☰ Menu eFinancialCareers

Courtiers d’assurances: une enquête nationale pour mieux cibler les besoins en formation de la profession

Stéphane Coutin, juriste consultant à la Fédération française des courtiers d’assurances et de réassurances (FCA), a annoncé en préambule de l’atelier consacré à l’emploi et à la formation dans les cabinets de courtage une étude historique et cruciale pour la profession . Si seulement une dizaine de personnes ont assisté à cette présentation proposée dans le cadre du congrès annuel de la FCA, le sujet touche pourtant l’ensemble des professionnels. Dans le cadre de la nouvelle convention collective de la branche professionnelle signée le 18 janvier 2002, un état des lieux relatifs aux emplois, à leurs évolutions, aux pratiques et aux besoins en formation dans le courtage d’assurances a été commandé au cabinet d’études et de conseil Interface par les partenaires sociaux réunis au sein de la commission paritaire sur l’emploi et la formation professionnelle. La communication de l’étude va permettre à l’ensemble des cabinets de mettre en place une politique de formation et de recrutement et de développper ainsi un système de formation dans une logique de progrès , a souligné Stéphane Coutin.

Une formation sur le tas

L’étude, qui se veut exhaustive et représentative, touche un peu moins de 3.000 courtiers comprenant un échantillon de salariés et de chefs d’entreprise du courtage. Cet état des lieux présente dans un premier temps les grandes lignes de la profession (taille des structures, âge des courtiers, ancienneté, degré d’utilisation des nouvelles technologies…).

Les réponses indiquent que la gestion des ressources humaines est encore embryonnaire et intuitive et que rares sont les postes dédiés aux ressources humaines. L’étude s’intéresse ensuite en détail à la formation des courtiers. Interrogé sur le sujet, 69,5 % d’entre eux annoncent se former de manière empirique. Arrive loin derrière la formation en alternance (9,5 %), suivie par les groupes d’échanges (7,2 %). Concernant le sujet abordé lors de leur dernière formation, la bureautique (34,2 %), les produits financiers (22,8 %) et les thèmes métiers (14,9 %) forment le trio de tête des enseignements suivis.
Les professionnels interrogés jugent, malgré tout, qu’il est utile de se former, mais estiment les thèmes proposés par les organismes insuffisants. Mis à part les formations pour devenir courtier, l’offre n’est pas propre au courtage d’assurances , précise Stéphane Coutin.
Enfin, les besoins en matière de formation, qui diffèrent quelque peu selon l’âge, s’orientent massivement vers des thèmes produits ou métiers. Dans le même temps, un besoin de stages inter-entreprises et d’échanges pratiques a été fortement mis en avant par les sondés.

Développement de l’activité de conseil

La dernière partie de l’étude se veut prospective en traitant de l’évolution du métier.
Les personnes interrogées estiment que le développement de l’activité de conseil (14,5 %), les fusions-acquisitions (14 %) et la spécialisation de la profession (13 %) marqueront les prochaines années du courtage. Autant de thèmes qui pourraient faire l’objet de formations à court terme. Des experts en matière d’assurance ont, parallèlement, été interrogés sur l’avenir du métier de courtier. Ils prédisent notamment la disparition du taux fixe de commissionnement au profit d’un système de rémunération par honoraires, une orientation qui serait cohérente avec les nouvelles obligations imposées par la directive sur l’intermédiation en assurances.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici