☰ Menu eFinancialCareers

Big Four : les profils les plus en vogue en cette rentrée 2015

investment bank

Les cabinets d’audit et de conseil profitent souvent de la rentrée pour communiquer sur leurs besoins en recrutement pour l’année en cours et à venir. C’est notamment le cas de Deloitte qui vient d’annoncer le recrutement en France de 1.200 collaborateurs en CDI entre le 1er juillet 2015 et le 30 juin 2016. Ou bien de PwC qui prévoit de recruter plus de 1500 personnes sur la même année fiscale (contre 1200 l’an dernier). Si l’on y ajoute les 1.500 recrutements prévus chez KPMG (contre 1.300 en 2014) et les 900 autres chez EY, on arrive à plus de 5.000 recrutements. C’est donc le moment pour postuler. Encore convient-il de connaître les tendances du secteur en matière de recrutement. C’est pourquoi, sur la base des témoignages de professionnels du recrutement et des RH, nous vous avons concocté la liste des profils les plus en vogue au sein des Big Four en cette rentrée 2015…

Conseil et Audit, encore et toujours

Les Big Four augmentent significativement leurs niveaux d’embauche pour soutenir la croissance de leurs activités d’audit et de conseil qui, sans surprise, concentrent le gros des recrutements (près de la moitié). Sur les 1.500 recrutements annoncés cette année, PwC a prévu de recruter 800 personnes en audit et plus de 450 pour les activités de conseil (stratégie, consulting, transactions et juridique et fiscal).

A noter que l’activité Conseil est particulièrement active. “Depuis septembre dernier, elle connaît un rebond porté par les problématiques liées aux risques financiers, au digital et à l’innovation“, rappelle Laurent Bellaïche, manager de l’activité Conseil au sein du cabinet Robert Walters. Et ce n’est là qu’un début : cette tendance à la hausse de l’activité Conseil devrait se poursuivre et se consolider au deuxième semestre 2015, pour accompagner les nombreux mouvements qui touchent les acteurs du marché

Profils expérimentés bienvenus

Près d’un tiers des recrutements annoncés pour la période 2015-2016 concernent des profils expérimentés (soit près de 1.400 personnes). Le dynamisme multi-sectoriel “se manifeste par la volonté des cabinets de renforcer leurs embauches sur les profils justifiant d’une expérience de 3 à 8 ans“, confirme Laurent Bellaïche. Ainsi, sur les 1.200 postes proposés par Deloitte en CDI , 400 sont aujourd’hui ouverts au recrutement de ces profils. “Cette augmentation des recrutements de profils “experts de haut niveau” accompagne tant le développement des nouveaux métiers que la croissance des métiers historiques de Deloitte“, relève Sami Rahal, Associé membre du Comité Exécutif et Directeur des Ressources Humaines chez Deloitte.

Les arguments pour attirer les profils les plus aguerris, notamment vers l’Audit, ne manquent pas : diversité, des missions, travail en équipe, sans oublier que l’audit, socle de l’activité des Big Four, reste une pépinière pour accéder à de nombreuses autres activités au sein des métiers Consulting, Financial Advisory ou Enterprise Risk Solutions. Les candidats ont l’embarras du choix : sur les 400 profils expérimentés qu’il veut recruter, le cabinet PwC recherche des auditeurs, notamment spécialisés dans les technologies de l’information, mais aussi des consultants en stratégie opérationnelle, en technologies et systèmes d’information, ou spécialistes des secteurs de la finance et de la santé, ou bien encore des fiscalistes.

Vient enfin l’aspect rémunération, non négligeable. “Dans un contexte où la demande est plus forte que l’offre, certains cabinets, notamment dans le secteur des services financiers, proposent des rémunérations de 10 à 20% supérieures au marché. D’autres insistent sur la pluralité et la richesse des missions proposées au consultant, orientées davantage vers la stratégie“, poursuit Laurent Bellaïche.

Digital et innovation à l’honneur

Signe des temps, le cabinet Deloitte réalise aujourd’hui 20% de son chiffre d’affaires sur des métiers qui n’existaient pas il y a quatre ans. Ainsi, la transformation digitale et l’essor du Big Data et des Analytics, deux de ses axes stratégiques majeurs avec le lancement de Deloitte Digital, nécessitent l’intégration de nouvelles compétences. Pour servir ses offres innovantes, le cabinet recrute de nouveaux profils comme des data scientists ou bien encore des profils expérimentés dont les compétences accompagnent la forte croissance d’activités renforcées par des acquisitions : développement durable suite à l’acquisition de Bio (RSE), CRM (acquisition d’Axoa), ingénierie sociale (acquisition d’Axcess en Capital Humain) ou encore cyber-sécurité (acquisition d’HSC).

Sylvie Magnen, associée en charge de la stratégie des ressources humaines chez EY, recherche elle aussi plus d’ingénieurs du fait notamment d’un besoin de “data scientists” spécialistes de l’analyse de “données massives” (Big Data) pour répondre aux évolutions de tous les métiers.

Les ingénieurs plébiscités

Conséquence directe du poids croissant du digital et de l’innovation : les Big Four entendent bien recruter cette année davantage d’ingénieurs, qu’ils soient data analysts, data scientists, consultants en business analytics ou bien consultants en stratégie opérationnelle, technologies et systèmes d’information. “Ces profils sont appelés à développer les activités de conseil et les nouvelles expertises du cabinet en transformation digitale, data analytics et cybersécurité“, précise le cabinet PwC. Même son de cloche chez Deloitte où davantage de profils ingénieurs seront recrutés, avec une attention particulière vis-à-vis des candidats détenteurs de doubles diplômes école d’ingénieurs et école de commerce et doubles diplômes en université à l’étranger.

Spécialistes des Risques financiers

Le cabinet de chasse parisien Vendôme & Associés observe quant à lui une guerre des talents sur les métiers du risque et de la conformité, des missions accrues dans les Financial Services sur les problématiques Finance & Risk et de réglementation (MiFid, Solvency…). Des besoins sont aussi exprimés sur les enjeux liés à la transformation de la fonction finance, des organisations et de la performance opérationnelle des réseaux. Enfin, les profils “IT Risk Banque Assurance” sont toujours très recherchés. De quoi convaincre certains de passer de la banque vers l’audit….

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici