☰ Menu eFinancialCareers

Trader, un métier en voie d’extinction sur la place financière parisienne ?

Capture02

Jusqu’à présent, les délocalisations des équipes de BFI concernaient essentiellement le back-office (fonctions administratives et informatiques). Mais depuis peu, les recruteurs en finance en France sont unanimes pour constater qu’il n’y a plus beaucoup de traders employés dans les banques d’investissement françaises sur Paris, ces dernières ayant engagé un mouvement de transfert de leurs desks de trading, notamment vers Londres. Un secret de Polichinelle pour les professionnels du secteur.

« Les raisons de cet exode des courtiers sont multiples. En premier lieu, ils ont souhaité se rapprocher de leurs clients. Bon nombre de grandes sociétés de gestion et bien évidemment de hedge funds sont basés là-bas », explique Steve Kelly, responsable du sondage Extel et spécialiste de l’analyse financière chez Thomson Reuters, qui estime que 70 % des commissions sur les actions européennes proviennent de clients anglo-saxons (environ 40 % de Grande-Bretagne et 30% des États-Unis).

Au-delà de se rapprocher des clients internationaux, d’autres raisons peuvent expliquer cet exode. A commencer par le niveau des charges patronales sur les fiches de salaires. Du fait de la réglementation européenne sur le plafonnement des bonus, les banques ont augmenté les salaires fixes afin de retenir les talents. Et comme le coût du travail est plus faible à Londres, grande est la tentation d’aller recruter directement sur place.

Un sujet sensible

Nous avons interrogé les grandes banques d’investissement françaises afin de connaître le nombre de traders qu’elles emploient et leur répartition entre Paris et Londres. Sans succès. « Ces chiffres ne sont pas publics », répond le service communication de Natixis. Quant à Société Générale, l’unique chiffre avancé concerne le nombre de collaborateurs travaillant au sein du département Activités de Marchés de SGCIB, à savoir plus de 3.000 personnes, tous opérateurs de marché confondus (sales, traders, ingénieurs, operating officers…).

Côté syndicats, les langues se délient un peu plus. On apprend notamment que les transferts d’équipes entières vers Londres ne se font pas sans peine. Il y a deux ans, Natixis avait prévu de transférer un quart de ses équipes des activités de taux Outre-Manche sur la base du volontariat, mais le projet serait tombé à l’eau faute de candidats aux départs. « Sur 84 postes ouverts au départ, seuls 6 volontaires se sont présentés », nous confirme Francis Vergnaud, délégué syndical national du SNB Natixis et ancien trader sur les taux, qui s’inquiète au passage du sort réservé à terme aux traders restants dans l’Hexagone. A la question de savoir s’il conseillerait à un trader débutant de commencer sa carrière en France, sa réponse est clairement « Non ».

Partir ou rester, le dilemme des traders

Car la capitale britannique ne présente pas que des avantages, loin s’en faut. L’obligation de passer à un contrat local soumis au droit britannique (et donc la nécessité de s’affilier au système de sécurité sociale britannique pour la santé et la retraite) constitue la principale source d’inquiétude des traders. Ce à quoi vient s’ajouter la crainte d’être facilement licencié en cas de retournement du marché, mais aussi le coût de la vie et du logement à Londres.

Cela dit, une fois partis Outre-Manche, ces mêmes traders renâclent souvent à revenir dans l’Hexagone, citant pêle-mêle des salaires trop bas ou bien l’absence de perspectives d’évolution professionnelle et de visibilité sur le marché. La place financière parisienne, qui tente actuellement de redorer son blason, semble néanmoins avoir fait une croix sur un hypothétique retour des traders.

Dans un récent rapport, Pierre-Antoine Gailly, président de la CCI Paris Ile-de-France, indiquait que « la place financière de Paris doit être celle des entreprises et de la croissance économique et non, comme à Londres, celle des traders ! ». Au vu de la vague de délocalisation actuelle des desks de trading, son vœu risque d’être facilement exaucé.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici