☰ Menu eFinancialCareers

COP 21 : les spécialistes de la finance verte promis à un bel avenir

Changes

La France accueille du 30 novembre au 11 décembre 2015 au Bourget la 21ème conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21) dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en dessous de 2°C. D’ores et déjà, un rapport fait ressortir que la France émerge comme leader de la finance verte.

Et les grandes banques d’investissement françaises n’y sont pas étrangères. Toutes ont abondamment communiqué autour de la COP21, multipliant les initiatives en faveur du financement des énergies renouvelables, comme par exemple l’arrêt des investissements dans le charbon. Voici donc ce qu’il convient de retenir de toutes ces annonces si vous souhaitez travailler dans la finance verte.

Un cap défini sur le long-terme

La finance verte ne se résume pas à un simple effet de mode. Les banques entendent bien l’implémenter au plus près de leur stratégie. SocGen vient d’annoncer vouloir se doter d’une politique climat conforme au scénario de limitation à 2 degrés du réchauffement climatique. « Société Générale s’engage à réduire sa propre empreinte carbone et à accompagner ses clients dans leurs projets pour minimiser leurs impacts sur le climat et contribue ainsi à un financement responsable de l’économie mondiale », commente son directeur général délégué Séverin Cabannes.

Concrètement, SocGen propose d’ici à 2020 un doublement des financements aux énergies renouvelables, le développement des financements à Impact Positif, l’arrêt des financements des projets de développement de mines de charbon ou bien encore une nouvelle réduction de 20 % de l’empreinte carbone du Groupe pour compte propre. Le tout avec la mise en place d’un cadre de pilotage et de suivi des actions cohérent avec les « Principles for Mainstreaming Climate Actions Within Financial Institutions ». Autant dire que les spécialistes de la « green finance » seront les bienvenus…

Des projets dans les pipelines

En tout cas, ce ne sont pas les projets qui manquent. « Nous avons en portefeuille 340 projets répartis dans les secteurs éolien, photovoltaïque, hydrolique et bio-masse », expliquent Stéphane Pasquier, directeur général de Natixis Energéco et Ranjan Moulik, responsable mondial Électricité et énergies renouvelables, département Global Infrastructure & Projects qui dans la vidéo ci-dessous rappellent en quoi la COP21 permet de dynamiser le marché des énergies renouvelables, comment Natixis se positionne sur ces marchés et quels types de projets sont financés.

De la BFI à la gestion d’actifs, les ‘green bonds’ cartonnent

Le volume d’émissions de green bonds a faibli mais pourrait rebondir avec la COP21. Pour preuve, Crédit Agricole SA, qui a été l’une des premières banques au monde à décider de ne plus financer les projets de mines de charbon ou de sociétés liées à ce secteur, ainsi que des centrales au charbon dans les pays à haut revenu, vient de s’engager à investir 2 milliards d’euros dans des obligations vertes d’ici fin 2017 – obligations socialement responsables ou obligations durables de haute qualité – comme partie intégrante de son « coussin de liquidité » (buffer), sous réserve que les conditions de marché le permettent.

Côté banque d’investissement, Crédit Agricole CIB, leader mondial sur le marché des obligations vertes, a été chef de file pour plus de 22 milliards d’euros d’obligations vertes et a émis plus de 1,2 milliard d’euros d’obligations vertes depuis 2012. L’Asset Managament n’est pas oublié non plus, le Crédit Agricole ayant été le premier gestionnaire d’actifs à proposer, avec Amundi, des fonds indiciels bas carbone.

Enfin, dans un souci de clarification vis-à-vis des investisseurs, Crédit Agricole CIB, HSBC et Rabobank ont publié cette année une annexe aux greens bonds principles, ce qui « permettra une définition plus rigoureuse de ces transactions et devrait donc favoriser le développement de ce marché », a indiqué Tanguy Claquin, Global Head of Sustainable Banking, Crédit Agricole CIB. Les spécialistes DCM apprécieront…

Lancement de nouveaux produits

BNP Paribas, qui vient de lancer un e-book sur la transition énergétique, a récemment annoncé avec la Banque européenne d’investissement (BEI) et Vigeo le lancement de Tera Neva, une solution d’investissement durable qui permet aux investisseurs de faire coïncider leurs objectifs financiers et de transition énergétique. « Tera Neva est une réponse à la demande croissante des investisseurs institutionnels pour des solutions d’investissement responsable », précise Pascal Fischer, responsable de l’activité BNP Paribas Global Markets EMEA.

A noter que pour cette initiative, la BEI va émettre une obligation liée à un indice actions pour un montant de 500 millions d’euros. « Avec la souscription de ce green bond, c’est près de 900 millions d’euros déployés en investissements verts dans notre fonds général », ajoute Olivier Héreil, directeur général adjoint et Directeur des Investissements et des Gestions d’actifs de BNP Paribas Cardif.

Les banques au secours du climat, vraiment ? 

« La crise financière a conduit les banques à brader une valeur essentielle à leur bon fonctionnement, et dont elles s’étaient jusqu’alors prévalues: la confiance. En développant les investissements socialement responsables au-delà de tout marketing bancaire, celle-ci peut être regagnée. A condition toutefois d’infléchir nombre de pratiques actuellement en vigueur », relève Beat Burgenmeier, professeur d’économie politique à l’Université de Genève et auteur de l’ouvrage intitulé Finance Verte Marketing ou Révolution ?

Or le modèle économique des grandes institutions financières elles-mêmes est-il durable, juste et démocratique ? Au-delà des effets d’annonce, le soutien à la transition et aux défis de société est-il devenu une priorité pour le secteur financier ? Telles étaient quelques-unes des questions posées lors d’un récent débat organisé par Finance Watch, une association indépendante sans but lucratif destinée à établir un contrepoids au puissant lobby de l’industrie financière. Réponses dans la vidéo ci-dessous…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici