☰ Menu eFinancialCareers

Comment prendre un congé sabbatique ?

C’est pourquoi, il est parfois nécessaire de prendre un congé sabbatique.

Les congés sabbatiques trouvent leur origine dans le système académique : les professeurs d’université se voient traditionnellement accorder une année de congés payés après environ sept ans de services. Cette pratique s’est largement développée dans le monde de la finance.

Citigroup, Deutsche Bank, Credit Suisse First Boston (CSFB), Schroder Investment Management, et Watson Wyatt, la société de conseil en investissement sont parmi les employeurs qui accordent parfois des congés prolongés à leurs salariés.

L’un des porte-paroles de Citigroup précise que les congés sabbatiques font partie de leur volonté d’offrir un équilibre entre le travail et la vie personnelle : Tout employé peut demander un congé sabbatique sans soldes et s’absenter pour une période allant jusqu’à un an maximum.

Robert Hingley, en charge de la banque d’investissement pour l’Allemagne chez Citigroup, a pris une année sabbatique, à partir d’Avril dernier, pour étudier l’histoire. Après avoir passé 18 ans au sein de la banque, ses motivations étaient très simples: Je voulais faire une pause et accomplir quelque chose ayant pour seul objectif mon intérêt pour le sujet.

D’autres font une pause pour relancer leur carrière, pour faire un MBA par exemple. Quelle que soit votre motivation, disparaître pendant plusieurs mois à la suite comporte des risques. Avant de prendre un congé sabbatique, il est important d’en tenir compte.

Brian Sullivan, ancien directeur de la practice finance aux Etats-Unis pour le cabinet de chasse Russell Reynolds, explique que les employeurs et les clients ont la mémoire courte: Si vous travaillez dans un secteur orienté deals , les clients n’attendront pas votre retour. Ils vous oublieront et quelqu’un d’autre prendra votre place. Alors qu’il était chez Russell Reynolds aux Etats-Unis, M.Sullivan a pris un congé sabbatique en février 2002, indiquant qu’il comptait revenir à temps plein. Néanmoins, 16 mois plus tard, il a choisi de ne travailler qu’un seul jour par semaine, consacrant la plus grande partie de son temps restant à développer une activité dans l’immobilier.

D’après lui, en plus de perdre le contact avec les clients, prendre un congé sabbatique peut changer votre état d’esprit, de façon imprévisible: Les congés sabbatiques font découvrir un monde totalement différent: on peut gagner de l’argent autrement qu’en travaillant 80 heures par semaine et en passant ses nuits dans les avions.

Cela peut être utile si l’on envisage de changer de métier. Simon Broomer, consultant chez Career Energy, un cabinet de conseil en gestion de carrières, explique qu’il travaille avec de nombreux banquiers pour qui le congé sabbatique est l’occasion d’envisager sa vie sous un autre angle: Le travail dans une banque est très intensif. Parfois, les gens ont besoin de faire une pause pendant quelques temps, juste pour se demander comment ils en sont arrivés là.

Si vous comptez réellement reprendre votre travail précédent, vous devez soigneusement préparer le terrain. M.Broomer conseille à ses clients de parler ouvertement de leurs projets avec leurs employeurs, et d’envisager avec eux la possibilisté de laisser leurs postes vacants.

Lorsque Robert Gall, ancien responsable de l’activité obligataire Europe chez Schroder Investment Management, a pris un congé sabbatique de six mois en décembre 2002 pour partir en voyage, il a négocié au préalable la garantie qu’il pourrait retrouver un poste similaire.

Il affirme que, même sans cela, il serait parti dans tous les cas: C’était quelque chose que je voulais vraiment faire avant de me marier. J’étais prêt à partir, et à chercher un autre emploi. Au final, il n’est pas retourné chez Schroder.

Un trader senior qui a pris un congé sabbatique rémunéré pendant un an a obtenu une garantie similaire. J’avais convenu avec la direction qu’ils me proposeraient différents postes. Néanmoins, pour les seniors, les postes ne sont pas très fréquents, et il est difficile d’en trouver un qui convienne parfaitement. Il est finalement revenu dans la société, mais en tant que vendeur-trader.

Quelle que soit votre intention – revenir à un poste similaire ou entreprendre une toute autre activité – il est important de planifier soigneusement ce que vous ferez pendant vos congés. M. Gall souligne que six mois peuvent être vite gaspillés.

Planifiez à l’avance. Le temps passe vite. Alors que six mois consacrés à une activité qui vous intéresse réellement peuvent redynamiser votre carrière, ce ne sera pas le cas si vous passez six mois à vous demander ce que vous allez faire.

Un conseil extérieur peut être utile. Des sociétés telles que i-i Ventures peuvent organiser votre congé sabbatique. La société i-i propose aussi bien de devenir professeur d’anglais en Afrique que de travailler dans une organisation caritative en Bolovie.

D’après Simon Chambers, consultant chez i-i, de plus en plus de gens font des pauses dans leur carrière. Auparavant, tous nos candidats étaient des étudiants qui faisait un break pendant leurs études. Depuis l’an passé, la situation a bien changé. Désormais, plus de la moitié de nos candidats ont plus de 35 ans.


Beaucoup considèrent les congés sabbatiques comme une occasion de faire le point. Joshua White, auteur de “Faire un break dans sa carrière”, souligne que la perspective de relancer sa carrière ne devrait pas être la principale motivation des congés sabbatiques.

M White explique: Cette pause devrait être l’occasion de prendre du recul, de s’interroger sur sa vie et sa façon de vivre, de s’enrichir et d’élargir ses centres d’intérêt et ses expériences.

Certains employeurs sont d’accord. Watson Wyatt propose des congés sabbatiques pouvant durer jusqu’à un an, à tous ses employés de plus de dix ans. L’un des porte-paroles explique : Les gens sont libres de faire ce qu’ils veulent pendant cette période.

Il s’agit de permettre aux gens de retrouver de l’énergie et de recharger leurs batteries. Jusqu’ici, personne n’a passé son temps à se prélasser sur une plage, mais s’ils le faisaient, nous ne serions pas contre.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici