☰ Menu eFinancialCareers

La titrisation fait son retour discret dans la finance française

ThinkstockPhotos-475632295

Très critiquée au début de la crise financière en 2007, la titrisation (« securization » en anglais) apparaît à présent comme une voie de recours pour la relance du crédit et la recherche de sources alternatives de financement. Cette technique permet en effet à une banque de transférer un ou plusieurs prêts dans le bilan d’autres investisseurs, qui en échange, achètent des titres de la banque, l’abreuvant ainsi en liquidités.

Signe de son regain d’intérêt, les cinq grandes banques françaises ont créé cette année une société de titrisation de créances aux PME, avec l’appui des autorités de Place. Et cet été, les opérations se sont multipliées dans l’Hexagone. Le Crédit Foncier a ainsi émis sa deuxième titrisation de crédits immobiliers pour un montant de 1,4 milliard d’euros. Son directeur général Bruno Deletré souligne que « l’expertise historique du Crédit Foncier et le savoir-faire de ses équipes en matière de titrisation ont été des éléments clés de succès de cette opération ».

Avoir de la pratique est un plus

Si contrairement à certaines banques étrangères (ex : Credit Suisse), les banques françaises n’ont pas encore émis le besoin de reconstituer leurs équipes, des recrutements ont bien lieu de façon sporadique. Crédit Agricole CIB a récemment passé une annonce (pourvue depuis) pour un structureur titrisation créances. Les recruteurs en finance apprécient les candidats dotés d’une bonne culture de risque crédit, d’une pratique de la structuration et d’une composante commerciale (business development) acquises en BFI dans les environnements de dettes : Debt Capital Market (DCM), financements structurés, etc…

« Une bonne nouvelle donc pour les professionnels de la titrisation qui, quand ils n’ont pas purement et simplement quitté l’industrie financière, ont souvent été déplacés vers les départements recherche crédit ou analyse crédit des banques dans lesquelles ils travaillaient », explique Thierry Mageux, directeur du business development pour les secteurs banque/assurance chez Robert Half

Les banques mais pas seulement…

Et il n’y a pas que les banques qui recrutent des experts en titrisation. « Les sociétés de gestion qui ont levé des fonds pour prêter aux entreprises ont effectué un certain nombre de recrutements sur la dette privée », explique Thierry Mageux. Et même s’il ne s’agit pas là de pure titrisation au sens strict du terme mais d’une technique apparentée, ce phénomène de désintermédiation a le mérite de permettre aux professionnels de la titrisation de rejouer un rôle de rachat de crédits.

A titre d’exemple, la société de gestion GTI Asset Management vient tout juste de recruter deux anciens de chez France Titrisation (filiale du groupe BNP Paribas), à savoir Sylvain Thomazo qui devient conseiller du Président et Sandrine d’Haussy qui rejoint l’équipe commerciale où elle sera chargée d’identifier et convaincre des sociétés envisageant une opération de titrisation.

Enfin, des opportunités sont aussi à saisir dans certaines sociétés fintechs comme Finexkap, une plateforme qui fait de l’avance sur factures en attente de paiement auprès des sociétés créancières. Des analystes crédit étudient les demandes de financement tandis que des spécialistes de la titrisation sont chargés de refinancer les créances commerciales à travers un fonds dédié.

Vers un assouplissement réglementaire

D’après les recruteurs en finance, la demande de professionnels de la titrisation devrait s’accentuer au fil des mois du fait de l’assouplissement à venir des règles actuelles jugées trop pénalisantes , notamment en matière de limitation de volumes d’émissions. Ce mois-ci, la Commission européenne doit d’ailleurs faire de nouvelles propositions allant dans ce sens.

Mais pas question de réitérer les erreurs du passé. « Il s’agit d’une activité de spécialistes qui ne peut aujourd’hui, au regard des errements qui ont conduit aux USA à la crise des subprimes, ne se déployer que dans un cadre réglementaire strict », rappelait dans nos colonnes Denis Marcadet, président de Vendôme & Associés. Vous voilà donc prévenus…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici