un seul langage de programmation. La plupart des ingénieurs seniors et de niveau intermédiaire dans les banques d’investissement savent désormais écrire du code dans plusieurs langages. Néanmoins, les responsables des ressources humaines doivent cocher les cases appropriées afin de transmettre leur CV aux managers chargés du recrutement. Reste à savoir lequel vous offrira le plus de chances d’entrer dans la place…

Pour la quatrième année consécutive, nous avons sondé notre base de données pour identifier les langages de programmation qui figurent dans la plupart des offres d’emploi de notre site, ainsi que ceux figurant dans le plus grand nombre de CV. Les résultats révèlent les compétences techniques les plus recherchées dans le secteur bancaire ainsi que le niveau de concurrence auquel les ingénieurs peuvent s’attendre sur le marché du travail actuel.

Java : 11,7 candidats pour chaque poste disponible

Apparaissant dans plus de 2.000 offres d'emploi en finance dans le monde, Java est encore le langage préféré des banques d'investissement, bien que Python ait gagné du terrain. En tout, il y a une douzaine de CV dans notre base de données pour chaque offre d’emploi contenant le mot Java en tant que compétence requise ou souhaitée. Java reste populaire dans toutes les banques américaines et Bank of America semble davantage le mentionner en 2019 que dans les années précédentes.

Mais la plus grande surprise est peut-être le rapport entre le nombre de CV mentionnant Java et les postes actuels. En juin dernier, près de 30 CV mentionnaient Java pour chaque poste requérant ce langage. Aussi étrange que cela puisse paraître, peut-être que la popularité croissante de Python a rendu Java un peu plus rare, Cependant, le scénario le plus probable est que les banques publient davantage d'emplois dans le secteur de la technologie qu'il y a un an.

C # : 13,9 candidats pour chaque poste disponible

L’expérience C # a connu une baisse de la demande en raison des nouvelles exigences de l’environnement de trading actuel. « Il est encore utilisé, mais désormais plus que pour des projets à faible latence », indique Christian Glover Wilson, vice-président de la technologie et de la stratégie chez Tigerspike. Le seul point positif est que le marché n’est pas inondé d’experts C #. L'inconvénient est qu'il y a toujours 2,5 postes ouverts qui mentionnent Java pour chaque poste incluant C #. Moins de concurrence mais moins d'emplois disponibles.

Python : 14,6 candidats pour chaque emploi disponible

Comme on pouvait s'y attendre, Python arrive deuxième dans le nombre de candidatures tech, à peine 5.000 CV le séparant de Java dans notre base de données. Jadis principalement utilisé pour les plateformes de trading, de pricing et dans la gestion du risque, Python est progressivement devenu plus populaire auprès de toutes les grandes banques d’investissement américaines au cours de la dernière année.

Une partie de la hausse peut être partiellement attribuée au fait que les non-développeurs ont récemment commencé à utiliser Python en raison de ses capacités de modélisation uniques et de sa facilité d'utilisation. Les traders, les analystes et les chercheurs l'utilisent dorénavant dans leurs propres travaux. Citi propose même un cours de Python aux non-ingénieurs. Bien qu’elle ne semble pas offrir le même effet de levier que Java, la maîtrise de Python peut conduire à de plus gros salaires.

C ++ : 24,5 candidats pour chaque poste disponible

Colonne vertébrale des systèmes traditionnels de nombreuses banques, le C ++ perd progressivement sa popularité parmi les jeunes programmeurs. Cela dit, il a connu une petite renaissance du fait de la nécessité de traiter de grandes quantités de données pour les transactions à haute fréquence. Pour chaque offre mentionnant C #, comme compétence requise ou souhaitée il y a en a trois fois plus qui mentionnent Java et Python. En bref, sa popularité diminue chez les banques et les hedge funds, mais C++ est encore une compétence extrêmement répandue chez les programmeurs.

Cobol : 58,3 candidats pour chaque poste disponible

Autrefois qualifié de ‘nuisance’ et de ‘quelque chose dont tout le monde veut se débarrasser’ par l'ingénieur software français Bertrand Besnard, Cobol est apparemment sur le point de disparaître au bout de 30 ans d’existence. Développé en 1959, Cobol a tenu le coup car certaines banques continuent de résister au processus coûteux de refonte de leurs systèmes hérités de traitement des transactions.

Le ratio est sans doute quelque peu exagéré du fait qu'il est peu probable que la majorité des candidats soient des spécialistes actifs de Cobol. Ceux qui le sont peuvent s'attendre à gagner environ 20% de plus que ceux qui se spécialisent dans Java, selon Bill Hinshaw, fondateur de la société de recrutement et de conseil COBOL Cowboys. Le ratio est élevé car notre base de données ne contient que 39 offres d'emploi mentionnant même Cobol. C’est au mieux une langue de programmation spécialisée.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou bien un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...