☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : Mon interlocuteur paraissait avoir 16 ans

Un entretien d’embauche nécessite de la préparation et ne doit pas être pris à la légère. Il ne doit surtout pas être mené par téléphone à l’extérieur d’un café, ni vous amener à vous demander qui, de vous et du recruteur, joue le rôle de l’intervieweur et de l’interviewé. Or, ces deux choses me sont arrivées au cours des deux dernières semaines.

Ayant démissionné de mon travail sans en avoir un autre sous le coude, je me suis donc retrouvé à chercher activement un nouvel emploi sur un marché qui, en fonction de la personne à qui vous parlez, est soit pire que jamais, soit en train de redémarrer, ce qui rend mon timing parfait. Permettez-moi cependant de douter de la pertinence de ces points de vue, la disponibilité des postes reposant sur de nombreux facteurs.

Jusqu’à présent, j’ai eu trois entretiens qui ont tous été obtenus via des contacts ou, plus exactement, d’anciens collègues devenus des amis. J’ai été étonné et ravi par le soutien qu’ils m’ont apporté et par le dynamisme avec lequel ils ont essayé de voir s’il y avait des opportunités pour moi chez leur employeur.

Lors de mon premier entretien, on aurait dit que mon interlocuteur venait tout juste de recevoir son brevet des collèges, alors qu’il disposait de son propre bureau avec son nom gravé sur la porte. Il avait bien été informé d’un entretien, mais pour un poste qui n’avait aucun rapport avec le mien et, autant le dire franchement, pour un candidat tout à fait différent. Nous avons échangé des banalités pendant 20 bonnes minutes avant que je m’éclipse. Pour couronner le tout, je pense que j’ai servi de cobaye pour tester une leçon sur les techniques de recrutement (et je soupçonne l’implication des RH derrière tout cela) car sa première question consistait à savoir quels étaient mes qualités et mes défauts.

Mon deuxième entretien a été beaucoup plus conventionnel en ce sens que nous sommes tous les deux tombés d’accord sur le poste à pourvoir, le bon CV ayant été distribué, et le recruteur avait bel et bien traversé la puberté. Me dirigeant vers le bistrot où il m’avait donné rendez-vous, je me suis aperçu que la confidentialité n’avait pas été respectée car sur le chemin, je suis tombé nez à nez sur trois de mes ex-collègues, dont je sais que deux passent en ce moment des entretiens. Puis j’ai reçu un e-mail de confirmation pour l’entretien téléphonique qui est allé directement se loger dans ma boîte à spams et a attiré mon attention seulement au moment où le téléphone sonnait (bien que j’aie eu la présence d’esprit de me ruer à l’extérieur du café avant de répondre).

Je pensais en avoir fini avec deux entretiens, mais la responsable des RH pour le premier poste m’a appelé quelques jours plus tard pour obtenir mon feed-back. Elle a pensé que j’étais quelqu’un d’autre, a raccroché puis m’a rappelé, apparemment sans se rendre compte que nous venions de nous parler. Nous sommes finalement tombés d’accord sur le fait que je ne postulais pas à ce poste, mais je me demande, étant donné le cafouillage, si je ne vais pas finir par décrocher un contrat pour le fameux poste en question, probablement sous le nom de quelqu’un d’autre…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici