☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : L’arrogance du front-office vue depuis le middle-office

Ayant eu une longue expérience professionnelle dans la fonction financière dans différentes banques d’investissement, je peux dire sans me tromper que les banquiers du front-office ne sont pas toujours très agréables : j’ai reçu des menaces de violence, j’ai été humilié et je me suis fait crier dessus à de nombreuses occasions.

Il est facile de déduire que les banquiers en front-office se montrent suffisants parce qu’ils sont générateurs de revenus alors que tous les autres représentent un coût. Cela est sans aucun doute un facteur important, mais la réalité est plus complexe. À mon avis, les banquiers en front-office sont aussi arrogants pour les raisons suivantes :

1) L’arrogance vient de la jeunesse et de l’inexpérience

La première fois que j’ai parlé à Emmanuel, un jeune trader français sur dérivés sorti d’une grande école, c’était pour lui rappeler qu’il devait enregistrer ses ordres dans le système de règlement. J’ai uniquement fait cela parce qu’il était responsable d’un nombre inquiétant d’erreurs lors du recoupement d’opérations entre le front et le back-office, qui atteignait presque 100 % sur sa première journée de transactions.

Sa réponse a été de se planter devant moi et de me menacer de me frapper si jamais j’osais encore une fois me montrer si grossier en suggérant qu’il avait fait une erreur. L’arrogance d’Emmanuel a été de courte durée. Il n’a pas fallu attendre longtemps – quelques heures plutôt que quelques jours – avant qu’il commette de nouveau une erreur. J’ai fait mon travail et le lui ai dit.

À la fin, il est devenu l’un des meilleurs traders sur dérivés exotiques dans l’industrie financière, tant au niveau des compétences que du comportement.

2) L’arrogance vient de l’expérience, de la réussite et d’une grande ambition

J’ai fait l’erreur d’envoyer un mémo au tout nouveau responsable des convertibles et des warrants de l’une des plus grandes banques du monde. Il avait été nommé avec un gros package reflétant son (auto)importance. J’ai commis l’erreur de suggérer dans le mémo que ses traders étaient naïfs de croire que le risque de change était suffisamment bien couvert dans la finance. Cela n’a pas été le cas, et ce fut une source de perte en grande partie inexpliquée du P & L.

Il a accepté de me rencontrer pour discuter du mémo. Il s’est avéré qu’il voulait que je lui présente mes excuses pour avoir qualifié ses traders de naïfs . Il a obtenu les excuses qu’il voulait et ses traders ont continué à courir des risques non reconnus sur le Forex, contrairement à leur mandat et en dehors des limites autorisées.

Je ne sais pas ce qui lui est arrivé, mais je crois savoir qu’il a dû faire un trait sur ses ambitions, du fait qu’il avait choisi de travailler dans la BFI qui, finalement, est le département le moins disposé à faire preuve d’indulgence vis-à-vis des comportements à risque.

3) L’arrogance comme un déguisement

Il doit y avoir quelque chose qui cloche chez les traders sur convertibles et warrants (C&W). Ce qui suit s’est passé dans une autre banque, dans une petite équipe avec juste le responsable et son associé.

Avant même le boom des dotcoms et des Casual Friday, cette banque européenne a toujours autorisé un code vestimentaire décontracté : sportwear chic. Les longs tee-shirts débraillés semblaient plus que risqués et frisaient l’insolence, surtout après que le responsable des ressources humaines a distribué un mémo pour clarifier – et codifier – le code vestimentaire.

Les tee-shirts ont pourtant persisté chez les C&W, avant d’être définitivement interdits quelques mois plus tard à la suite d’irrégularités de trading constatées après avoir enregistré tous les appels téléphoniques passés sur le desk C&W où travaillaient tous ceux qui portaient les tee-shirts.

4) L’arrogance naît de la peur

C’est la réaction la plus commune et la plus fréquente lorsque les marchés sont volatils. Personne n’aime avoir l’air stupide, aussi les banquiers en front-office détestent voir leurs erreurs signalées par les comptables et autres représentants du back-office.

Les marchés volatils, en favorisant le doute de soi et en augmentent l’insécurité, peuvent avoir des conséquences désastreuses : des pertes potentielles, l’impact de ces pertes sur le prestige, sur les bonus et, plus grave encore, sur l’évolution de carrière.

J’imagine à quoi cela doit ressembler. Je détiens quelques actions. Pendant les mauvais jours en Bourse à la fin de l’année dernière et au début de cette année, je ne pouvais pas lire les pages économiques de mon journal, ni regarder les informations télévisées. C’était déjà suffisamment pénible pour que quelqu’un me demande pourquoi j’avais acheté HBOS à partir de 6,50 , ou s’asseye avec moi, comme je le fais pour analyser les mauvais jugements ayant conduit à des pertes.

Dans le front-office, vous êtes définis par la qualité de ces jugements. Cela nécessite une véritable résistance pour endurer la douleur de reconnaître ses erreurs, accepter les pertes et continuer à croire en ce jugement. Il est facile de voir comment l’agression, une réponse naturelle à la douleur, peut se transformer en arrogance.

Je ne prétends pas que cette liste est exhaustive, mais je crois qu’elle peut aider à comprendre comment apparaissent l’orgueil et l’arrogance. Je voudrais également ajouter un mot de prudence : en tant que banquier, ne vous attendez pas à ce que le grand public ou que les politiques comprennent, tolèrent, oublient ou pardonnent votre arrogance, surtout si vous faites plus d’argent que les meilleurs d’entre eux.

commentaires (22)

Comments
  1. Je travaille au front depuis mes débuts et je dois admettre que je suis souvent scandalisé de l’arrogance et de l’attitude de mes collègues.
    Combien de fois ai-je entendu “mais ces gars (du MO ou BO) ils sont rien, ils savent rien, ils gagnent 10 fois moins que moi” ou encore “j’ai pas de temps à perdre avec ça, c’est pour le BO ou MO, moi j’ai du travail”. Ecoeurant à force, surtout que franchement les gars du FO sont souvent prétentieux mais rarement des prix Nobels…

  2. Personnellement j’ajouterai surtout que c’est parce que la direction les laisse faire.
    Quelles que soient les raisons qui peuvent les rendre agressifs (sentiment de superiorite, stress, impression qu’on leur fait perdre leur temps, …) on ne devrait pas tolerer de debordements. Comme l’argent est roi dans la salle de marches on considere que ceux qui en rapportent a la banque ont tous les droits et on oublie que le front office sans middle office et sans back office ne serait qu’une enorme machine a risques.

  3. ils ne sont pas tous comme ça fort heureusement, j’en connais un certain nombre qui sont tres courtois, ils sont souvent stréssés mais ne sont pas pour autant agréssif avec tout le monde

  4. J’ai été un financier dans une banque d’investissement, et je ne peux que confirmer l’arrogance parfois sans gêne du Front-Office. Quand on ne connaît pas ce milieu cela peut être très scandalisant.
    Même quand on fait partie de la Direction Financière Groupe et qu’on demande un malheureux reporting, on peut parfois avoir d’énormes difficultés à avoir ce que l’on demande. On entend souvent encore : “on fait déja du PNB, les reporting c’est le cadet de nos soucis…”.
    Mais on s’y fait, et malgré la crise, on ne peut que constater que l’état d’esprit du Front n’a que très peu évoluer…

  5. Je pense que pour bcp de FO, l’arrogance et le sentiment de supériorité disparaissent à partir du moment où les MO et BO font eux même leurs preuves. Lorsque j’ai commencé au MO Forex dans une gde BFI French, je me suis heurté à l’arrogance de nombreux traders pensant qu’ils perdaient leur temps avec moi au tel. Aujourd’hui, ils n’hésitent pas à me contacter directement pour les aider à rectifier leurs (nombreuses)erreurs. Malheureusement la collaboration s’arrête là parce qu’on niveau des bonus les différences sont de tailles…

  6. Bien vrai l’arrongance en FO. Pour avoir vecu la fusion de deux etablissement financiers au cultures d’entreprises bien differentes, je ne peux que constater que ce qui est dit est vrai.

    Les traders des uns refusaient de se retrouver dans la meme salle que les autres “ploucs”. Dans la realité …. seule l’entreprise des “ploucs” faisait du benefice net.

    Les etudiants sont conditionnés pour etre arrongants des leur scolarité car déja là, on leur dit, on leur fait sentir qu’ils sont les meilleurs. C’est l’élitisme français – qui n’est pas une mauvaise chose – à ce moment là. Quand c’est etudiants arrivent à des postes de FO, ou il gagnent parfois meme plus que le TOP Management, sur des metiers qui brillent, etc etc … qu’est ce qui peut les empecher d’être arrongants ? Juste leur volonté

  7. Hello,
    j’ai travaillé en tant qu’assistant trader dans un grande banque française. Les traders étaient incapables de reconnaitre la moindre erreur ou de produire le moindre effort si la demande venait d’en bas i.e. du MO ou du BO. La grossièreté est de mise, c’est culturel dirais-je.
    J’ai constaté des erreurs à 10, 50 ou 100 k€ mais ça passait toujours sans soucis. Evidemment un jour j’ai fait une erreur à 20 k€ et je me suis fait mettre à l’écart.

    Après quelques années, je suis revenu dans ce monde pas très aimable, je suis devenu vendeur/structureur. J’ai donc pu retravailler avec des traders, quelques uns étaient intéressant, mais la majorité m’ont envoyé paître comme au bon vieux temps.

    C’est pourtant simple : Ce travail rend c**.
    Ce n’est pas un travail d’une haute valeur intellectuel et par ailleurs ça te force à être sûr de toi coute que coute, ça rend c** j’insiste.
    Le pire, c’est que j’ai fait les mêmes écoles que ces gars là…

    Heureusement, j’ai des amis traders ce qui me permet de ne pas être trop biaisé. L’arrogance c’est d’acheter le FC Lorient quand on a couté 5 b€ à Calyon et de dire : j’y suis pour rien. Un sacré gamin prétentieux et irresponsable ce

  8. Le pb est aggravé du fait que les BO ne sont pas mis en valeur par les Directions (salaires,carrières,…). On n’entend jamais en entretien de recrutement un jeune dire qu’il désire faire carrière en BO mais ils désirent tous se diriger vers un MO ou un FO tellement “magiques”. Les connaissances professionnelles nécessaires pour être un bon élément en BO sont pourtant aujourd’hui très techniques et poussées.
    Depuis presque 30 ans en BO, j’avoue qu’il est très difficile parfois supporter le mépris de nos interlocuteurs, et ce au plus haut niveau. Les “c’est un problème de BO !” sont typiques dans la bouche des collaborateurs de MO ou FO qui ne comprennent finalement pas grand chose aux rouages de leur activité.Ceux qui comprennent sont en général respectueux et l’on a rarement des problèmes avec eux.
    Il ne faudrait tout de même pas oublier que sans BO les opérations initiées par les FO ne se dénoueraient pas et donc sans BO…pas de FO !

  9. De mon point de vue de stage, j’ai remarqué que les gens du middle étaient souvent incompétents et parfois très “débiles”.

    J’ai remarqué le nombre de fois où les mêmes erreurs sont refaites à longueur de journée.

    Ils sont mous, d’ailleurs,

    C’est normal que l’on leur gueule dessus, c’est tout

  10. Je suis du FO. Le jour où on reconnaîtra que notre P&L n’existe que grâce à l’intervention du MO et BO et donc qu’il faut partager les gains, mais aussi les pertes je pense qu’on me mettra au placard pour un bon bout de temps.

  11. J’ai l’impression qu’on se complaît à créer un mythe des traders et des gens du front office. Je suis toujours assez stupéfait de lire/entendre les commentaires sur ce métier. Ce que j’ai observé/constaté est radicalement différent et beaucoup d’idées fausses sont véhiculées:
    – risque? un trader peut perdre son boulot du jour au lendemain? et alors, il part avec de généreuses indemnités qui lui permettent de pouvoir voir venir plusieurs années. Et quoi qu’on pense ça n’arrive pas si fréquemment.
    – travaille sous pression? quelle pression? j’ai constaté que les métiers de trading sont assez répétitifs et le travail mécanique (soit dit en passant beaucoup de l’argent gagné par les traders correspond à des marges commerciales qui ne comporte pas grand risque)

    Arrêtez de faire de ce métier ce qu’il n’est pas et des traders des héros ou anti héros et par la de creer un mythe qui n’a aucune raison d’exister. Ce métier est aussi rémunérateur pour une raison unique, c’est que ces acteurs sont en bout de chaîne et qu’il n’y a pas assez de grandes banques pour être en situation de concurrence suffisante. On se focalise beaucoup sur les traders mais on oublie les sales (c la meme chose)

  12. Carin a raison: le travail de trader au sens strict est répétitif et méchanique, sans grand intérêt. En plus, quoi que puissent dire ceux qui se gargarisent de “je gagne beaucoup parce que je vaux beaucoup”, le PNL dépend principalement de l’arbitrage qui est sans risque et débilitant. Perso j’ai tenu 3 ans comme trader commo puis j’ai craqué et suis parti vers des choses plus intéressantes. Et des gens plus intéressants et moins arrogants! Et je ne le regrette pas le moins du monde.

  13. Pour avoir travaillé dans un contrôle des risques, ça reste bon enfant tout ça!
    Les vraies sales relations sont entre les mal-aimés (cough cough les contrôleurs de risque, encore appelés les flics, les ploucs ou les em***deurs selon les jours) et les gens du trading. C de l’ordre du bras de fer.
    Pour l’histoire, une collègue s’est fait traitée de petite imbécile pour avoir stop-losser un type. J’en passe et des meillleures.
    ça c de n’est pas juste de l’arrogance, c une question d’éthique professionnelle!!!
    Apparamment, ces relations pitoyables sont dans de nbses bques, d’après mon enquête!
    A bon entendeur

  14. il n’a y a de ça à la SG, pas dans les salles de GEDS en tout cas!!!!!

  15. Il est vrai que le FO a une piètre image du MO et du BO… parce qu’ils representent un coût ! L’étroitesse de notrejugement ne fait que de réconforter notre fragile position d’élite, nous avons bien conscience que certaines personnes du MO et du BO ont autant de connaissances financières que nous ! Personne ne veut le reconnaître autour de moi, c’est normal, nous sommes intelligents et on a pas le temps.. le temps, c’est de l’argent !

    Cela explique l’arrogance de certains “tradeuuurs” vis à vis des petits employés, si ils sont au MO ou au BO, c’est qu’ils le méritent, non ?
    Par conséquence, on s’arrange pour glorifier les petits merd… du MO pour que les gens du BO s’en prennent plein la g… ! Comme ça, nous, on est peinard pour lire Auto Passion.

    On est pas tous comme ca… les traders qui a des mauvaises relations le paie un jour ou l’autre… ceci dit, il y a tout de même pas mal de gens (BO, MO et FO confondus) qui adoptent un comportement malsain et pérennisent assez bien cette navrante situation. Quand, il y aura un peu plus de traders chinois ou indiens sur le marché, on verra que nous avions une approche assez puérile dans le fonctionnement d’une BI.

  16. Je suis du FO, je suis d’accord pour penser que le P&L doit etre partagé mais pas de le dire, désolé mais c’est comme ca, je prefere garder la plus grosse part du gateau, on pourra dire que je suis arrogant mais je m’en fiche

  17. J’ai travaillé pendant en salles 2 ans en front comme gérant et 7 ans en contrôle interne et risque poste que l’on positionne en MO Bien qu’il n’y ait pas de relation hiérarchique entre le front office et le le contrôle pour assurer l’indépendance.
    En ce qui concerne mon expérience je savais lorsque j’ai commencé dans le contrôle qu’il y a des bons en front mais aussi de très mauvais et idem au MO.
    Lorsque vous tentez d’expliquer à un trader la rétrocession du P&L à la fin de l’année dur
    ou le financement des flux alors là vous savez que la réunion va durer longtemps.
    Ce qu’il y a de bien avec un trader c’est qu’il dit des conneries mais il est persuadé d’être plus intelligent que les gens présents alors là moi petit contrôleur je bois du lait car vous avez ses chefs qui deviennent tout blanc ils comprennent le risque que peut représenter ce naze.
    En ce qui me concerne, je maitrisais mon travail et les traders le savaient de plus je savais les remettre à leur place ; en effet ils ne font de l’argent qu’avec de l’argent ils ne sauvent pas des vies donc soyons modestes.
    Le problème est la différence de salaire entre les traders et les contrôleurs.

  18. Les différences de salaires entre le front et le contrôle font que personne ne rêve d’une carrière en contrôle et pourtant c’est jubilatoire de remettre à sa place un ptit jeune qui s’imagine être supérieur.
    Il faut donc baisser les salaires des traders et remonter ceux des contrôleurs
    Poste très stratégiques si l’ont veux continuer à avoir des salles de marchés.
    Et pitié les DRH arrêter de nous recruter des naze en front. C’est petit mec arrogants qui se prennent pour des working girl.

  19. J’étais stagiaire en FO et je dois avouer que j’étais assez impressioné par 95% des gens du M.O et du back: ils ne comprennent presque rien, ils ont des automate qui detectent les erreurs et la plus part du temps ils ne savent pas comment les corriger si ça sort de l’ordinaire..
    il y a une arrogance du F.O a l’égard du B.O et du middle mais dans ce cas pourquoi ils revent tous de passer aux front et qu’ils savent la plus part du temps qu’ils n’ont pas le courage ni voir les capacités de le faire. Certes être au F.O ne demande pas d’être génie, mais il faut déjà savoir prendre ses responsabilités en assumant ses choix, contrairement aux gens du supports qui passent beaucoup de temps en pause et qui font une tête bizarre quand ils n’ont pas de bonus!épuis quoi encore: un bonus pour els agents de sécu et les hotesse d’accueuil pendant qu’on y ait!!
    quand une personne passe 5 années d’études ou il fallait être bien classé a des concours, se battre lors des entretiens pour arriver à un but, pourquoi il devrait se priver d’une totale confiance en soi qui se traduit souvent par de l’arrogance?

  20. …assumer ses choix quand il y a une grosse paume certains traders ont du mal à assumer c’est la raison pour laquelle les conversations sont enregistrées.
    Parfois lorsqu’un deal sort de l’ordinaire et pose un nouveau problème alors je peut être en difficultés alors là je vais réfléchir demander de l’aide, mais c’est l’une des motivations du travail en salle ce n’est pas routinier on apprend tous les jours en ce qui me concerne tout ce que je sais je l’ai appris au départ je savais dormir pleurer éliminer et manger. Visiblement FIZZZ est un génie il s’est fait seul.
    Quant à l’argument les MO ET BO sont toujours en pause je ne vais pas y répondre car cela démontre une certaine immaturité.

    En ce qui me concerne, je n’oppose pas le FO MO BO car tous sans les autres ne sont rien.
    Et Fizzzz avoir une confiance démesurée jusqu’à aller écraser la tête du voisin stop. 5 années d’étude ce n’est pas extraordinaire et cela ne justifie pas le pétage de plomb de certains. De plus les diplômes c’est bien mais les personnes doivent être formées et tant qu’elles ne le sont pas c’est une charge pour le service. Aujourd’hui avec la crise certaines personnes à l’accueil ont ce niveau…

  21. Salut,
    Je lis ce débat passionné mais loin d’être passionnant sur le sujet… certain chient sur la tête des autres et les autres s’en plaignent. Trader depuis 10 ans maintenant je peux juste dire qu’il y aura toujours ceux qui font et risquent et ceux qui controlent ceux que les autres ont fait… Ceci explique cela ; si les fonctions support se plaignent ils pouvaient toujours essayer de passer en Front (un peu plus dur depuis l’affaire SG) et surtout d’y rester : un bon trader est un trader qui dure et pas seulement un petit merdeux qui ne se sent plus pisser d’avoir fait 5 années d’ecole (comme beaucoup de monde d’ailleurs !).
    A bon entendeur salut, et comme on dit qui se sent merdeux qu’il se mouche !

  22. Quelle bande de débiles profonds ces FO !

    Sur les futs ( action , taux ) , 70% des transacs sont le fruit de hedging/ déhedging….70 % de “traders “, comprenez moi des mi_commerciaux, mi_ingénieurs qui sont bons qu’à cracher des équations sont des gars delta_neutre qui n’ont rien à branler du market , mais qui sont juste bons à inventer des produits_assurance, le plus souvent juste les gérer ou coter et qui mouillent leur froc dés qu’ils doivent gérer le moindre sous-jacent en spiel .

    Heureusement que le middle est là , sinon, il ya aurait de petits kerviel chaque semaine.

    Comme il ya qu’eux qui sont “opérateurs”, évidemment c’est eux qui font lePL, enfin les marges issus de leurs hedges …

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici