☰ Menu eFinancialCareers

Le paradoxe BNP Paribas CIB : menace sur l’emploi en Europe et recrutements massifs aux US

bnp paribas

La rumeur de nouvelles suppressions de postes chez BNP Paribas CIB se précise. En janvier, il en était déjà question avec l’annonce d’un plan d’économies renforcé, mais l’organisation d’un comité central d’entreprise (CCE) exceptionnel pour d’éventuelles suppressions de postes avait été finalement annulée. Il y a deux semaines, le Wall Street Journal indiquait que 100 postes étaient à risques chez le leader bancaire français dans les équipes marchés londoniennes, en particulier dans les métiers de taux.

Aujourd’hui, les intentions de BNP Paribas se précisent : la banque souhaite réduire les coûts de sa BFI de 20 % d’ici à 2019 et augmenter ses revenus dans la période de 7%, selon des sources syndicales relayées par Les Echos hier soir.

La question aujourd’hui n’est plus de savoir s’il y aura ou non des suppressions de postes, mais où et quand elles auront lieu. Malgré les efforts réalisés au travers du plan d’économies Simple & Efficient et déjà deux vagues de suppressions de postes dans la BFI depuis 2009, la banque semble ne pas en avoir fait suffisamment. Le quotidien économique rappelle que les effectifs de BNP Paribas CIB n’ont baissé « que » de 9% en Europe depuis 2010 contre -20% en moyenne dans le secteur.

Premières victimes : les contractuels

La banque aurait d’ailleurs déjà lancé un ultimatum à ses personnels contractuels à Londres en les obligeant à accepter une baisse de leur rémunération d’au moins 4% d’ici juillet, à défaut de quoi ils perdraient leur job, selon le site Contractor. Certaines équipes auraient ainsi perdu de nombreux contractuels qui auraient refusé le chantage.

C’est donc la douche froide pour les collaborateurs CIB, qui ont pourtant enregistré un bon premier trimestre avec des revenus en hausse de 13% sur un an (à périmètre et change constants). La banque avait également tenu sa promesse de préserver les derniers bonus de ses collaborateurs, malgré l’amende américaine. La rémunération totale moyenne pour les professionnels régulés, au titre de 2014, a même augmenté de 22% en un an.

Des centaines d’embauches aux US

Dans le même temps, BNP Paribas recrute paradoxalement énormément aux Etats-Unis. Conséquence des exigences du deal imposé par la justice américaine l’été dernier, qui contraint la banque à renforcer massivement ses systèmes de contrôle et de compliance aux Etats-Unis. Ce qui implique le recrutement de centaines de contrôleurs Outre-Atlantique. À ce jour, sur les 2.643 offres d’emploi visibles sur le site carrière de la banque, 1.173 sont des postes à pourvoir aux Etats-Unis.


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici