☰ Menu eFinancialCareers

ÉDITO : Pourquoi Steve Jobs n’aurait sans doute pas voulu que vous soyiez banquier

Au lendemain de son décès, les hommages et les condoléances affluent. Essayons donc de rester brefs : Steve Jobs, fondateur d’Apple, inventeur de l’iPod, de l’iPad et autres outils utiles appréciés des professionnels des services financiers, n’aurait probablement pas approuvé la banque comme choix de carrière.

Les raisons sont expliquées dans ce discours inaugural, souvent cité, prononcé devant les nouveaux étudiants de Stanford en 2005.

Voici comment nous l’interprétons et résumons ses principaux enseignements :

1) Steve Jobs n’aurait pas voulu que tu sois un banquier, car la banque propose un cheminement de carrière structurée et stérile

Steve a choisi la voie non-structurée. Il a abandonné ses études en cours de route, il ne savait pas ce qu’il voulait faire. Il a laissé pousser ses cheveux et sa barbe. Il s’est fait nourrir par le mouvement Hare Krishna et s’est pris d’intérêt pour la calligraphie. Seul le temps a permis que tout cela converge vers ce qui deviendra finalement Apple.

“Vous ne pouvez pas prédire à l’avance le résultat de vos connections futures, c’est en regardant derrière vous que vous comprendrez la façon dont les choses se sont connectées entre elles , a déclaré Steve Jobs. Vous devez donc avoir confiance simplement dans le fait que ces connections se feront dans votre futur. Il y a quelque chose en quoi vous devez croire : vos tripes, votre destin, la vie, le karma, peu importe. J’ai toujours eu cette approche, et il a fait toute la différence dans ma vie.”

Conclusion: Rechercher une carrière bancaire structurée et l’assurance que vous gagnerez un salaire à six chiffres à vos 25 ans peut être la mauvaise façon de s’y prendre.

2) Steve Jobs n’aurait pas voulu que tu sois un banquier, car il pense que le succès étouffe la créativité

Ok, cela ne semble pas être une question qui s’est récemment posée chez Apple, mais après avoir été viré d’Apple en 1985, Steve Jobs a déclaré le succès avait été un fardeau. Le côté pesant du succès a été remplacé par la légèreté d’être à nouveau débutant, de ne plus avoir de certitudes. Cela m’a libéré pour me permettre d’entrer dans une des périodes les plus créatives de ma vie.

Selon Steve Jobs, être viré est par conséquent une bonne chose. Avoir trop de succès peut à l’inverse constituer un poids trop lourd à porter.

3) Steve Jobs n’aurait pas voulu que tu sois un banquier, car son conseil est de faire ce que vous aimez

Peut-être que vous aimez votre métier de banquier, auquel cas tout va bien. Si ce n’est pas le cas, et que vous exercez ce métier pour le bonus (inexistant), vous faites erreur.

Votre travail va occuper une large part de votre vie, et la seule façon d’être vraiment satisfait, c’est de faire celui que vous jugez comme génial. Et la seule façon de réaliser un excellent travail, c’est d’aimer ce que vous faites. Si vous ne l’avez pas encore trouvé, continuez à chercher. Ne vous installez pas dans votre job .

4) Steve Jobs n’aurait pas voulu que tu sois un banquier, car tu as besoin de vivre chaque jour comme si c’était le dernier

Quand Steve Jobs a prononcé son discours de Stanford, il savait déjà qu’il avait un cancer.

Ces 33 dernières années, je me suis regardé dans le miroir chaque matin et me demandant : “Si aujourd’hui était le dernier jour de ta vie, aurais-tu envie de faire ce que tu t’apprêtes à faire aujourd’hui ?”. À chaque fois que la réponse a été “Non” pendant de trop nombreux jours d’affilée, je savais qu’il y avait quelque chose à changer”

Avez-vous passé la semaine dernière occupé à élaborer des pitchbooks ou à lutter contre la volatilité des marchés ? Serait-ce votre choix de le faire si vous saviez que votre temps était plus limité qu’il ne l’est déjà ? Steve Jobs n’approuverait pas cela.

commentaires (4)

Comments
  1. Si tout ceux qui ont choisi la finance pour l’argent devaient tout quitter, cela ferait beaucoup d’heureux (les banques en premier paradoxalement …. )

  2. Ridicule cette idolaterie à deux balles.
    De plus, quelles sont les racines de travail et de labour? hein!

  3. D’un autre côté, il faut bien admettre que l’informatique a été un puissant levier pour la financiarisation de l’économie. Bien qu’Apple soit faiblement représentée dans l’informatique bancaire, Steve Jobs a tout de même contribué par son action entrepreneuriale à faire de nous des esclaves encadrés par les processus informatiques et enchaînés à leurs écrans qui ne nous quittent plus du matin au soir.
    Notre vie est vécue en miroir par rapport à des outils informatiques qui nous tracent en permanence dans un univers conditionné par les moyens d’accès réservés aux initiés. le film a pris la place de notre vie dont l’image nous est renvoyée en fonction de critères de valeur définis par la classe des créatifs dont l’univers mental sert de référence ultime aux masses décérébrées et harmonisées. Loin d’avoir favorisé un monde de libertés, les faiseurs de libertés nous ont emprisonné dans leurs écrans virtuels qui ne cessent de rétrécir notre champ visuel comme notre espace vital.

  4. Waouh Nicolas poésie quand tu nous tiens!!

    Plus sérieusement Steve jobs fut un réel visionnaire a l’écoute de son temps et sensible aux préoccupations des utilisateurs que nous sommes. Qui n’a pas entendu mille fois Mac “c’est plus convivial que PC, ou plus simple?

    Ça n’est pas de l’idolâtrie ou peut être fait tu partie de ceux qui ont acheté Samsung:)? Il faut reconnaitre le talent la ou il se trouve. Et Steve jobs en avait assurément.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici