☰ Menu eFinancialCareers

Comment justifier des changements de poste fréquents dans la banque

banque

Un petit tour et puis s'en va...

Il est en général fortement déconseillé de changer de banque dans les mois qui suivent une prise de fonction – même si la pratique peut être courante, comme à Hong Kong et Singapour.

Les recruteurs et responsables du recrutement en Asie adorent cuisiner les candidats sur leurs motivations à changer fréquemment d’employeur – et la plupart du temps, les prétextes avancés sont pitoyables.

Dans certains cas pourtant, les raisons sont bien valables et tout à fait recevables du point de vue des recruteurs. En voici quelques-unes.

  1. X « m’empêchait de travailler correctement »

« La justification d’un job de courte durée sera plus ou moins bien perçue selon la manière dont elle est exprimée, » explique Han Lee, directeur du cabinet de recrutement Lico Resources à Singapour. Faites donc en sorte de trouver la bonne formulation. « Si vous dites ‘je détestais la politique dans cette banque’, cela sent l’excuse bateau. Mais si vous dites ‘je reconnais que la politique est incontournable dans toutes les entreprises, mais je pense que c’était assez extrême dans cette banque, au point d’avoir des conséquences sur la qualité de mon travail’, les recruteurs seront sans doute plus réceptifs. »

  1. Mon poste a été délocalisé peu de temps après ma prise de fonction

Nichole Bidos, responsable de compte banque et finance au sein du cabinet de recrutement Huxley Associates à Singapour en convient : « certaines banques étrangères ont maintenant une fâcheuse tendance à décider très rapidement de délocaliser nombre de postes hors de Singapour. » Et d’ajouter : « nous avons travaillé avec de nombreux candidats qui ont changé de banque et ont appris sitôt après leur arrivée que leur poste serait transféré à l’étranger. »

  1. On ne m’y reprendra plus

Les recruteurs ne prendront pas forcément mal une erreur de casting. Un cas de figure illustré par James Carrs, directeur du cabinet de recrutement HFG à Hong Kong : « j’ai rencontré des candidats qui regrettaient d’avoir pris la mauvaise décision, mais qui ont su positiver. » Par exemple, « l’un d’eux m’a récemment avoué avoir changé de job pour l’argent, pour se rendre compte ensuite que c’était une mauvaise raison. Il m’a ensuite confié avoir beaucoup appris de cette expérience et aborder plus prudemment les changements de jobs ».

  1. Mon boss est parti avec toute son équipe

Le départ de toute équipe est généralement une raison valable, que confirme Kyle Blockley, managing partner du cabinet de recrutement KS Consulting à Singapour : « c’est particulièrement fréquent en banque privée ; cela démontre que vous êtes un excellent élément et que votre supérieur le reconnaît ». Mais pour être complet, « n’oubliez pas d’expliquer pourquoi le départ de toute l’équipe était cohérent à vos yeux ».

  1. Je suis parti(e) avant de me faire licencier

« Invoquer un départ pour des raisons de stabilité de l’emploi – quand les candidats ont entendu parler de délocalisation ou de licenciement – est généralement bien accepté », indique Matthew Ng, directeur associé de la division banque et services financiers auprès du cabinet de recrutement Ambition à Singapour. « Les employeurs potentiels font preuve d’une certaine empathie dans ce genre de cas. »

  1. Je voulais enrichir mon expérience

Celui-ci est un prétexte parfait, à la condition de fournir des détails venant étayer votre raisonnement. C’est l’avis de Christine Wright, managing director Asie du cabinet de recrutement Hays. « Il vous faut montrer que vous avez occupé des postes aux intitulés, aux contenus et aux responsabilités bien différents. Si vous avez travaillé dans différents secteurs comme la finance, les opérations ou encore le risque, c’est beaucoup plus acceptable. »

  1. Je suis revenu(e) à mes premières amours

Vous êtes parti en buy-side pour revenir rapidement dans la banque ? Admettez tout simplement votre erreur. « Il est parfaitement cohérent d’avouer que vous avez pris un risque en vous essayant à quelque chose de nouveau, mais qui n’a pas marché, » dit Christine Wright. « Mais assurez-vous de bien montrer que vous êtes revenu à votre précédent métier avec un enthousiasme intact. »

  1. La personne qui m’a fait venir est partie peu de temps après mon arrivée

« J’ai connu plusieurs cas de nouvelles recrues rejoignant une banque, alors que la personne qui les avaient recrutées changeait d’équipe quelques jours seulement après leur arrivée, » indique Chris Jackson, directeur de Pure Search à Hong Kong. « Ce peut être difficile à encaisser si ce manager était précisément la raison qui leur avait fait accepter le poste et si la relation avec leur nouveau boss – non impliqué dans le processus de recrutement, n’est pas à la hauteur. Il n’est pas rare, dans ce contexte, de voir les nouveaux arrivants repartir durant leur période d’essai. »

  1. Mon département était sous-estimé

Certains candidats justifient leurs changements de poste en invoquant la perception de leur département en interne. Steve Hutchinson, country manager du cabinet de recrutement Sterling Andersen à Singapore cite en exemple « des candidats en conformité, invoquant une culture de gouvernance médiocre dans ce secteur et le fait que les cadres supérieurs usaient de pratiques susceptibles de leur poser problème avec le régulateur”.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici