☰ Menu eFinancialCareers

Private Equity : les salaires ralentissent leur hausse

Les rémunérations des professionnels européens du capital-investissement ont augmenté de 13 % en un an, et ce malgré la crise financière, selon un rapport réalisé conjointement par le cabinet Holt Private Equity Consultants et l’hebdomadaire britannique Financial News.

Les fonds ont pu profiter de cette période de downturn pour investir dans l’avenir et mettre le prix pour attirer des profils seniors expérimentés , observe Philippe Weber, senior client partner chez Korn Ferry à Paris. Sur ces profils, la tension sur les rémunérations n’a pas faibli. Toutefois, le renforcement substantiel des équipes s’est ralenti, de même que l’augmentation des salaires, plutôt moins soutenue que les années précédentes .

Même constat chez Alvedis Conseil : Le marché se tend, les recrutements sont moins nombreux et la sélection plus sévère, ce qui provoque un tassement des rémunérations, surtout chez les juniors , relève Thibault Roussey, directeur associé du cabinet. Seules exceptions : les profils avec un track record établi et/ou un axe de différenciation (une bonne culture industrielle, une expérience de conseil en stratégie, un background d’entrepreneur…).

Les fonds large caps ou l’exception salariale

Ainsi le salaire fixe d’un chargé d’affaires junior en France (0 à 2 ans d’expérience) se situe actuellement autour de 40/60 k€ (avec un bonus maximum représentant 30/40 % du fixe) ; celui d’un chargé d’affaires senior (3 à 5 ans d’expérience) entre 50 et 70/80 k€ (avec un bonus maximum de 50 %) ; celui du directeur de participations (5 à 10 ans d’expérience) entre 80 et 150/170 k€ (bonus entre 20/30 et 100 % du fixe, auquel il faut ajouter le carried interest) ; et enfin celui d’un directeur associé de fonds à partir de 130/180 k€ et jusqu’à 250/400 k€ (bonus entre 50 et 200 % du fixe, plus carried interest).

Ces chiffres, tirés d’une récente étude réalisée par Alvedis Conseil, et parue dans Private Equity Magazine, correspondent aux rémunérations pratiquées dans les fonds small et mid caps en France. Les fonds large caps, bénéficiant de management fees plus importants, dépassent très largement ces moyennes.

commentaires (2)

Comments
  1. Ah ouui, c’est clair…les pauvres, ils vont souffrir avec leurs salaires misérables…

  2. c clair envie de pleurer

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici