☰ Menu eFinancialCareers

Suivre son boss dans une nouvelle banque ? 10 conseils pour prendre la bonne décision

boss

Suivez le guide...

Vous aimez votre job dans la banque et vous appréciez votre boss, quand soudain celui-ci décide de changer de banque et vous propose de le suivre.

La situation est de plus en plus fréquente en Asie, où les professionnels de la finance se voient souvent proposer un poste par leurs anciens managers – une méthode simple et rapide pour recruter efficacement dans les secteurs où les talents se font rares : telle est l’analyse de San Li Liu, recruteur de cadres pour la banque privée chez CA Search à Singapour.

Mais s’il est flatteur de se voir proposer de suivre son boss dans une autre banque, Liu considère que dans la moitié des cas, mieux vaut rester en poste et s’abstenir de franchir le pas. Voici quelques pistes pour vous aider à peser le pour et le contre et à prendre la bonne décision

  1. Adoptez la même approche que pour un entretien d’embauche

« Prenez garde à ne pas mettre votre carrière en danger pour la seule satisfaction de votre ego, frétillant au seul plaisir suscité par la demande de votre supérieur, » avertit Henry Chamberlain, consultant en management à Hong Kong et ancien directeur du recrutement chez Standard Chartered. « Partir pour ce seul motif reviendrait à changer de poste sans passer par la case ‘entretien’. Agissez comme pour n’importe quel changement de job et posez vous la bonne question : ce départ est-il compatible avec votre plan de carrière ? »

  1. Vous connaissez votre boss – mais quid de la banque qu’il rejoint ?

Vous admirez votre boss en qui vous voyez un grand manager, mais il vous faut creuser un peu plus pour cerner la nouvelle fonction qu’il vous propose. Henry Chamberlain poursuit : « Savez-vous quelles sont les attentes de votre boss dans cette nouvelle banque ? Saurez-vous y répondre ? » Il insiste par ailleurs sur un point capital : « assurez-vous de comprendre la banque que vous êtes susceptible de rejoindre – sa culture, sa situation financière et sa stratégie. Certaines banques travaillent par exemple avec des systèmes informatiques dépassés et des procédures bureaucratiques interminables. Soyez sûr d’identifier les mauvaises surprises en amont. »

  1. Ne confondez pas vitesse et précipitation !

Dans la mesure du possible, si vous avez choisi de le suivre, ne partez pas en même temps que lui, indique Paul Heng, fondateur de NeXT Corporate Coaching Services à Singapour, qui confirme qu’ « à défaut de laisser s’écouler au moins trois mois avant de le rejoindre, vous pourriez laisser penser que vous changez de job dans l’urgence – une précipitation susceptible de déplaire à de futurs employeurs ». Pour Richard Aldridge, directeur du cabinet de recrutement Black Swan Group à Singapour, « le fait de ne pas suivre votre boss dans la foulée vous laisse le temps de voir s’il se sent bien dans sa nouvelle fonction, et c’est un bon indice pour évaluer si vous aussi pourriez vous plaire dans ce nouvel établissement ».

  1. Allez droit au but

Si votre boss tient vraiment à vous faire venir, il aura la volonté de négocier pour vous dans la nouvelle banque un salaire plus élevé, plus d’avantages et une promotion. Et si d’autres que vous suivent, il est tout à fait légitime de négocier une prime à l’embauche ou une garantie sur primes, comme l’explique Levina Poon, directrice des services financiers du cabinet de recrutement Connected Group à Hong Kong.

  1. Visez le long terme

Il vous faut aussi voir plus loin que les avantages immédiats mentionnés plus haut. « Veillez à aborder l’avenir avec votre manager – par exemple quelle peut être votre évolution de carrière dans les deux ans ? La banque est elle en pleine expansion ? Quelles sont les perspectives pour votre poste ? » conseille Richard Aldridge.

  1. Pour plus de sécurité, jouez – aussi – la carte de l’équipe

Avantage supplémentaire à rejoindre votre manager avec plusieurs autres collègues : vous pourrez sans doute profiter d’une sorte de lune de miel dans les semaines suivant votre arrivée. Liu San Li ajoute qu’avec « l’arrivée d’une équipe au complet ou presque, vous avez toutes les chances d’être protégé par votre boss, mais aussi par la performance globale de l’équipe ».

  1. Attention si vous rejoignez une banque de tier two

Même si vous bénéficiez d’avantages supplémentaires, soyez prudent si votre boss veut vous faire quitter une banque de tier one pour une autre plus modeste – tel est l’avertissement de Vince Natteri, directeur du recrutement du cabinet Pinpoint Asia à Hong Kong. « J’ai récemment rencontré un candidat qui avait refusé une offre dans une tier one pour une tier two simplement parce que son boss y était parti. Dommage, car ce même boss a de nouveauté changé de banque quelques mois plus tard et lui est finalement passé à côté d’une belle offre pour avoir misé sur le mauvais cheval ».

  1. Votre boss est-il venu pour rester ?

Pour éviter de voir votre boss partir trop tôt après votre arrivée, assurez-vous d’aborder la question de son plan de carrière dans cette nouvelle banque. Liu San Li conseille « d’identifier son niveau de motivation et les perspectives qu’il se fixe sur le long terme ».

  1. Votre boss est-il un élément incontournable pour la banque ?

Assurez-vous qu’il a conservé dans la nouvelle banque le même niveau d’influence que dans celle où vous l’avez connu, comme le préconise Ashley Evans, directeur du cabinet de recrutement Astbury Marsden à Singapour : « le changement d’employeur est d’autant moins risqué que la personne que vous suivez est senior. Suivre un MD présente généralement un risque moindre, mais prenez tout de même soin de mener votre propre enquête. »

  1. Saurez-vous faire vos preuves dans la nouvelle banque ?

Henry Chamberlain attire notre attention sur le fait qu’il est « simple de partir pour suivre son boss, mais qu’il peut être difficile de se construire une carrière hors de sa ‘tutelle’ ». Il précise que « les collaborateurs ‘recrutés’ par leurs anciens boss sont souvent considérés comme des étrangers, en butte au ressentiment, voire à une certaine hostilité. Il peut être plus difficile de prouver votre valeur intrinsèque à ceux qui considèrent que vous avez été ‘placés’ que de simplement gravir les échelons. »

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici