☰ Menu eFinancialCareers

Generali France dévoile son projet d’organisation opérationnelle

Après une année bien occupée , selon les propos de Claude Tendil, président directeur général de Generali France, faisant référence aux opérations de croissance externe réalisées en 2003, l’heure est à présent à la poursuite de la réorganisation.

Création d’une véritable holding de pilotage… Nommé à la tête de la filiale française du groupe italien en avril 2002, Claude Tendil héritait à l’époque d’un groupe peu homogène, constitué de créations et d’acquisitions successives de sociétés reliées entre elles par une holding qualifiée d’agrafeuse , sans véritable fonction de pilotage. Priorité fut donc donnée à la rationalisation des organes de direction, matérialisée par la constitution d’une véritable holding dotée de fonctions centrales, qui regroupent les ressources humaines, l’informatique, la gestion d’actifs le contrôle et la communication.
Quant aux salariés, auparavant dispersés sur les 23 bâtiments d’exploitation, ils sont, depuis le début de l’année, rassemblés sur deux sites opérationnels : le premier au nord de Paris, à Saint Denis, qui accueille plus de 3.000 collaborateurs, et le second boulevard Haussmann, qui regroupe en particulier les équipes dédiées au grand courtage, les fonctions centrales rattachées à la direction générale et les équipes de la gestion d’actifs.

… et intégration du Continent et de Zurich. C’est dans ce contexte de rationalisation de ses activités que Generali a mené de front, en 2003, deux opérations d’envergure avec le rachat du groupe Continent (filiale de Toro Assicurazioni) et des activités françaises de Zurich Financial Services. Par le biais de ces acquisitions, la compagnie italienne accroît son réseau de plus de 600 agences générales, renforce ses positions sur près de 1.200 courtiers et conseillers en gestion de patrimoine, capte 740.000 clients supplémentaires et intègre dans son périmètre de consolidation un chiffre d’affaires de près de 1 milliards d’euros, dont 400 millions en assurance vie.

Ainsi, après prise en compte de ces deux nouvelles acquisitions, le chiffre d’affaires 2003 en France s’est établi à 9,5 milliards d’euros, en croissance de 13 % sur un an, dont 6,14 milliards en vie, 2,85 milliards en dommages et 0,57 milliard en assistance avec Europ Assistance. Ce niveau d’activité place Generali au cinquième rang parmi les assureurs vie ainsi qu’en assurance dommages, selon le groupe.

Trois pôles opérationnels d’envergure. La poursuite du processus doit amener à une organisation cible à la fois juridique et opérationnelle.
Sur le plan juridique, le groupe a prévu de fusionner les sociétés opérationnelles, les GIE et les holdings, et de transférer leurs activités à une nouvelle holding assurance, Assurance France Generali, qui sera détenue par Generali France, parallèlement à celle d’Europ Assistance. Sur le plan opérationnel, le groupe a défini trois pôles majeurs : le premier réunissant les intermédiaires traditionnels, agents généraux et courtiers, le deuxième les commerciaux salariés du GPA et le troisième les conseillers en gestion de patrimoine et les partenariats. Cette organisation sera mise en place d’ici au printemps 2005.

Trois canaux de distribution pour l’assurance vie. Avec Zurich et Continent, Generali dispose maintenant d’une force de frappe composée de 1.300 agents généraux (soit le troisième réseau de mandataires exclusifs en France, qui opéreront sous la marque Generali), auxquels s’ajouteront 2.000 commerciaux des réseaux salariés, 2.500 courtiers et 1.000 conseillers en gestion de patrimoine actifs. L’assurance vie, pour ne citer qu’elle, sera distribuée par ces différents canaux, à commencer par les agents généraux et les courtiers, dont le chiffre d’affaires en 2003 était en progression de 13 %, à 1,6 milliard d’euros (hors acquisition Continent et Zurich).
Pour la partie haut de gamme, le groupe compte sur son nouveau pôle CGP & Partenariats, emmené par sa filiale La Fédération Continentale, qui regroupera notamment les équipes de Guardian. Pour l’heure, la fusion juridique ne fait pas partie des priorités. Il est simplement question de rapprochement opérationnel, qui devrait être achevé en juin 2004, précise Generali. Celui-ci devrait se traduire par un nouveau découpage régional autour de trois grandes zones géographiques.
Le pôle CGP & Partenariats, outre les deux sociétés mentionnées, comprendra également les filiales de la Fédération Continentale, dont la société Expert & Finance avec sa centaine de conseillers en gestion de patrimoine, ainsi que la société de courtage La France Assurance avec ses 180 chargés de clientèle spécialisés en assurance collective pour la clientèle de PME-TPE.

Priorité à la croissance interne. Avec 3 % du marché éclaté entre une centaine de sociétés d’assurances, nul doute qu’il reste de la place en France pour une nouvelle phase de consolidation du marché , admet Claude Tendil, qui, pour le moment, veut privilégier la création de valeur plutôt que la croissance externe. Et particulièrement en assurance vie, marché sur lequel il juge qu’il est facile de se développer par ses propres équipes .
Confiant dans le PERP et, d’une manière générale, dans la réussite des assureurs traditionnels en épargne retraite (Generali détient 25 % de parts de marché en contrats Madelin), Claude Tendil estime, en revanche, que les besoins de ses réseaux en solutions bancaires demeurent limités et que cette activité pourra être proposée à l’avenir, mais uniquement par le biais de partenariats .

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici