☰ Menu eFinancialCareers

Pourquoi banquiers et consultants doivent faire la chasse aux kilos superflus

Le sport comme moyen de perdre du poids...

Le sport comme moyen de perdre du poids...

Alors que le mois de janvier est déjà bien entamé, vous vous lamentez peut-être du peu d’opportunités qui se présentent à vous pour perdre les kilos que vous avez pris pendant les repas de fêtes de fin d’année. A juste titre. D’autant plus si vous travaillez pour un cabinet de conseil ou une banque d’investissement, où l’exercice est très important. Ne pas vous soucier de votre forme physique pourrait pénaliser votre carrière professionnelle.

Tel est le constat d’une récente étude menée par des universitaires de l’European University Viadrina à Francfort, de la Freie Universität de Berlin, de la Copenhagen Business School et de la Royal Holloway College de la London University. Publiée dans le Scandinavian Journal of Management, elle constitue une nourriture intellectuelle à méditer pour tous les employés sédentaires qui travaillent dans les services financiers.

Les universitaires ont interrogé 45 personnes de deux cabinets de conseil en stratégie pour arriver aux conclusions suivantes : a) l’exercice est important si vous souhaitez être embauché, b) l’exercice est important si vous voulez atteindre le physique idéal pour travailler dans les services, c) l’exercice est important comme moyen d’obtenir des promotions, et d) l’exercice est important comme moyen d’évacuer le stress issu des frustrations liées à votre travail.

Bien que l’étude concerne des consultants en management, il y a beaucoup de points communs avec les banquiers avec lesquels les universitaires établissent un parallèle sur la base d’études spécifiques précédentes. Comme cette étude de 2009 qui montre que les professionnels de la City de Londres passent beaucoup de temps à la salle de gym pour « créer et peaufiner une image corporelle adéquate qui symbolise l’engagement, le dévouement et la conformité à ce que l’on attend d’eux ». Ou bien cette étude de 2014 qui montre que les professionnels seniors des hedge funds essaient de maintenir coûte que coûte un «corps de guerrier». Et enfin l’étude d’Alexandra Michel, ancienne  “associate” en banque d’investissement reconvertie en professeur en management et en organisation à l’Université de Californie, sur la façon dont les banquiers juniors peuvent évitent le burn-out en faisant du sport.

Si vous voulez impressionner vos collègues banquiers et consultants, voici trois conseils promulgués par la dernière étude qui vient d’être publiée :

1. Vous devez rejoindre le club de sport de l’entreprise, participer aux événements sportifs qu’elle organise et mettre en avant tous les sports que vous pratiquez

Comme les banques, les sociétés de conseil citées dans l’étude ont monté des clubs sportifs pour leur personnel. Les consultants qui les ont fréquentés n’hésitent pas à parler de leurs exploits sportifs : « J’adore le sport. Je me prépare pour le marathon. . . J’essaie aussi de jouer au football », rapporte l’un d’entre eux. « Nombreuses sont mes activités extra-professionnelles qui tournent autour du sport », indique un autre, qui est également en train de préparer le marathon.  « J’aime les activités sportives comme la course, la gymnastique et le tennis», explique un troisième. « J’essaie de me lancer un défi  chaque année. L’an dernier, j’ai gravi le Kilimandjaro», note un dernier. Le sportt est-il la nouvelle tendance ?

Les universitaires ont conclu qu’en parlant des sports qu’ils pratiquaient, les consultants essayaient de projeter des images qui prouvaient « leur force physique, leur endurance et leur résilience, renvoyant ainsi l’image professionnelle d’un « gagnant » à même de « surmonter les challenges ».

2. Vous devez participer à des semi-marathons et réaliser des exploits physiques si vous voulez obtenir une promotion

Les universitaires ont également constaté que le fait d’être en forme et de faire du sport constitue en quelque sorte un « rite de passage pour rejoindre l’équipe de direction ».

Ils ont interrogé un consultant qui a dit avoir rencontré un consultant senior qui venait d’être promu. « Nous avons eu une conversation autour du processus de promotion, qui consiste à relever certains ‘bizutages’, genre un week-end où vous êtes évalué en permanence… sur toutes sortes d’activités en plein air, aussi que quelques défis (sportifs) complètement dingues», précise-t-il.

Un autre consultant confirme que devenir dirigeant dans une société de conseil requiert de réussir des challenges fous nécessitant une pratique soutenue d’activités sportives telles que le marathon ou l’escalade en montagne.

Les universitaires ont également constaté que quitter plus tôt le travail tôt pour aller faire de l’exercice était acceptable et une « raison légitime d’échapper à un environnement fortement pressurisant ».

3. Vous devez vous entraîner à évacuer la frustration liée à un travail de plus de 60 heures hebdomadaires auquel vous ne vous attendiez pas…

Les chercheurs ont également constaté que les consultants pratiquaient le sport comme une « sorte d’évacuation du stress », une « porte de sortie » pour trouver « un équilibre intérieur », ou une façon de «créer un sentiment de soi au-delà du milieu professionnel».

Les universitaires ont parlé à une consultante junior qui s’était vue confier une montagne de travail le vendredi après-midi à rendre le lundi matin. Elle a travaillé tout le week-end. « Vous avez juste à accepter que c’est ici quelque chose de normal dans votre travail. Ce que je fais ensuite, c’est aller courir afin de me vider la tête de toutes ces choses qui me dérangent ».

Pour finir, un autre consultant junior indique qu’il ne voulait pas « tout miser sur le travail » et qu’il y est parvenu à travers le sport, la course à pied et le fait de relever différents défis sportifs. A vous de jouer…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici