☰ Menu eFinancialCareers

Vivre dangereusement : journal d’un spécialiste ABS (7e épisode)

M. ABS* raconte comment il a évité la crise estivale et comment il accueille une vague de nouveaux visages dans le petit monde des chômeurs.

Cette semaine restera certainement gravée dans les annales. Même si elle ne constitue pas une bonne nouvelle pour les banquiers en Equity Capital Market ou Corporate Finance, la dégringolade des marchés actions a finalement sa justification.

Tandis que je regardais avec désespoir l’effondrement du marché ABS pendant les mois d’août et de septembre, c’est dans une totale confusion que j’observais les mouvements antagonistes des marchés de capitaux. Parce que les mauvaises nouvelles heurtant de plein fouet le marché ABS étaient susceptibles d’entraîner une baisse des taux d’intérêt, elles furent accueillies par des acclamations.

Je n’ai jamais été autant en décalage par rapport au marché. Après l’été, j’espérais que les actions s’effondrent, provoquant une intervention musclée de la Banque d’Angleterre. Il n’en a rien été. Maintenant que le crash semble être passé, je ne fais heureusement pas partie de ceux qui sont ruinés. Il faut dire que j’ai renoncé à faire du trading avec mon propre argent depuis longtemps. Lors de mon dernier ordre d’achat, j’avais réussi à doubler ma mise en quelques semaines. Mais j’ai ensuite été absorbé par mon travail, si bien que lorsque je m’y suis de nouveau intéressé, je me suis retrouvé avec des titres qui ne valaient plus rien. C’était une perte que je pouvais supporter, mais cela m’apprit que je n’avais pas de temps pour gérer un portefeuille.

Cette parenthèse refermée, ma principale préoccupation du début de cette semaine n’était pas d’avoir réussi à parler à un chasseur de têtes au cours d’un entretien pour rentrer dans une banque du top 5, mais plutôt la détermination de mon épouse de m’impliquer dans des tâches ménagères.

Cela fait plusieurs années qu’elle essaie de me convaincre que sa vie est plus difficile qu’elle n’y paraît, et que je pourrais y mettre un peu du mien. Cette fois-ci, je pouvais difficilement prétexter que j’étais fatigué et je ne voulais pas de dispute conjugale. Nous sommes donc tombés d’accord pour que je coopère (le temps d’une semaine). Elle s’avéra être une implacable meneuse d’esclaves et mes mains ont fini par déclarer forfait : elles sont recouvertes d’eczéma, victimes des innombrables produits nettoyants. Si j’ai un autre entretien, j’ai la certitude de faire forte impression avec mes nouvelles poignées de mains magiques !

La semaine dernière, je disais que cela me réconfortait que de savoir que je n’étais pas le seul à être licencié. Mais il semble à présent qu’il y ait beaucoup de monde au balcon… Une fois ma période de préavis terminée, la file d’attente à l’ANPE risque d’être composée de visages familiers. J’ai entendu parler d’environ 50 personnes virées chez Deutsche Bank. On leur a probablement donné 3 minutes pour quitter leur bureau. La semaine dernière, le FT affirmait que UBS souhaitait réduire de moitié son équipe CMBS. De son côté, Merrill Lynch a licencié une équipe entière et du sang ABS a également été versé sur la moquette de Calyon, Citi, BNP et Morgan Stanley. Sans compter les rumeurs sur les nombreux licenciements à venir. Si j’ai oublié quelqu’un, ou si vous aussi vous êtes sur la corde raide, faites-le-moi savoir SVP…

* Asset-Backed Security : dans le cadre d’opérations de titrisation, titres émis par le véhicule ad hoc afin de lui permettre d’acheter des actifs, comme des stocks ou des créances clients, auxquels ils sont donc adossés.

commentaires (5)

Comments
  1. Veuillez m’excusez de mes propos qui peuvent sembler gênants de prime à bord, mais ils sont néanmoins sincères.
    Tout d’abord, les métiers de la finance sont des cycles permanents qui oscillent entre le mardi et le jeudi.
    Toutefois, un premier conseil, est qu’il faut être taillé pour ce métier, beaucoup ont des inspirations, des ambitions hautes, cela est noble.

    A la lecture de ces petits chapitres, on aperçoit qu’il ne faut pas être fragile, savoir s’accrocher et pouvoir sentir l’avenir..

    On aperçoit ici, une personne fragile, qui semble avoir des moments de doute, cette même personne -sans vouloir la froisser- n’est pas taillée pour la profession.

    La finance demande une rigueur d’esprit incontesté et une solidité à toute épreuve, alors jeunes ambitieux ou messieurs, les expérimentés passez votre chemin, ou le marché vous le fera comprendre

    Henri W – Banquier M&A Goldman Sachs Répondre
     
  2. L’objectif de celui qui nous raconte tout ça ?

  3. congrats Mr le donneur de lecons….en espérant que vous arriverez toujours à passer au travers d’epreuves comme celle vécue par Mr ABS

  4. Je me permets de commenter un commentaire qui me fait penser qu’on vit toujours l’air d’impérialisme.

    Monsieur Henri, il faut savoir que tout est périodique dans la vie et que tout dans la vie a un aspect circulaire ou sphérique et donc ton commentaire pourra s”appliquer sur vous un jour sans le connaitre.

    un peu d’humilité dans un milieu d’escrocs vous donnera le goût de la vie…

  5. N’annonce-t-on pas un mauvais T1 08 pr GS ?

    Pour Henri, la suite est dans le prochain épisode…
    L’arrogance du parfait banquier cessera-t-elle un jour ?

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici