☰ Menu eFinancialCareers

Marchés obligataires : meilleures rémunérations à Francfort et Milan qu’à Londres ou Paris

Oubliez la City ou Paris : si vous êtes vendeur obligataire, Francfort et Milan pourraient être les places les plus rémunératrices selon le sondage récent d’un cabinet de recrutement.

Spécialisé en recrutement sur les marchés de crédit, Napier Scott annonce que les vendeurs de produits obligataires vanille (non structurés) pourraient gagner à Francfort jusqu’au double de leurs homologues londoniens. Et 70 % de plus en Italie.

La différence est la plus frappante au sein des banques Tier-One comme Morgan Stanley, JP Morgan, Goldman Sachs ou Merrill Lynch. Au niveau des associate directors, les vendeurs obligataires résidant à Francfort touchent des rémunérations comprises entre 132 et 315 000 euros. En Italie, la fourchette va de 124 à 271 000 euros. Au Royaume-Uni ou en Scandinavie, les chiffres sont plus odestes : entre 110 et 161 000 euros.

De tels écarts se retrouvent en haut de la hiérarchie. Les managing directors vendeurs de produits vanille semblent également mieux rémunérés en Italie et en Allemagne, où ils perçoivent respectivement de 557 000 et 586 000 euros, contre 491 000 à Londres selon Napier Scott.

Ces chiffres proviennent d’entretiens menés auprès de 200 sales de produits non structurés en 2004.

Selon Simon Kamal, consultant senior chez Napier Scott, le niveau de rémunération des vendeurs allemands reflète la taille du marché. L’Allemagne est la plus grosse économie en Europe et la plus difficile à couvrir , estime-t-il. Pour couvrir efficacement le marché, il faut une plate-forme de distribution très compétitive et de bons professionnels .

A prendre avec des pincettes

Directeur général de la société de conseil MB Consulting en Allemagne, Jürgen Merkel confirme le fait que les vendeurs peuvent être grassement payés. Il rapporte que les bons juniors sont toujours bien payés et que les meilleurs profils senior gagnent plus que jamais. Les meilleurs à Francfort peuvent gagner entre 700 000 et 1 million d’euros. Ces rémunérations ont grimpé de 50 %, au cours des deux dernières années .

En Italie, selon Giovanna Andriani de chez Napier Scott, les salaires élevés sont liés à l’attention croissante portée au marché italien. Les banques italiennes viennent seulement d’acquérir la stature pour être compétitives sur le marché des produits obligataires vanille, et les banques internationales n’ont constitué des équipes dignes de ce nom en Italie que très récemment .

Les gros bonus sont un phénomène relativement nouveau en Italie. Il y a trois ou quatre ans, les bonus étaient symboliques. Aujourd’hui, nous avons des bonus comparables aux standards londoniens .

Cette inflation sur les packages en Italie est toutefois mise en doute par certains cabinets de recrutement concurrents. Cela me semble improbable car le marché est très étroit , indique l’un d’entre eux.

Les chasseurs de tête français remettent également en cause les chiffres de Napier Scott, selon lesquels les plus gros bonus perçus par les managing directors vendeurs de produits vanille atteindraient 469 000 euros. Je ne crois pas que Paris paie moins que Milan ou Francfort , indique Frédéric Sola, consultant au Financial Services Consulting Group. Je n’ai jamais entendu cela en 15 ans. Les rémunérations à Paris, Milan ou Francfort sont le plus souvent identiques .

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici