☰ Menu eFinancialCareers

Les risk managers tentés par les hedge funds

Affectés par la baisse des bonus versés par les banques, nombre de professionnels de la gestion des risques se tournent désormais vers les fonds spéculatifs ou autrement appelés fonds d’arbitrage. Aujourd’hui, certains gérants de hedge funds figurent parmi les grands gagnants de la crise. Selon le classement publié la semaine dernière par Alpha Magazine, trois d’en eux ont gagné environ 3milliards de dollars l’an passé. De quoi doper le pouvoir d’attraction du secteur…

L’an dernier, un vice-président senior du département risque d’une banque d’affaires pouvait toucher un bonus équivalent à 120-130 % de son salaire, alors que cette année il n’excède pas 40-50 % , indique Lee Bevan, consultant au sein du cabinet Mirage Recruitment, spécialisé dans les hedge funds. Conséquence ? Beaucoup de risk managers sont insatisfaits de leurs bonus et se tournent vers les hedge funds , constate Steve Yendell, directeur du cabinet de recrutement Selby Jennings à Londres. Ainsi, le fonds Fortress a recruté 40 personnes sur le dernier trimestre 2007 et devrait procéder à d’autres embauches, selon le Financial Times.

Cependant, trouver un job de middle-officer dans un hedge fund n’est pas chose aisée. Les procédures de recrutement sont plus longues que l’an dernier, les fonds étant de plus en plus exigeants sur les profils qu’ils recherchent.

Cap vers l’étranger

Les professionnels du risque des banques françaises n’échappent pas à la règle, même s’il s’agit moins d’une question de bonus que d’évolution de carrière. Au bout de 8-9 ans d’expérience, ils n’ont pas toujours la possibilité d’évoluer comme ils le souhaitent et cherchent donc à bouger , note Gerald van Straelen, cofondateur et managing director au sein du cabinet de recrutement Landford Consultants, présent à Paris. Certains n’hésitent d’ailleurs pas à franchir les frontières pour aller travailler à Londres, Dublin, Genève ou Luxembourg.

Attention à ne pas se tromper de cible : ce sont surtout les structures intermédiaires qui embauchent des spécialistes du risque, les petites structures ne pouvant se le permettre pour des raisons de coût et les très grosses structures préférant externaliser ces compétences : Nul besoin de multiplier les recrutements de risk managers : une connaissance approfondie de l’environnement du marché sur lequel vous intervenez peut suffire, note ainsi Alex Allen, PDG du fonds Eddington Capital Management.

commentaires (1)

Comments
  1. C’est du délire complet les revenus des meilleurs gérants de Hedge ! C’est à se demander pourquoi on pointe du doigt les banquiers ! Les risk managers ont bien raison d’aller vouloir y mettre leur nez (en plus d’y aller pour l’argent). En matière de risk managment, ces fonds présentent des cas d’écoles intéressants. On parle de ceux qui font beaucoup d’argent mais il y a aussi ceux qui se crashent…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici