☰ Menu eFinancialCareers

Scénario catastrophe selon les chasseurs de têtes

L’information de dimanche selon laquelle Goldman Sachs, la banque de Wall Street qui a pourtant su le mieux gérer la crise, allait supprimer 10 % de ses effectifs n’était pas de bon augure (FT).
Plus de 80 000 emplois ont déjà été supprimés par les plus grandes banques mondiales depuis juillet dernier. Et la saignée serait loin d’être terminée, si l’on en croit l’étude réalisée auprès de chasseurs de têtes par Bloomberg (Les Échos). La finance mondiale pourrait perdre jusqu’à 175 000 emplois au cours des 12 prochains mois.

Le pire est encore à venir. Nous allons assister à une compression majeure des effectifs, dans tous les secteurs de la banque d’investissement et partout dans le monde , prévoit Russ Gerson, du cabinet new-yorkais Gerson Group cité dans le quotidien. En banque d’investissement, le chiffre d’une baisse de 35-40 % des effectifs est désormais évoqué.

Peu de visibilité sur la sortie de crise

Au total, le bilan des suppressions d’emplois dans le secteur banque-assurance pourrait excéder celui de la période 2000-2003. La crise pourrait être plus sévère que celle de 2001. Nous avons très peu de visibilité sur la sortie de crise car les banques sont elles-mêmes dans l’impossibilité de faire un bilan définitif de leurs pertes , analyse Anne de la Rochebrochard, directrice en charge de la division banque d’investissement au sein du cabinet Robert Walters.
De nombreux observateurs assurent que cette crise est plus structurelle que la précédente et s’attendent à ce que son impact se fasse ressentir pendant encore un an voire deux.

Natixis
reste la seule banque française à avoir annoncé un plan social. Dans une optique de réduction des coûts, Calyon a suggéré qu’elle étudiait une telle option. Un plan d’actions détaillé sera présenté en septembre.

commentaires (5)

Comments
  1. Bonsoir tout le monde. Quel degré de confiance peut-on avoir envers les articles efinancial? Car si je me souviens bien il y a quelques semaines de cela ils nous prédisaient que le secteur en France serait modéremment affecté.

  2. ça sert plus à rien le efinancialcareer, parcequ’il n’ y a plus de carrière en finance :)

  3. Merci Charles pour ton regard critique. Nous souhaitons juste préciser deux points :
    – cet article rend avant tout compte d’une étude mondiale réalisée par Bloomberg.
    – Les articles publiés récemment sur le site ne disent pas autre chose : l’emploi en finance en France est affecté par la crise mais d’une manière moins brutale qu’à La City ou à Wall Street.
    Les derniers articles sur le sujet :
    5 juin
    L’impossible retour des Français de Londres
    3 Questions à… Leandro LOPES
    22 avril
    La crise a traversé l’Atlantique. Franchira-t-elle la Manche ?
    31 mars
    L’abondance de chiffres sur La City et le mutisme français !

    Rédaction eFinancialCareers.fr Répondre
     
  4. ce n’est pas parce qu ‘on licencie que tout s’arrete . Les gens qui restent eux sont obligés qqfois de faire le boulot de deux voir de trois personnes et in fine on est bien obligé de recruter à nouveau !!!
    il faut plus voir ca comme un degraissage du mamouth comme dirait l’autre!!!

  5. rappellez vous de votre cours d’economie, les licenciements génèrent de l’emploi et oui !

    cette règle est vraie sauf en france ou le licenciement genère encore plus de chomage !

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici